Grippe saisonnière : le ministère de la Santé incapable de gérer la situation ?

2 novembre 2020 - 06h40 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

La difficile gestion de la pandémie du coronavirus ne rend pas la tâche facile au ministère de la Santé qui doit déjà faire face également à la grippe saisonnière. Pour preuve, un bon nombre de Marocains ne pourront avoir accès cette année au VaxiGrip.

Cette année, trois éléments contribueront grandement à limiter l’accès au VaxiGrip pourtant très prisée au Maroc. Il s’agit souligne Hespress, de la quantité très réduite commandée par le ministère de la Santé, la délivrance du vaccin conditionnée par une ordonnance, et le prix même du vaccin.

Pointant du doigt la quantité commandée par le ministère, mais également le fournisseur du vaccin, des voix se lèvent, dont notamment celle de l’Association marocaine des Droits Humains (AMDH). Son président, Aziz Ghali, y voit « une incapacité du ministère à gérer la situation ». Selon lui, « L’année dernière, le ministère avait fourni 600 000 doses, dont 200 000 ont été réservés aux départements gouvernementaux et aux corps habillés, et 400 000 vendues en pharmacie. Cette année, il en a commandé moins. Et après le personnel de la santé, les Ramedistes et autres, il restera une quantité minime qui ne manquera pas de générer une réelle crise », déplore-t-il.

D’après Aziz Ghali, le besoin serait évalué à «  quelque 6 à 7 millions, et nous n’avons même pas la moitié des doses nécessaires ». Face à cette situation, il recommande que les personnes ayant des maladies chroniques soient vaccinées en premier. Revenant sur la cause de cette « pénurie », Aziz Ghali tient pour responsable, le ministère de la Santé. Le département a opté pour le choix d’un seul et unique fournisseur, à savoir le Français Sanofi, qui lui, a priorisé la France et l’Europe. Or face aux longues listes déjà en attente, « Il aurait été plus pertinent et efficace de multiplier les fournisseurs, d’aller chercher le produit là où nous pouvons couvrir la totalité de nos besoins, et avec des prix abordables en plus, d’autant plus qu’il était prévisible qu’il y aurait une ruée », regrette ce pharmacien de formation.

Évoquant le retard de livraison du vaccin, Ghali affirme qu’une course contre la montre est déjà engagée. Car, souligne ce spécialiste en biologie et responsable des recherches au People’s Health Movement (PHM), cette situation réduira à coup sûr l’efficacité du vaccin, qui devient « inutile » si fait au-delà du 15 novembre, car il ne sera actif qu’à partir du 1ᵉʳ décembre. Quant au prix du vaccin, il a connu une augmentation, passant de 72,80 à 123,50 dh, en plus de la consultation médicale (minimum de 150 dh). Au total, le coût sera porté à 290 dirhams, une somme qui n’est pas à la portée de toutes les bourses, insiste-t-il. Et d’ajouter que « Beaucoup de sujets à risque seront dans l’incapacité d’accéder au vaccin, car trop cher ou tout simplement introuvable, et c’est le ministère qui sera responsable de toute complication ou détérioration de leur état de santé ».

Par ailleurs, Aziz Ghali a indiqué que l’AMDH « tient le ministère pour responsable de tout ce qui découlera de cette mauvaise manière d’appréhender une situation déjà critique ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Association Marocaine des Droits Humains (AMDH)

Aller plus loin

Le vaccin contre la grippe assure-t-il une protection contre le Covid-19 ?

Les études sur le Covid-19 se multiplient dans le monde. Une récente étude néerlandaise sur le serveur MedRxiv démontre que le vaccin contre la grippe pourrait prévenir...

Le Maroc parmi les pays les moins préparés pour affronter une épidémie

À l’instar de nombreux pays du monde, le Maroc éprouve des difficultés pour anticiper sur la prise en charge des patients lors des épidémies et pandémies. Cette année, le...

Le vaccin contre la grippe est disponible à la fin du mois

Pour éviter la confusion des symptômes du coronavirus avec ceux de la grippe saisonnière et l’engorgement des hôpitaux, les autorités marocaines veulent anticiper en procédant...

Maroc : un vaccin plus efficace contre la grippe saisonnière

Un nouveau vaccin contre la grippe saisonnière arrivera bientôt sur le marché au Maroc. Ce vaccin qui s’attaque à quatre souches du virus, permettra une protection plus large...

Ces articles devraient vous intéresser :

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

L’acteur marocain Mustapha Zaari en mauvaise passe

L’acteur marocain Mustapha Zaari traverse une passe difficile en ce moment. Diagnostiqué d’un cancer de la prostate, il a été hospitalisé récemment à l’hôpital militaire de Rabat pour recevoir un traitement adéquat.

Une maladie menace les enfants marocains

La propagation de la maladie de leishmaniose dans plusieurs provinces marocaines préoccupe le Parlement. Une députée a interpellé le ministre de la Santé et de la Protection sociale Khalid Ait Taleb sur ce sujet.

Maroc : les scorpions s’invitent pendant les vacances

Au Maroc, alors que les scorpions, les serpents et les chiens errants font des victimes en cette période de canicule, les vaccins manquent à l’appel. Nombreux sont les hôpitaux, centres de santé et dispensaires des régions rurales qui souffrent d’une...

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

West Ham : Nayef Aguerd encore blessé

Alors qu’il venait de faire son retour sur le terrain après plusieurs semaines d’absence pour blessure, Nayef Aguerd s’est à nouveau blessé samedi lors du match qui opposait West Ham à Chelsea.

Au Maroc, un trek solidaire vire au cauchemar

Alors qu’elles participaient fin octobre au Trek Rose Trip, qui sensibilise au cancer du sein, récolte des fonds pour l’association Ruban Rose et plusieurs autres structures, au Sahara, au Maroc, plus de 800 femmes ont vécu une expérience...

Maria, la sage-femme miraculée qui a aidé à accoucher pendant le séisme

Une sage-femme a aidé des femmes à accoucher au milieu du puissant et dévastateur séisme survenu le 8 septembre au Maroc qui a fait près de 3000 morts, plus de 5000 blessés et détruit des milliers de maisons.