Figuig : comment comprendre la crise entre le Maroc et l’Algérie

20 mars 2021 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : S.A

L’ultimatum donné aux agriculteurs et propriétaires privés marocains pour évacuer les exploitations de champs de palmiers-dattiers sises dans la localité d’El Arja, province de Figuig, située à proximité de la frontière entre le Maroc et l’Algérie a expiré jeudi 18 mars 2021. Cette décision rappelle les récupérations de terres dans les années 70, notamment celles de Ksar Zenaga.

« Ces terres appartiennent aux tribus de Ksar Ouled Slimane. Ils ont des documents datant de 1930. On hérite ici d’une malfaçon de la France sur les frontières entre le Maroc et l’Algérie. Des familles ont investi toutes leurs vies là-bas. C’est scandaleux !", a déclaré au magazine Le Courrier de l’Atlas Mostafa Serhir, membre fondateur de la Fédération des associations de Figuig en France, également président de l’association Hassaniya pour la Culture et le Développement en France est choqué par la soudaineté de la décision.

Mostafa Serhir fait comprendre la genèse des problèmes de terres entre le Maroc et l’Algérie. « Au départ, la “vraie” frontière suivait le tracé de la ligne de chemin de fer entre Béchar, Beni Ounif et Figuig, explique-t-il. Mais, en 1962, la France a fait du troc. Les frontières ont ensuite été définies par les montagnes. Puis, peu à peu, on crée une zone tampon entre les montagnes et l’oued et entre les deux pays. Il était difficile de distinguer qui était marocain ou algérien. Jusqu’à maintenant, il y a toujours des Marocains en Algérie et le contraire est vrai aussi. »

En 1972, le Maroc et l’Algérie signent enfin une convention relative au tracé frontalier selon laquelle il a été clairement précisé que la frontière se situe entre les territoires des deux pays, notamment de « l’oued sans nom ». « Cette zone est à 4 kilomètres de Figuig. Au Sud de cette région, la frontière est déterminée par la crête des montagnes entre Beni ounif et Figuig. Dans le Nord de Figuig, la délimitation est l’oued Al Arja. Chaque bord de l’oued appartient à un pays. Historiquement, ces terres appartiennent aux ancêtres des habitants de Figuig », fait savoir Mohammed Jebbouri, un citoyen de Figuig et président de l’association AFAQ.

Très vite, le tracé frontalier devient source de confusion. Après l’accord, les Algériens ont récupéré des terres à proximité de Ksar Zenaga et à Ksar Loudaghir. Aujourd’hui, les agriculteurs marocains se retrouvent dans la même situation. « C’est déjà arrivé par le passé, précise Mohammed Jebbouri. Les propriétaires n’ont jamais été rétribués. À l’époque, c’était en réaction de la Marche Verte. Aujourd’hui, nous payons les tensions à Guerguerat. »

Pour Mostafa Serhir, la France a sa part de responsabilités dans la situation. « Il faut qu’elle ne se désiste pas. C’est une table à trois qu’il nous faut pour sortir de ce dossier. Notre cas pourra être le même au Mali, en Tunisie ou ailleurs. Sans un traçage clair, il n’y aura pas de paix réel », prévient-il.

Sujets associés : Algérie - Agriculture - Figuig

Aller plus loin

Figuig : la marche de solidarité aux agriculteurs marocains empêchée

Les forces de l’ordre ont empêché la marche de solidarité organisée, jeudi 18 mars, jour de l’ultimatum donné aux agriculteurs et propriétaires privés marocains pour évacuer les...

Les agriculteurs marocains spoliés par l’Algérie indemnisés

Les fermiers de la zone El Arja de la région de Figuig dépossédés d’une partie de leurs terres par l’Algérie en mars dernier vont recevoir des aides de la part de l’État...

Sahara : le Maroc appelle l’Algérie à des négociations directes

Le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, dit oui à son homologue algérien Sabri Bokadoum, qui l’a invité à des négociations sur la question du Sahara. C’est...

Algérie : vers une issue favorable pour les agriculteurs marocains ?

Le gouverneur de la province de Figuig tente de trouver une issue favorable aux agriculteurs marocains sommés d’évacuer, jeudi 18 mars, les exploitations de champs de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc pourrait importer 5 millions de tonnes de céréales cette année

Le Maroc pourrait importer jusqu’à 5 millions de tonnes de céréales cette saison 2022-2023. Le royaume poursuit sa stratégie de diversification des sources d’approvisionnement dans un contexte climatique tendu.

Le Maroc va faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Maroc envisage de faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines l’année prochaine. Une feuille de route pour la coopération entre les deux pays dans les trois ou cinq années à venir est en cours d’élaboration.

Sécheresse : plus de 5% des Marocains menacés d’exode rural d’ici 2025

Plus de 5% de la population marocaine sont menacés par l’exode rural à l’horizon 2025 en raison la sécheresse sévère que traverse le pays, selon la Banque mondiale.

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Après les tomates, le Maroc « inonde » l’Europe de poivron

Après la tomate, le poivron. Le Maroc confirme de plus en plus sa place d’exportateur de poivron, notamment vers l’Europe, avec une forte augmentation de 45 % des exportations ces dernières années.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Le Maroc fait un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Premier ministre Ralph Gonsalves a annoncé que le Maroc fera un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Fruits et légumes : pourquoi les prix s’envolent au Maroc ?

Les prix des légumes et des fruits ont connu une augmentation dans quasiment tous les marchés au Maroc, à l’instar d’autres denrées alimentaires. Comment expliquer une telle hausse ?

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.