Pourquoi les fruits rouges marocains s’imposent en Europe et en Asie

8 juin 2021 - 09h00 - Economie - Ecrit par : J.D

Les fruits rouges marocains sont prisés sur le marché mondial. Cette tendance a entraîné l’intensification de la culture de fraise, de myrtilles, de framboise générant un chiffre d’affaires à l’exportation de près de 4 milliards de dirhams.

La filière des fruits marocains cartonne à cause de ses coûts très compétitifs sur les marchés asiatique et européen, rapporte La Vie Éco. À en croire l’hebdomadaire, cette performance s’explique par le fait que la consommation de fraise, de myrtilles et de framboise d’origine marocaine reste en constante hausse en Europe et le faible coût de la main d’œuvre mais bien formée dans le royaume. Outre ces deux éléments, il y a également les conditions climatiques et les sols favorables qui constituent d’autres atouts pour la filière.

« C’est une filière et un filon à exploiter », conseille La Vie Éco, rappelant que les standards de qualité de ces produits au Maroc sont élevés et respectés par la partie marocaine.

A lire : Les fruits et légumes marocains toujours prisés en Europe

Toutefois, nuance la publication, l’exigence liée à la norme est due aux marchés destinataires, qui imposent un cahier des charges à respecter, faute de quoi ils sont déclassés. « Les entreprises doivent disposer d’un certificat reconnu par les entités internationales pour pouvoir pénétrer les marchés étrangers. Ce certificat régit, entre autres, le côté social, l’unité industrielle et les conditions de travail », détaille le journal.

Concentrée dans trois régions du royaume, la culture des fruits rouges a généré un chiffre d’affaires de 3,8 milliards de dirhams portant les investissements de 1,1 milliard à 5,4 milliards de dirhams. La filière dispose de 18 unités de conditionnement et de surgélation, distribuées à raison de 33 % au Nord, 25 % au Gharb Saïs, 20 % au Souss Massa et 15 % au centre.

Lors des 3 dernières campagnes agricoles, la région de Rabat-Salé-Kénitra a emblavé 4 320 ha, soit 51,4 % des cultures, Souss-Massa en a cultivé 2 130 ha évalués à 25,4 % de la superficie totale et Tanger-Tétouan-Al Hoceima, 1 950 ha soit 23,2 %.

Les chiffres sont séduisants et la performance confirmée. Il s’agit d’une potentialité énorme à prendre en compte absolument dans la conception des axes de développement, soutient l’hebdomaire, conseillant la diversification des marchés à l’export, une meilleure organisation du marché local et la création de variétés locales. Cette filière représente un filon à exploiter à l’avenir.

Sujets associés : Exportations - Agriculture - Enquête - Chiffre d’affaires

Aller plus loin

Les fraises marocaines dérangent les producteurs de Huelva

L’industrie de production de la fraise de Huelva emploie 100 000 personnes dont une bonne part de saisonnières marocaines par saison et représente 97,5 % de la production...

Fruits rouges : le Maroc arrache la première place mondiale à l’Espagne

Le secteur marocain des fruits rouges excelle au point de devenir le plus compétitif au plan mondial en raison des nombreuses opportunités et variétés de produits qu’il offre....

Driscolls veut produire des myrtilles à Dakhla

La société américaine Driscolls, spécialiste des fruits rouges, veut renforcer sa présence au Maroc. Elle a annoncé son projet d’investir dans la production de myrtilles à...

Les fruits rouges marocains cartonnent à l’étranger

Connus pour leur qualité nutritionnelle, les fruits rouges marocains (les fraises, les framboises ou encore les myrtilles) se font une place de choix dans les marchés étrangers...

Ces articles devraient vous intéresser :

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

Charbon encombrant : l’Europe se décharge sur le Maroc

Confrontée à une crise énergétique l’année dernière, l’Europe avait renoué avec l’exploitation du charbon. Aujourd’hui, avec la diminution de la demande en énergie fossile, le vieux continent opte pour l’exportation de grandes quantités de charbon, en...

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

Maroc : explosion des exportations de produits alimentaires et maritimes

Les exportations des produits alimentaires agricoles et maritimes ont connu un boom en 2022 pour dépasser les 80 milliards de dirhams (MMDH). Un record.

Tomate au Maroc : production en chute, prix en hausse

Les producteurs de tomates rondes au Maroc alertent sur une baisse significative de la production et une inflation des prix. Voici leur explication.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Le Maroc dans le Top 10 mondial des fournisseurs de fruits surgelés

Le Maroc a quadruplé ses exportations de framboise surgelée vers l’Union européenne (UE) en deux ans, passant de 3 600 tonnes en 2020 à 16 700 tonnes en 2022.

Les objectifs ambitieux du Maroc pour la culture de dattes

Le Maroc a des objectifs ambitieux pour la culture des dattes. Il entend notamment atteindre une production annuelle de 300 mille tonnes d’ici 2030 et se donne les moyens pour sa concrétisation.

Les Etats-Unis, premiers importateurs de l’artisanat marocain

Après des périodes difficiles dues au Covid-19, la relance du secteur de l’artisanat se confirme. Durant les sept premiers mois de l’année en cours, les exportations des produits artisanaux marocains ont connu une augmentation de 21 %.