Encore de l’insomnie pour Faouzi Benalal

10 février 2020 - 17h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Nouveau rebondissement dans le dossier Faouzi Benalal. Les éléments de la Brigade judiciaire de la gendarmerie royale ont officiellement transmis le dossier d’accusation détaillé de l’ancien président de la commune de Harhoura au procureur général du roi à la cour d’appel de Rabat.

Le parquet examine actuellement le dossier, avant son déferrement devant le juge d’instruction, confirment des sources à LesEco.ma. Le juge se chargera ensuite d’enclencher des poursuites contre le dirigeant istiqlalien.

En octobre 2018, Faouzi Benalal avait été destitué de son poste de président de la commune de Harhoura pour dysfonctionnements administratifs et octroi de marchés publics dans des conditions douteuses.

L’avocat, Mohamed El Ghaloussi, président de l’Association nationale pour la protection des fonds publics, a été entendu par la Brigade nationale de la gendarmerie, confirment par ailleurs les mêmes sources. La procédure en justice a été enclenchée, suite à une plainte de cette association.

Sujets associés : Droits et Justice - Rabat - Istiqlal - Harhoura

Aller plus loin

Maroc : le maire de Harhoura destitué pour « graves violations des lois »

Il n’est plus maire de Harhoura. L’Istiqlalien Faouzi Benallal vient d’être destituée de son poste de président de la commune de Harhoura pour « graves violations des lois et...

Ces articles devraient vous intéresser :

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Carte du Maroc sans le Sahara : l’ONCF annonce des poursuites judiciaires

L’Office national des chemins de fer (ONCF) aurait publié sur l’une de ses affiches une carte incomplète du Maroc, suscitant la colère des internautes marocains. L’Office vient de démentir l’information et envisage de poursuivre les auteurs de cette...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Maroc : les réformes des lois sur les libertés individuelles passent mal

Les réformes des lois sur les libertés individuelles initiées par le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi sont loin de faire l’unanimité. Après le parti de la justice et du développement (PJD), parti de l’opposition, c’est au tour du parti de la...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Hassan Iquioussen vs Gérald Darmanin : la justice se prononce aujourd’hui

Le tribunal administratif de Paris examine l’arrêté d’expulsion de Hassan Iquioussen, pris par le ministère de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en juillet 2022. Cette audience déterminante permettra de statuer sur la possibilité de l’imam de revenir en...

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.