8,3 milliards de DH d’investissements étrangers à fin mars 2008

5 mai 2008 - 20h25 - Economie - Ecrit par : L.A

Alors que le commerce extérieur affiche un déficit abyssal de 20,5 milliards de DH  fin mars 2008 (en augmentation de 127,5% par rapport au 1er trimestre 2007), les recettes provenant de l’étranger se portent au mieux. Elles augmentent de 42%, s’établissant à 9,8 milliards de DH contre un peu moins de 7 milliards de DH de janvier à mars 2007.

En comparaison avec la moyenne des recettes des années 2003 à 2007, les rentrées engrangées sur le premier trimestre 2008 enregistrent une expansion de 84,6%. Sur le total des recettes réalisées, les investissements directs étrangers (IDE) se taillent la part du lion puisqu’ils pèsent pour 86,5% de l’ensemble. Quant aux investissements de portefeuille et prêts privés, ils interviennent respectivement pour 12,6% et 0,9% dans le volume global.

Pour Hassan Bernoussi, responsable de la direction des investissements, ces bonnes performances prouvent que « le Maroc demeure attractif pour les investisseurs ». Néanmoins, tempère le directeur, « cet engouement doit être accompagné d’une amélioration de la gestion du process administratif ». « Certains opérateurs le jugent en deçà des attentes », nuance Bernoussi. Logique, après tout, lorsqu’on apprend que « les IDE sont par définition exogènes à la situation d’un pays et qu’ils résultent du simple constat de l’existence d’opportunités dans ce pays », selon les experts d’Anima Investment Network.

Mais à quel secteur profite l’engouement des investisseurs étrangers ? Sans surprise, le tourisme, l’immobilier, l’industrie automobile ou l’offshoring... « En droite ligne du plan Emergence », résume Bernoussi. Mais encore ? Selon le directeur, le tourisme et l’immobilier s’accaparent le tiers des fonds captés par le Maroc. L’agriculture et l’industrie s’octroient une part équivalente, tout autant que le secteur tertiaire et plus particulièrement la banque-finance.

A noter qu’en parallèle, les dépenses effectuées à l’étranger ont doublé pour s’établir à un peu plus de 4 milliards de DH, à fin mars 2008. Les transferts au titre des opérations de cession d’IDE en représentent 77,5%. Leur emboîtent le pas les transferts opérés par les fonds d’investissements étrangers (14,5%) et enfin les remboursements au titre des prêts, à hauteur de 8%.

Source : L’Economiste - R. H.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Investissement - Politique économique - Compétitivité

Ces articles devraient vous intéresser :

Tournages de films au Maroc : chiffre d’affaires record pour le CCM en 2022

Très sollicité pour les tournages étrangers, le Maroc devrait renouer avec les bénéfices cette année. De nombreuses productions annulées en raison de la crise sanitaire et des mesures restrictives, sont de retour, selon le centre cinématographique...

Le Maroc, un des pays les plus attractifs pour les investisseurs

Dans le dernier rapport publié par l’Institut royal des études stratégiques (IRES), le Maroc est considéré comme l’un des pays les plus attractifs pour faire des affaires.

Le Maroc va augmenter la capacité de plusieurs aéroports

Dans le cadre de son plan d’investissement dénommé Envol 2025, l’Office national des aéroports (ONDA) a lancé plusieurs projets pour soutenir la croissance de l’activité des aéroports de Marrakech, d’Agadir et de Tanger. À terme, ces travaux...

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

L’huile de table Afia rachetée par le Marocain Nourredine Zine

« Savola Morocco SA », fabricant de la marque d’huile de table Afia et filiale du groupe saoudien éponyme, fait désormais partie du portefeuille du marocain Zine Capital Invest SA. Par cette acquisition soumise à l’obtention de l’autorisation du...

Le Maroc veut augmenter la part d’investissements des MRE

Au Maroc, la part d’investissement privé provenant des Marocains du monde reste faible. Seulement 10 % des transferts des MRE y sont consacrés. Un dispositif incitatif se met en place pour mieux mobiliser les investissements de cette communauté.

Où va l’argent des Marocains du monde ?

Les transferts des MRE ont atteint des niveaux record ces dernières années, malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la conjoncture économique. À fin 2022, ces envois pourraient s’élever à 100 milliards de dirhams, soit une hausse de 13% par rapport à...

Le Français Faurecia va créer 1400 nouveaux emplois au Maroc

L’entreprise française Faurecia, spécialisée dans la fabrication d’équipements automobiles, va renforcer sa présence au Maroc, à travers la création d’une nouvelle usine à Salé. Dans ce sens, un protocole d’accord a été signé entre le groupe et l’État.

Maroc : plusieurs aéroports seront rénovés

Dans le cadre de son plan d’investissement dénommé Envol 2025, visant à accompagner l’essor du secteur touristique, l’Office national des aéroports (ONDA) va mobiliser un montant de 4 milliards de dirhams en 2023 pour soutenir la croissance de...