Recherche

L’Europe abandonne-t-elle les migrants en Méditerranée ?

© Copyright : DR

11 mai 2019 - 16h40 - Monde

La crise migratoire constitue l’un des sujets phares qui alimentent les débats à la veille des élections européennes. Dans le deuxième épisode de son rendez-vous interactif dénommé « Insta d’Europe », France Culture s’y est penchée, sur Instagram, à la radio et sur le web.

Très suivi par les jeunes européens, « Insta d’Europe » est un rendez-vous interactif et multimédia de la rédaction France Culture qui se penche exclusivement sur la question de la crise migratoire. L’émission a fait un tour d’horizon sur la question, sans oublier d’évoquer les mesures envisagées par l’Europe pour contrer le phénomène.

Parlant de "crise migratoire", il faut souligner que l’expression n’est plus appropriée selon les autorités européennes. Car en effet, pour s’en tenir au développement de France Culture, selon ces autorités, le phénomène a sensiblement baissé ces dernières années. En effet, souligne le média, « il y a actuellement beaucoup moins d’arrivées sur le territoire de l’UE que lors de l’année 2015 (plus d’un million de personnes). En 2016, 390.000 personnes seraient rentrées en Europe, d’après l’organisation internationale des migrations. En 2018, le nombre d’arrivées est descendu sous les 150.000 ». Par contre, à l’en croire, 2019 semble renouer avec un important flux de migrants. « Les premiers mois de 2019 semblent indiquer une reprise, notamment dans la "route occidentale", celle entre le Maroc et l’Espagne a déjà vu passer près de 4.000 migrants depuis le premier janvier », indique France Culture.

Pour contrer la vague de migrants qui débarquent sur leurs côtes, les Etats européens ont lancé depuis 2004, l’Agence des garde-frontières et garde-côtes (ex Frontex). A la disposition de cette structure qui dispose des bateaux et hélicoptères et d’agents essentiellement présents en Grèce, en Italie et en Espagne, l’Union européenne entend mettre davantage d’éléments. A cela s’ajoute Sophia qui est une opération lancée en 2014 en Méditerranée centrale. Il s’agit, précise France Culture, d’ « une opération militaire qui vise essentiellement à arrêter les passeurs, au large de l’Italie et dans les eaux internationales proches de la Libye ».

A en croire Isabelle Jegouzo, chef de la représentation en France de la Commission européenne, « lors de ces deux opérations (Frontex et Sophia) l’Union Européenne a sauvé 730 000 migrants en mer et arrêté 900 passeurs ». Un avis qui n’est pas partagé par les ONG comme SOS Méditerranée. Ces dernières estiment en effet que les autorités européennes ne respectent pas les conventions internationales qui établissent que tout "navire qui reçoit une information sur des personnes en détresse en mer est tenu de lui porter secours". A ce propos justement, Sophie Rahal, porte-parole de SOS Méditerranée ne cache pas sa colère. « On est révoltés ! Tout est fait pour faire disparaître les bateaux des ONG de la mer. C’est comme s’il n’y avait plus de témoins donc plus de morts », a-t-elle martelé.

Bladi.net

Bladi.net - 2019 - Archives - A Propos - Contact