Grupotec quitte le Maroc à cause « d’obstacles administratifs »

15 juin 2022 - 07h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

La société d’ingénierie Grupotec a décidé de fermer son bureau au Maroc et de renforcer sa présence en Europe et notamment en Espagne, où elle a d’importants projets en construction et en développement dans le secteur des énergies renouvelables.

Après plus d’une décennie d’activités, Grupotec a décidé de quitter le Maroc. La société valencienne s’est installée sur le marché africain en 2003 où le secteur des énergies renouvelables n’était pas encore très développé au Maroc. Elle a fourni des services d’ingénierie pour les navires et les usines de production de grandes entreprises. Elle a toutefois rencontré des difficultés pour s’installer, confiait à Valencia Plaza, Andrés Douireau, directeur du bureau de la société au Maroc. Lesquelles difficultés l’ont amenée à finalement fermer la filiale marocaine et à se concentrer sur le marché européen.

« Il y avait des difficultés constantes et des obstacles administratifs. C’est un pays complexe dans lequel les règles du jeu changent et au final, on n’est pas à l’aise », expliquent des sources de Grupotec, déplorant les retards dans le paiement des factures par l’administration publique marocaine. Ils ont fini par trouver des clients européens dans le royaume, avec lesquels ils ont bien collaboré. « L’activité était bien rentable. Mais au final, les blocages et les situations complexes nous ont poussés à partir », ont-elles déclaré.

À lire : Repsol quitte le Maroc

Pourtant, la filiale faisait un chiffre d’affaires annuel entre 1,5 et 3 millions d’euros, selon les années et avait de bonnes perspectives de croissance au Maroc en raison de l’intérêt du gouvernement pour les énergies renouvelables. Dans tous les cas, le plus gros volume de projets de l’entreprise est concentré en Espagne et dans d’autres pays européens où Grupotec souhaite désormais augmenter son chiffre d’affaires.

La société a aussi des intérêts dans les Caraïbes et dans le golfe Persique où elle a récemment lancé ses premiers projets. Elle développe plusieurs projets énergétiques au Royaume-Uni, en Italie, en Jamaïque, en Colombie, au Chili et au Mexique et se prépare à lancer prochainement ses premiers projets en Arabie saoudite. En Espagne où elle a le plus grand portefeuille de projets, Grupotec a six projets en construction avec des puissances allant de 15 à 50 MW, et un total de 215 MW en cours d’exécution.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Energie

Aller plus loin

Repsol quitte le Maroc

Après 11 ans d’activités au Maroc, Repsol compte quitter le royaume. L’entreprise espagnole veut regrouper ses activités d’exploration et de production d’hydrocarbures dans des...

L’Espagnol Rubau Tarres quitte le Maroc

Après 5 années florissantes dans le secteur du Bâtiment Travaux Public (BTP) au Maroc, le groupe espagnol Rubau Tarres, basé à Tanger, a mis les clés sous le paillasson.

L’américain UPC Renewables quitte le Maroc

Le groupe américain UPC Renewables quitte le Maroc. A l’origine de ce départ, des difficultés techniques et de financement avec comme conséquence, l’abandon de ses deux projets...

Le groupe espagnol ACS quitte le Maroc

Le groupe espagnol ACS spécialisé dans le BTP et les infrastructures, vient de liquider Imesapi Maroc, une deuxième filiale, intervenant dans les métiers du génie hydraulique,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le groupe OCP vise 100 % de couverture en énergie verte

Avec 86 % de couverture en énergie propre, l’Office chérifien des phosphates (OCP) espère couvrir totalement ses besoins d’ici 2028. C’est dans ce cadre que le groupe a lancé en juillet dernier un avis d’appel d’offres pour un projet solaire de 258 MW.

Shell fournira du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) au Maroc via le Gazoduc Maghreb-Europe

Un contrat prévoyant l’approvisionnement de 0,5 milliard de mètres cubes de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) par an vient d’être signé entre Shell International Trading Middle East Limited FZE et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE).

Centrale de Ouarzazate : les dégâts déjà réparés suite au séisme

Le ministère marocain de l’Énergie a assuré que les infrastructures énergétiques n’ont subi aucun dommage lors du séisme d’Al Haouz, à l’exception de la centrale solaire de Ouarzazate où des dégâts « mineurs » ont été constatés et déjà réparés.

Du nouveau pour l’usine géante de batteries au Maroc

Le gouvernement marocain vient de signer un mémorandum d’entente avec le groupe sino-européen Gotion High-Tech pour la réalisation d’un projet de mise en place d’un écosystème industriel de production de batteries pour véhicules électriques et de...

Le Maroc va investir 90 milliards de dirhams dans l’hydrogène vert d’ici 2030

Le roi Mohammed VI a donné des instructions pour accélérer la mise en œuvre de la feuille de route nationale de production d’hydrogène vert et de ses dérivés. C’était lors de la réunion de travail sur les énergies renouvelables qu’il a présidée mardi...

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

« Le Maroc deviendra le prochain hub énergétique »

Le Maroc est l’endroit idéal pour les investisseurs et deviendra le prochain hub énergétique. Ces mots sont de Yossi Abu, PDG de NewMed Energy, une société d’exploration, de développement et de production de gaz naturel et de pétrole israélienne qui...

Gazoducs, regazéification et hydrogène vert : les paris du Maroc

Le Maroc travaille à développer les énergies renouvelables pour garantir son indépendance énergétique. Les autorités du royaume ont prévu un plan ambitieux de construction d’oléoducs et de gazoducs pour atteindre cet objectif d’ici 2030.

Le Maroc, « future centrale » énergétique de l’Europe ?

À l’heure où la résilience face aux défis climatiques doit se renforcer, le Maroc nourrit des ambitions pour les énergies renouvelables, lesquelles font de lui un partenaire de choix de l’Europe. Il ambitionne notamment de produire 52 % de son énergie...

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.