La France retire le Maroc de la zone rouge, plus de quarantaine

9 octobre 2021 - 15h20 - France - Ecrit par : S.A

La France a retiré le Maroc de la zone rouge « caractérisée par une circulation particulièrement active de l’épidémie de Covid-19 » pour le classer en zone orange. Les voyageurs en provenance du royaume ne seront plus soumis à une quarantaine à leur arrivée sur le territoire français.

C’est à travers un arrêté modifiant l’arrêté du 7 juin 2021 identifiant les zones de circulation de l’infection du virus SARS-CoV-2, publié au journal officiel vendredi 8 octobre que la France a retiré le Maroc, l’Afrique du Sud, l’Algérie, la Colombie et la Tunisie de la zone rouge « caractérisée par une circulation particulièrement active de l’épidémie de Covid-19 ou par la propagation de certains variants du SARS-CoV-2 présentant un risque de transmissibilité accrue ou d’échappement immunitaire ».

À lire : Covid-19 : le Maroc toujours sur la liste rouge de la France

Ces pays sont désormais classés en zone orange. Outre les enfants de moins de 11 ans, tous les voyageurs en provenance du Maroc - quelle que soit leur situation vaccinale — doivent présenter à la compagnie de transport et aux autorités de contrôle à la frontière un test PCR négatif datant de moins de 72 heures avant le départ (départ du premier vol en cas de voyage avec correspondance) ou un test antigénique négatif de moins de 48 heures avant le départ (départ du premier vol en cas de voyage avec correspondance). Les voyageurs vaccinés doivent également présenter une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection au nouveau coronavirus et de contact avec un cas confirmé de Covid-19 et un justificatif du statut vaccinal.

À lire : Covid-19 : le Maroc placé sur la liste rouge par la France

Quant aux voyageurs non vaccinés, ils doivent également présenter une déclaration sur l’honneur attestant d’une absence de symptômes d’infection au Covid-19 et de contact avec un cas confirmé de Covid-19 ; un engagement sur l’honneur à se soumettre au test antigénique ou à l’examen biologique qui sera réalisé à l’arrivée en France métropolitaine et un engagement sur l’honneur à s’isoler durant sept jours et un engagement sur l’honneur visant à se soumettre à un examen biologique de dépistage virologique (PCR) à l’issue de la période d’isolement.

Tous les voyageurs en provenance du Maroc ne seront plus soumis à une quarantaine à leur arrivée sur le territoire français.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Santé - Vaccin anti-Covid-19

Aller plus loin

Covid-19 : le Maroc placé sur la liste rouge par la France

Le Maroc a été classé par la France sur la liste rouge des «   pays où le virus circule de façon assez active avec des variants préoccupants   ». Tout comme le Maroc, l’Algérie...

France : la production de pulls de l’armée au Maroc crée la polémique

Huit sénateurs proches du candidat à la présidentielle française, Arnaud Montebourg, ont interpellé vendredi dernier la ministre des Armées, Florence Parly, au sujet d’un...

Le Maroc a manqué de passer en «  liste rouge  » en Europe

Deux semaines après la publication de la liste des 15 pays sûrs auxquels l’Union européenne a rouvert ses frontières, elle l’a actualisée au regard de la situation...

L’Allemagne a demandé à placer le Maroc dans la liste rouge

Le député de la neuvième circonscription des Français établis hors de France, M’jid El Guerrab affirme que l’Allemagne est derrière la décision de mettre le Maroc hors de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’anarchie des salons de beauté au Maroc dénoncée

La docteure Hanan Atrakin, spécialiste en chirurgie esthétique et députée du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a exprimé ses inquiétudes face à la prolifération au Maroc des salons de beauté offrant des services esthétiques médicaux, évoquant une...

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Plages au Maroc : l’embarrassante absence de toilettes publiques

Au Maroc, la plupart des plages sont dépourvues d’infrastructures sanitaires (toilettes, douches, centres de secours…). Une situation qui crée des désagréments aux touristes et aux MRE, surtout pendant la saison estivale.

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...