«  Illégitimes  », le premier livre de la journaliste marocaine Nesrine Slaoui

7 janvier 2021 - 15h30 - France - Ecrit par : G.A

« Illégitimes », c’est le titre du livre de la journaliste marocaine Nesrine Slaoui, dont la sortie est prévue cette semaine. Dans ce livre, la jeune femme fait un témoignage assez détaillé sur son parcours de «  transfuge de classe  », des HLM du Vaucluse aux bancs de Sciences Po Paris.

C’est en accompagnant sa mère dans les hôtels de luxe pour le ménage, que Nesrine Slaoui pose les jalons de son premier roman, à travers la publication de ses premières photos sur Instagram. Mais c’est le texte qu’elle a publié sur Twitter pour décrire les difficultés de son père pendant le confinement face aux injonctions contraires de l’administration et aux accidents du travail que Fayard la repère et lui propose la publication de ce livre. «  J’écris depuis toujours, mais jamais je n’aurais imaginé être publiée un jour  », confie-t-elle.

Ce premier roman de la Marocaine est le récit d’une réussite sur fond de mélancolie et d’épreuves. Elle relate les difficultés auxquelles elle a fait face. Elle, issue de milieu populaire et qui a gravi les marches jusqu’à atteindre Sciences Po. C’est également le récit bouleversant sur la difficulté d’être une femme, issue de milieu populaire et d’origine marocaine, «  banlieusarde de campagne  » qui avait «  une revanche à prendre  » après que l’un de ses professeurs lui a dit un jour que Sciences Po, ce n’était « pas pour elle  » et qui a vécu trop de discriminations, «  de racisme et de sexisme  », rapporte huffingtonpost.fr.

Au fil des pages, Nesrine Slaoui décrit, statistiques à l’appui, l’inégalité des chances, l’inégal accès à l’éducation, la vie des gens comme elle ou ses parents, qui avant même le confinement, observaient une sorte d’enfermement pour se mettre à l’abri de la discrimination, du racisme, de la violence gratuite des personnes qui se disent privilégiées. «  J’ai dû changer de style vestimentaire, gommer mon accent du sud et apprendre à me tenir autrement pour entrer à Sciences Po  », rapporte-t-elle encore.

Elle souligne que «  ceux que l’on nomme les transfuges de classe sont les témoins, les cibles privilégiées, de la violence de classe  ». Tout au long de l’ouvrage, Nesrine Slaoui a fait part de la discrimination, du racisme, de la «  violence de classe  » qui se résume en trois phrases qu’on rencontre en lisant le roman. Alors qu’elle travaillait à la caisse d’un supermarché, une cliente lance à son fils : «  Tu vois, il faut absolument que tu étudies pour ne pas finir comme cette femme  ». Il y a également un étudiant de Sciences Po Grenoble, qui lui a lancé en première année : «  Nesrine, tu as pris la place de ma sœur  », pour lui faire comprendre qu’elle n’avait pas, à ses yeux, sa place dans cet établissement. Elle se souvient également d’un autre étudiant qui, apprenant son admission à Sciences Po Paris et lance devant tout le monde : «  Elle a été admise parce que c’est une femme rebeue et qu’elle est jolie. La société recherche ce genre de profil  ».

Nesrine Slaoui est née d’un père maçon et d’une mère, femme de ménage. En dehors des sacrifices consentis, elle retient de leur vie, le mépris de certains soignants face au corps blessé de son père, Arabe parlant mal le français, auquel on ne prête pas attention et les mains de sa mère, «  fripées par l’eau de Javel  ». À travers eux, elle parle de «  ceux dont la vie est confinée en permanence  », précise la même source.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Racisme - Livres - Nesrine Slaoui

Aller plus loin

France : deux maires d’origine maghrébine victimes de racisme

Mohamed Boudjellaba, maire de Givors et Yasmine Bouagga, maire du 1ᵉʳ arrondissement de Lyon, tous d’eux d’origine maghrébine, sont victimes de racisme.

« Seule » de Nesrine Slaoui ou l’univers d’une femme maghrébine en France

« Seule », deuxième roman de la journaliste et chroniqueuse Nesrine Slaoui plonge le lecteur dans l’univers d’une femme maghrébine en France, ce qu’elle vit et peut endurer à 30...

Khaled dénonce en direct le racisme de France Inter

La radio France Inter a vécu un moment pas très commode le jour de la fête du travail. Une émission destinée à recueillir le témoignage de ceux qui participent d’une manière ou...

Rachida Dati : "le racisme existe en France"

La candidate LR à la mairie de Paris, Rachida Dati évoque "le racisme social" vis-à-vis des Gilets Jaunes, et dit craindre une "convergence des crises" liée au chômage de masse,...

Ces articles devraient vous intéresser :

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Racisme envers les musulmans : de nouveaux témoignages accablent Christophe Galtier

L’ex-entraîneur de l’OGC Nice, Christophe Galtier, fait face à de graves accusations de discrimination et de harcèlement moral, avec un procès prévu dans dix jours.

Accusé de racisme, Christophe Galtier a le soutien de Laurent Blanc

À l’instar de Genesio, Kombouaré et Roy, le coach de l’Olympique lyonnais (OL) Laurent Blanc a défendu son collègue et ami Christophe Galtier, entraîneur du PSG accusé de racisme dans une affaire qui remonte à son passage à l’OGC Nice la saison dernière.

Agression de MRE en Europe : le parlement marocain interpellé

Un parlementaire du parti de l’Istiqlal vient d’appeler Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération africaine, à agir pour combattre les attaques racistes répétées ciblant les Marocains résidant à l’étranger (MRE).

Un Marocain tabassé par des videurs dans le nord de l’Espagne

Un jeune homme de 23 ans, médiateur culturel d’origine marocaine résidant à la Corogne, dans le nord-ouest de l’Espagne, a porté plainte, affirmant avoir été victime d’une agression racistede la part de deux videurs.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

Haine envers les Marocains : prison ferme prononcée par la justice

Le parquet de Valence spécialisé dans les délits de haine a requis trois ans de détention contre un homme accusé de diffusion d’informations mensongères sur les réseaux sociaux ciblant les musulmans, notamment Marocains.

Iliass Aouani, recordman italien du marathon, répond avec élégance aux injures racistes

Après avoir battu le record italien du marathon (2h07:16), Iliass Aouani a essuyé des insultes racistes. Sur la toile, il a été attaqué notamment sur ses origines marocaines. Plutôt que d’employer le même ton que ses détracteurs, l’athlète a préféré...

Nicole Kidman dans l’adaptation du livre « Chanson douce » de Leïla Slimani

Un thriller basé sur le roman de l’écrivaine franco-marocaine Leïla Slimani, intitulé La nounou parfaite (chanson douce, titre original) devrait être produit par l’actrice et réalisatrice australo-américaine Nicole Kidman. HBO développera La nounou...