«  Illégitimes  », le premier livre de la journaliste marocaine Nesrine Slaoui

7 janvier 2021 - 15h30 - Ecrit par : G.A

« Illégitimes », c’est le titre du livre de la journaliste marocaine Nesrine Slaoui, dont la sortie est prévue cette semaine. Dans ce livre, la jeune femme fait un témoignage assez détaillé sur son parcours de «  transfuge de classe  », des HLM du Vaucluse aux bancs de Sciences Po Paris.

C’est en accompagnant sa mère dans les hôtels de luxe pour le ménage, que Nesrine Slaoui pose les jalons de son premier roman, à travers la publication de ses premières photos sur Instagram. Mais c’est le texte qu’elle a publié sur Twitter pour décrire les difficultés de son père pendant le confinement face aux injonctions contraires de l’administration et aux accidents du travail que Fayard la repère et lui propose la publication de ce livre. «  J’écris depuis toujours, mais jamais je n’aurais imaginé être publiée un jour  », confie-t-elle.

Ce premier roman de la Marocaine est le récit d’une réussite sur fond de mélancolie et d’épreuves. Elle relate les difficultés auxquelles elle a fait face. Elle, issue de milieu populaire et qui a gravi les marches jusqu’à atteindre Sciences Po. C’est également le récit bouleversant sur la difficulté d’être une femme, issue de milieu populaire et d’origine marocaine, «  banlieusarde de campagne  » qui avait «  une revanche à prendre  » après que l’un de ses professeurs lui a dit un jour que Sciences Po, ce n’était « pas pour elle  » et qui a vécu trop de discriminations, «  de racisme et de sexisme  », rapporte huffingtonpost.fr.

Au fil des pages, Nesrine Slaoui décrit, statistiques à l’appui, l’inégalité des chances, l’inégal accès à l’éducation, la vie des gens comme elle ou ses parents, qui avant même le confinement, observaient une sorte d’enfermement pour se mettre à l’abri de la discrimination, du racisme, de la violence gratuite des personnes qui se disent privilégiées. «  J’ai dû changer de style vestimentaire, gommer mon accent du sud et apprendre à me tenir autrement pour entrer à Sciences Po  », rapporte-t-elle encore.

Elle souligne que «  ceux que l’on nomme les transfuges de classe sont les témoins, les cibles privilégiées, de la violence de classe  ». Tout au long de l’ouvrage, Nesrine Slaoui a fait part de la discrimination, du racisme, de la «  violence de classe  » qui se résume en trois phrases qu’on rencontre en lisant le roman. Alors qu’elle travaillait à la caisse d’un supermarché, une cliente lance à son fils : «  Tu vois, il faut absolument que tu étudies pour ne pas finir comme cette femme  ». Il y a également un étudiant de Sciences Po Grenoble, qui lui a lancé en première année : «  Nesrine, tu as pris la place de ma sœur  », pour lui faire comprendre qu’elle n’avait pas, à ses yeux, sa place dans cet établissement. Elle se souvient également d’un autre étudiant qui, apprenant son admission à Sciences Po Paris et lance devant tout le monde : «  Elle a été admise parce que c’est une femme rebeue et qu’elle est jolie. La société recherche ce genre de profil  ».

Nesrine Slaoui est née d’un père maçon et d’une mère, femme de ménage. En dehors des sacrifices consentis, elle retient de leur vie, le mépris de certains soignants face au corps blessé de son père, Arabe parlant mal le français, auquel on ne prête pas attention et les mains de sa mère, «  fripées par l’eau de Javel  ». À travers eux, elle parle de «  ceux dont la vie est confinée en permanence  », précise la même source.

Tags : France - Racisme - Livres

Aller plus loin

"Ma fille, mon enfant", une BD qui schématise le racisme ordinaire à l’heure du coronavirus

La bande dessinée "Ma fille, mon enfant" est parue en début d’année aux éditions Bamboo, bien avant la pandémie du nouveau coronavirus. Pourtant, elle est perçue comme un ouvrage de...

Un livre dévoile le racisme au sein de la police française

Le journaliste Valentin Gendrot, 32 ans, partage deux années d’infiltration dans la police parisienne. C’est dans Flic, où le reporter fait vivre entre autres, Violences,...

Khaled dénonce en direct le racisme de France Inter

La radio France Inter a vécu un moment pas très commode le jour de la fête du travail. Une émission destinée à recueillir le témoignage de ceux qui participent d’une manière ou d’une...

France : deux maires d’origine maghrébine victimes de racisme

Mohamed Boudjellaba, maire de Givors et Yasmine Bouagga, maire du 1ᵉʳ arrondissement de Lyon, tous d’eux d’origine maghrébine, sont victimes de...

Nous vous recommandons

Erasmus+ : jusqu’à 28 000 euros pour des étudiants marocains

Le Campus d’excellence agroalimentaire internationale (ceiA3) a offert onze bourses Erasmus+ aux doctorants, enseignants et chercheurs de différentes universités de plusieurs pays dont le Maroc, pour un montant de 28 560...

Le corps d’un homme d’affaires retrouvé près de Tanger

Les éléments de la gendarmerie royale de la brigade de Tanger ont découvert le corps sans vie d’un homme d’affaires dans la forêt de Haouara, relevant de la commune de Gueznaya. La piste du suicide est...

Le Maroc donne la priorité à un avion espagnol transportant un organe

Les contrôleurs aériens espagnols ont coordonné mardi avec leurs homologues marocains pour donner la priorité à un vol transportant vers les îles Canaries un organe pour une greffe.

Royal Air Maroc vend plusieurs avions

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a pris plusieurs mesures notamment la vente de 10 avions, afin de faire face aux effets de la crise sanitaire liée au Covid-19 sur ses activités.

Un Algérien recherché par la France arrêté à Casablanca

Un Algérien recherché depuis plus de 10 ans en France a été arrêté dimanche à Casablanca suite à un mandat d’arrêt international diffusé par Interpol.

L’intelligence artificielle prédit le vainqueur de la Coupe d’Afrique

Le Maroc figure parmi les favoris de la 33ᵉ édition de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2022) dont le coup d’envoi sera donné ce soir au stade d’Olembe de Yaoundé de Cameroun, et pourrait remporter la victoire...

Au Maroc, les spoliations immobilières ont encore de beaux jours devant elles

Malgré sa publication au Bulletin officiel le 26 août 2019, la loi 31-18 relative à l’enregistrement des procurations et des sociétés civiles immobilières aux registres électroniques dédiés n’est toujours pas en vigueur à cause de l’absence des textes...

Agadir : un MRE arrêté pour polygamie

Un Marocain résidant en France a été arrêté pour s’être remariée avec une jeune femme demeurant dans la région de Taliouine, sans l’autorisation de son épouse.

L’ambassade de Belgique au Maroc fermée temporairement

En raison d’une maintenance informatique, l’ambassade de Belgique à Rabat, au Maroc, a officiellement annoncé la fermeture de ses bureaux pendant trois jours.

Les compagnies aériennes reviennent en force au Maroc

La crise sanitaire liée au coronavirus n’a visiblement pas provoqué un désintérêt des compagnies aériennes pour la destination Maroc. Les dessertes ne cessent de se multiplier.