Une intervention militaire de l’Algérie au Sahara ?

14 mars 2021 - 21h30 - France - Ecrit par : S.A

L’Algérie pourrait mener une intervention militaire au Sahara à même de déstabiliser la région. C’est du moins ce qu’indique un rapport du think tank international Crisis Group qui recommande que les partenaires internationaux du Maroc (les États-Unis et la France) poussent Rabat à accepter, sans condition préalable, un nouvel envoyé chargé de négocier une désescalade.

« Il serait erroné de penser que l’Algérie restera neutre. L’Algérie soutient la stratégie militaire d’usure du Polisario. Bien qu’aucun nouveau transfert d’armes en provenance d’Algérie pouvant améliorer les capacités de l’Armée de libération du peuple sahraoui n’ait été constaté, Alger pourrait envisager ce type de transferts si une flambée de violence tuait un grand nombre de combattants du Polisario, par exemple. Ceci aurait des implications pour toute la région », alertent les auteurs du rapport intitulé « Il est temps de ré-engager des efforts internationaux au Sahara occidental » (Time for International Re-engagement in Western Sahara).

« Pour limiter les risques, les partenaires internationaux du Maroc – les États-Unis et la France – devraient pousser Rabat à accepter, sans condition préalable, un nouvel envoyé chargé de négocier une désescalade qui pourrait amener les deux parties à négocier une trêve », suggèrent-ils, appelant les États-Unis et le conseil de sécurité à adopter une « approche plus directe ». Selon les auteurs du rapport, l’administration Biden risque d’être réticente à l’idée de remettre en cause la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara. « Malgré cela, elle pourrait envisager d’autres façons de rassurer le Polisario, par exemple en réaffirmant le soutien de Washington au renouvellement semestriel du mandat de la Minurso », indiquent-ils.

Pour éviter de contrarier le Maroc, les résolutions du Conseil de sécurité devraient explicitement faire référence à la nécessité de sécuriser la route d’El Guerguerat, suggère le think thank, faisant savoir que le royaume aurait posé des conditions « plus spécifiques et plus strictes » à la nomination d’un envoyé spécial onusien pour le Sahara. « Le Maroc aurait refusé qu’il s’agisse d’un ou une diplomate issue d’un pays scandinave (du fait d’une prétendue sympathie qu’ils auraient pour la cause sahraouie), d’Allemagne (car Rabat a découvert avec Köhler qu’il était difficile de contrer Berlin) ou d’un État membre permanent du Conseil de sécurité (pour éviter que des pressions politiques illégitimes puissent être exercées sur les négociations)", annonce le centre de réflexion.

L’une des conditions du royaume c’est que le nouvel envoyé onusien tienne compte de la solution d’autonomie qu’elle propose et que préconise l’administration américaine. À en croire les auteurs du rapport, ces conditions ont « réduit le vivier de candidats potentiels de façon significative ». Un ancien ministre des Affaires étrangères qui avait été approché pour le poste, aurait ainsi déclaré : « personne ne veut être associé à un échec diplomatique ».

Le groupe de réflexion note par ailleurs que « malgré la mobilisation du Polisario, les réactions internationales aux événements survenus dans le Sahara occidental étaient, majoritairement, favorables au retour rapide du cessez-le-feu, ou s’alignaient sur la position du Maroc ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Algérie - Rabat - Polisario

Aller plus loin

Abdelmadjid Tebboune : l’Algérie "n’abandonnera pas la question du Sahara occidental"

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré que son pays "n’abandonnera pas la question du Sahara occidental". Une manière pour lui de réitérer son soutien au...

L’Algérie accuse le Maroc de vouloir le « déstabiliser »

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune accuse le Maroc, sans le nommer, de vouloir déstabiliser son pays à travers des relais médiatiques. Des déclarations en rajoutent aux...

Vers un conflit armé entre le Maroc et l’Algérie ?

Jeune Afrique a consacré un article aux tensions de longue date entre le Maroc et l’Algérie au sujet de la question du Sahara. L’hebdomadaire panafricain se demande si l’on...

Le Maroc et l’Algérie se livrent à une course à l’armement

Le Maroc et l’Algérie se sont lancé dans une course aux armements suite à la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara. C’est du moins ce que révèle le magazine The...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Polisario craint les drones marocains

Le Polisario se plaint de l’utilisation par le Maroc de drones chinois contre ses milices dans le Sahara.

Staffan de Mistura tiendra des « consultations bilatérales » avec le Maroc et le Polisario

L’envoyé du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, tiendra des « consultations bilatérales » avec les représentants des autorités marocaines et du Front Polisario, a annoncé le porte-parole du secrétaire...

Quatre membres du Polisario tués par un drone marocain

Quatre personnes auraient été tuées ces derniers jours par des drones marocains au Sahara, selon des médias proches du Polisario.

Quatre dirigeants du Polisario tués par un drone marocain

Au moins quatre dirigeants du front du Polisario ont été tués par un drone des Forces armées royales (FAR) dans la zone tampon.

Le Polisario craint toujours les drones marocains

Le Front Polisario craint de plus en plus les attaques par drone du Maroc au Sahara. Depuis la reprise en 2021 d’un conflit de faible intensité entre les deux parties, une vingtaine d’attaques ont été déjà enregistrées selon un rapport de l’ONU.

Le Polisario s’oppose à tout à accord de pêche entre le Maroc et l’Europe

Faisant référence à l’accord de pêche qui expire ce lundi 17 juillet, le Front Polisario a déclaré dimanche qu’il rejettera tout accord entre l’Union européenne et le Maroc qui affecte « le sol, la mer territoriale ou l’espace aérien » du Sahara...

L’armée marocaine envoie l’artillerie lourde au Sahara

Après avoir prolongé en 2021 le mur de défense de 50 km à l’est pour sécuriser Touizgui dans la province d’Assa-Zag et compléter le dispositif sécuritaire à l’est, les Forces armées royales (FAR) ont déployé l’artillerie lourde dans la même zone.

Le Polisario a-t-il détourné les fonds de l’Europe destinés aux Sahraouis ?

La Commission de l’Union européenne a répondu à une question écrite du député européen Brice Hortefeux portant sur les fonds qu’elle a envoyés aux Saharouis.

Sahara : l’ONU accuse, le Polisario récuse et critique le Maroc

Le Polisario critique le rapport du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, sur la situation au Sahara qui l’accable et accuse le Maroc de violation continue de la présence et du travail de la MINURSO.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.