Espionnage : la France va-t-elle demander des éclaircissements au Maroc ?

19 juillet 2021 - 20h00 - France - Ecrit par : S.A

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement français, a réagi à l’enquête du consortium international, Forbidden Stories révélant que le Maroc a mis sous surveillance des journalistes français à l’aide du logiciel israélien Pegasus. La France pourrait demander « des éclaircissements » aux autorités marocaines.

« Ce sont des faits extrêmement choquants qui, s’ils sont avérés, sont extrêmement graves », a réagi Gabriel Attal sur France info. Selon l’enquête du consortium international de journalistes créé par Forbidden Stories, le Maroc a utilisé le logiciel israélien, Pegasus censé lutter contre le crime et le terrorisme, pour espionner 10 000 personnes (journalistes, des patrons de presse, des hommes politiques, des avocats et des militants du monde entier). Parmi eux, des journalistes français, une trentaine de journalistes et de patrons de médias français sur un millier de Français concernés.

À lire : Le Maroc accusé d’avoir espionné des journalistes marocains, algériens et français

« Il y aura des demandes d’éclaircissements », a indiqué le porte-parole du gouvernement français sans faire d’annonce précise. « On ne regarde pas ces sujets-là à la légère », a-t-il déclaré. Selon Forbidden Stories, d’autres États utilisent aussi Pegasus pour cibler des militants, des journalistes ou encore des politiques. La France n’est « pas partie prenante de ce logiciel », assure Gabriel Attal, précisant que les « techniques de renseignement » français « sont autorisées par la loi ». Le gouvernement est « extrêmement attaché à la liberté de la presse », a-t-il ajouté.

Sujets associés : France - Israël - Enquête - Espionnage

Aller plus loin

Le Maroc accusé d’avoir espionné des journalistes marocains, algériens et français

Le Maroc a utilisé le logiciel Pegasus pour espionner des journalistes marocains, algériens et français. C’est ce que révèle une enquête menée par le Forbidden Stories et ses...

Affaire Pegasus : « Trop facile » d’accuser le Maroc

« C’est trop facile » d’accuser le Maroc d’être à l’origine de l’espionnage d’Emmanuel Macron et de plusieurs personnalités politiques françaises grâce au logiciel israélien...

Réaction du Maroc suite aux nouvelles accusations d’espionnage

Amnesty international a une fois de plus accusé le Maroc d’avoir utilisé le logiciel Pegasus pour espionner des journalistes, des patrons de presse, des militants des droits de...

Ces articles devraient vous intéresser :