Incinération d’un Marocain : le tribunal de Nantes face à une dispute familiale

25 novembre 2023 - 20h00 - France - Ecrit par : S.A

Une famille franco-marocaine qui se dispute le corps d’un proche décédé le 13 novembre en France, où il résidait depuis 1981, s’est retrouvée au tribunal judiciaire de Nantes.

L’absence des dernières volontés de M. B., décédé le 13 novembre à l’âge de 64 ans, divise sa famille. Alors que ses filles et son ex-compagne souhaitent que son corps soit incinéré en France, ses frère et sœurs installés au Maroc demandent un rapatriement de la dépouille en vue de son inhumation dans le royaume, son lieu de naissance. Jeudi, le tribunal judiciaire de Nantes s’est prononcé sur cette affaire, le quotidien régional Presse Océan. Dans le jugement, « il est établi que M. B.* n’a exprimé aucune volonté particulière, de manière positive ou négative, s’agissant de l’organisation de ses funérailles. […] En l’absence de dispositions expresses d’un défunt quant aux modalités de ses funérailles, il y a lieu de rechercher par tout moyen quelles ont pu être ses volontés et, à défaut, de désigner la personne la mieux qualifiée pour décider des modalités », fait savoir Le Figaro qui détient une copie du jugement.

À lire : Drame de Saïdia : l’Algérie refuse toujours de remettre le corps d’une victime

Alors que les frère et sœurs, représentés par un aumônier hospitalier du culte musulman, ont avancé que le sexagénaire, malade, « baignait dans la culture arabo-musulmane depuis toujours, gardait des liens avec son pays natal » et qu’il doit être enterré selon le rite musulman, les filles et l’ex-conjointe du défunt « ne considèrent pas qu’il était un musulman pratiquant ». Il ressort par ailleurs des explications des enfants de M.B. que leur père « aurait fait part à l’assistante sociale du souhait », celui d’être « incinéré » et de disperser ses cendres en mer.

À lire :Le corps de l’ouvrier marocain mort en Espagne sera rapatrié au Maroc

Faisant remarquer que les « témoignages produits aux débats par » les frère et sœurs du MRE « n’apportent pas suffisamment la preuve que M. B. souhaitait le rapatriement de son corps au Maroc et une inhumation ni même qu’il s’opposait fermement à une incinération », le tribunal a désigné ses deux filles et son ex-compagne comme les personnes « les plus qualifiées pour déterminer les modalités de funérailles ». En conséquence, le corps de M. B. sera incinéré. Insatisfait, le représentant des frère et sœurs de M. B. va interjeter appel.

*Par respect pour la famille, Le Figaro a choisi d’anonymiser les noms et prénoms des concernés.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Nantes - MRE

Aller plus loin

Enterrement imminent du Marocain Omar Ahmadi à Paris, sa famille recherchée

Un jeune homme d’origine marocaine, né à Casablanca, va être enterré ce mercredi 17 janvier 2024 à Paris. Sa famille ou ses proches sont activement recherchés.

Le corps de l’ouvrier marocain mort en Espagne sera rapatrié au Maroc

Le corps d’Abderrahim El Bouazati, le maçon marocain de 35 ans, décédé mardi après une chute du cinquième étage dans la cage d’ascenseur d’un immeuble en construction à Oviedo...

La ville de Carcassonne exhume le corps d’un Marocain

Après 25 ans, le corps d’un Marocain a été exhumé par la ville de Carcassonne à la surprise générale de sa famille qui affirme n’avoir pas été au préalable prévenue. En colère,...

Tué au Québec, le corps d’Achraf Thimoumi rapatrié au Maroc

Le corps du jeune Marocain de 20 ans, tué par balle à Stoneham, est en route pour le Maroc. L’enquête ouverte dans le cadre de ce meurtre se poursuit.

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan 2024 en France : Le Maroc perd la main sur l’encadrement religieux des MRE

À l’approche du mois de Ramadan, des voix s’élèvent pour réclamer une formation religieuse adaptée aux Marocains résidant à l’étranger, notamment en France.

Bank Of Africa dévoile ses nouvelles offres MRE

À l’occasion de l’opération Marhaba, Bank Of Africa a dévoilé mercredi son offre « de produits et services innovants », visant à se rapprocher davantage de ses clients MRE.

MRE : voici ce qui est interdit d’importer au Maroc

Chaque année, des millions de MRE rentrent au Maroc, notamment durant les vacances d’été. Par tradition, ils apportent des cadeaux pour la famille. Mais attention : la douane veille sur certains produits interdits ou d’autres qui nécessitent une...

Youssra Zouaghi, Maroco-néerlandaise, raconte l’inceste dans un livre

Victime d’abus sexuels et de négligence émotionnelle pendant son enfance, Youssra Zouaghi, 31 ans, raconte son histoire dans son ouvrage titré « Freed from Silence ». Une manière pour elle d’encourager d’autres victimes à briser le silence.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.

Ramadan : point sur la délégation d’accompagnement religieux des MRE

Le nombre de personnes composant la délégation chargée de l’accompagnement religieux des Marocains résidant à l’étranger en ce mois de ramadan est connu.

Maroc : les MRE font grimper les ventes immobilières

Les transactions immobilières sont en hausse au Maroc en ce début d’été, avec la forte demande des Marocains résidant à l’étranger (MRE) et notamment en Europe, qui affluent vers le royaume pour y passer leurs vacances.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.