Immobilier au Maroc : l’astuce de la DGI pour augmenter les ventes

28 juillet 2020 - 18h00 - Economie - Ecrit par : I.L

La Direction des impôts a suspendu le référentiel des prix pour faire face à la conjoncture. Cette mesure prend en compte les transactions établies depuis le 20 mars dernier et qui n’ont pas encore fait l’objet d’une procédure de régularisation.

Cette mesure s’applique aux prix de référence retenus par l’administration pour les besoins de calcul des droits et taxes des transactions établies depuis le 20 mars dernier et « n’ayant pas encore fait l’objet d’une procédure de régularisation », rapporte l’Economiste. Elle vise également à rééquilibrer la balance entre l’offre et la demande.

D’après le quotidien, cet argus limitait la marge de manœuvre dans la négociation entre le vendeur et l’acheteur. La prorogation de cet outil d’appréciation s’explique par l’impact brutal de la crise sanitaire et les effets induits sur la conjoncture, précise le même quotidien. Recourir au référentiel n’est plus de mise pour identifier le prix de vente réel d’une transaction immobilière.

En raison de la morosité ambiante, l’administration a décidé de suspendre son pouvoir d’appréciation afin de se rapprocher au mieux de la réalité du marché. Au nombre des données de ce référentiel, il y a le résultat de concertations entre la Direction générale des impôts, l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie, l’Agence Urbaine et l’Association des promoteurs immobiliers.

Conformément aux recommandations des 3e assises fiscales, le gouvernement introduit des réajustements portant sur la mise en place d’un cadre légal et réglementaire du référentiel des prix. Selon le journal, cette mise à jour est d’autant plus nécessaire que, depuis son élaboration, le référentiel de l’immobilier, qui a pour but de lutter contre certaines pratiques de l’économie souterraine, n’a été soumis à aucune procédure de révision. Pour échapper au redressement fiscal, de nombreux promoteurs s’alignent désormais sur ce référentiel et rechignent à vendre à des prix inférieurs. Ce qui constitue un élément de blocage dont le marché pourrait bien se passer en ces temps de ralentissement économique, précise-t-on.

Sujets associés : Immobilier - Douane marocaine - Direction générale des impôts (DGI)

Aller plus loin

Maroc : grosses pertes pour le secteur immobilier

Au Maroc, le secteur de l’immobilier a été durement touché par la crise sanitaire liée au coronavirus, avec à la clé, une grosse perte estimée à plus de 40 milliards de dirhams.

Maroc : les ventes ne finissent pas de dégringoler dans l’immobilier

Le marché de l’immobilier au Maroc continue sa dégringolade. Selon l’indice des prix des actifs immobiliers publié par Bank Al-Maghrib, on note une baisse de 3,3% qui s’étale...

Ces articles devraient vous intéresser :

MRE : voici ce qui est interdit d’importer au Maroc

Chaque année, des millions de MRE rentrent au Maroc, notamment durant les vacances d’été. Par tradition, ils apportent des cadeaux pour la famille. Mais attention : la douane veille sur certains produits interdits ou d’autres qui nécessitent une...

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.

Le Maroc va construire deux millions de logements sociaux

Le Maroc devra construire encore près de deux millions de logements sociaux pour satisfaire la demande toujours forte, a indiqué Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la...

Aide directe au logement : les promoteurs immobiliers exigent des clarifications

Pour dynamiser le secteur immobilier, le gouvernement envisage d’octroyer une aide au logement, au profit des acquéreurs éligibles. Cette mesure contenue dans le PLF 2023, suscite des inquiétudes dans les rangs des promoteurs immobiliers.

Maroc : les cigarettes vont coûter plus cher

Les prix des paquets de cigarettes connaîtront une hausse dès le 1ᵉʳ janvier au Maroc, conformément aux dispositions relatives au relèvement de la taxe intérieure de consommation (TIC) sur le tabac.

Marchandises et cadeaux : que dit la douane marocaine ?

La douane marocaine a démenti les rumeurs selon lesquelles une nouvelle taxation serait appliquée aux cadeaux importés par les voyageurs marocains ou étrangers.

Voici le profil des Marocains qui s’endettent le plus

Bank Al-Maghrib a analysé le profil des Marocains qui recourent le plus aux crédits à la consommation et à l’habitat, sur la base des critères de l’âge, du revenu, de la catégorie socio-professionnelle et du lieu de résidence.

Maroc : les ventes immobilières en berne

Dans un contexte international incertain, le marché immobilier marocain semble fortement perturbé. Au premier trimestre de l’année, les transactions se sont rétractées, se traduisant par une baisse de 9,3 % des ventes immobilières.

MRE : Peut-on importer une voiture de location au Maroc ? 

La douane marocaine vient de publier une nouvelle version de son guide dédié aux Marocains résidant à l’étranger. Une section dédiée à l’importation par les MRE des voitures de location. Qu’en est-il ?

Immobilier : des exonérations en faveur des futurs propriétaires ?

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch étudie sérieusement la possibilité d’encourager les futurs propriétaires, en remplaçant les exonérations fiscales en faveur des promoteurs immobiliers, par une aide financière directe aux familles.