Un mandat d’arrêt international dans l’affaire de "Hamza mon bb"

14 janvier 2020 - 09h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

L’enquête sur l’affaire "Hamza Mon bb" apporte de nouveaux éléments chaque jour. Les autorités marocaines ont lancé, sur la base d’informations reçues, un mandat d’arrêt international à l’encontre de Aicha Ayach, qui serait la tête pensante et l’administratrice des comptes Hamza mon bb.

Aïcha Ayach, qui se présente comme styliste et femme de médias, n’est pas seulement soupçonnée d’être la tête pensante derrière les comptes Hamza mon bb. Elle serait aussi la commanditaire des rumeurs et ragots colportés, le chantage et autres formes de menaces exécutés à travers ces comptes, contre des célébrités du monde de l’art et de la culture. Aïcha Ayach se trouverait aux Émirats, un pays avec lequel le Maroc a signé, depuis avril 2006, un accord de coopération judiciaire portant, entre autres, sur l’extradition des criminels, rapporte le 360.

La supposée styliste et femme des médias, n’est pas la seule à faire l’objet d’un mandat d’arrêt international. Les autorités sont aussi à la recherche du complice et bras droit de Aïcha Ayach. Il se trouverait à l’étranger, sous de fausses identités restées inconnues jusqu’à présent.

Selon des sources bien introduites, la chanteuse Dounia Batma ne serait pas directement impliquée dans l’administration des comptes incriminés, tout comme elle n’aurait pas trempé dans les affaires de racket. Sa relation avec l’administrateur des comptes serait liée à leur utilisation à des fins de règlements de compte. Par contre, la chanteuse et Aïcha Ayach se connaissaient et s’étaient rencontrées, comme en témoignent des posts publiés sur Instagram.

Le volet judiciaire de cette affaire démarre bientôt devant le tribunal de première instance de Marrakech. Il s’agit d’un policier qui sera jugé à partir du 16 janvier. Suivra, le 23 janvier, le procès de Soukaina Glamour, du correspondant de presse Simo Dahir et du patron d’une agence de location de voitures.

Mais, il faudra attendre le 8 février pour le début du procès des sœurs Dounia et Ibtissam Batma, poursuivies en liberté provisoire, après avoir versé des cautions respectives de 500 000 et 300 000 dirhams, précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Procès - Emirats Arabes Unis - Criminalité - Chantage - Hamza mon bebe

Aller plus loin

L’affaire "Hamza mon bb" fait tomber un journaliste

L’affaire de diffamation et fake news dite "Hamza mon bb" a connu une nouvelle arrestation. Il s’agit du correspondant d’un site d’information marocain qui a été arrêté mercredi...

Affaire « Hamza mon bébé » : ça se complique pour Simo Benbachir

Mohamed Benbachir, alias Simo Benbachir, fait l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré par le parquet de Marrakech, vendredi 28 février 2020. Le journaliste people...

L’affaire « Hamza Mon bb » est au tribunal de Marrakech ce jeudi

L’affaire d’arnaque et de chantage, "Hamza Mon bb", sera jeudi devant le tribunal de première instance de Marrakech. Il s’agit de la deuxième audience du procès du policier...

Un officier de police poursuivi dans l’affaire "Hamza mon bb"

Un officier de police est poursuivi en état de liberté par le Parquet général de Marrakech pour son implication présumée dans l’affaire "Hamza mon bb".

Ces articles devraient vous intéresser :

Dounia Batma attaque, son ex-mari contre-attaque

Le producteur bahreïni Mohamed Al-Turk a répondu aux accusations de complot portées contre lui par son ex-épouse, la chanteuse marocaine Dounia Batma impliquée dans l’affaire « Hamza mon bb ».

Qui est Golan Avitan, l’Israélien extradé par le Maroc ?

Le Maroc a extradé Golan Avitan, 54 ans, membre présumé de la célèbre famille criminelle Abergil qui a fui Israël il y a quatre ans. Il serait impliqué dans un attentat à la bombe de 2003 qui a fait trois morts.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : appel à l’arrêt immédiat des opérations d’abattage de chiens

Un collectif des associations marocaines de protection animale dénonce « des opérations brutales et inhumaines, de capture et d’abattage des animaux à travers tout le pays, incluant ceux déjà stérilisés, vaccinés et identifiés ».

Dounia Batma et Saïda Charaf : Latifa Raafat s’en mêle

L’artiste marocaine Latifa Raafat a appelé à la tolérance ses consœurs Dounia Batma et Saïda Charaf, actuellement en conflit judiciaire devant le tribunal de première instance de Marrakech.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.