Recherche

Couvre-feu au Maroc : le ministère de l’Intérieur fait marche arrière

© Copyright : DR

28 avril 2020 - 19h30 - Société

Le ministère de l’Intérieur a rétabli la situation d’avant Ramadan en autorisant les titulaires de la carte de presse délivrée par le Conseil national de la presse (CNP), et accrédités par leurs organes, à exercer la nuit.

Cette décision, confirmée par le Conseil national de la presse (CNP), intervient après une vague de contestations du corps des journalistes de la presse écrite et en ligne contre l’interdiction d’exercer la nuit pendant le mois de Ramadan en raison de l’état l’urgence sanitaire, rapporte Hespress.

Selon le CNP, le ministère de l’Intérieur attend des médias une liste de noms de leurs journalistes accrédités à se déplacer la nuit, auprès de ses services compétents des wilayas et préfectures dont ils relèvent. Ces listes doivent être accompagnées d’une copie de la carte professionnelle des personnes concernées, précise-t-on.

Le président du CNP, Younes Moujahid, a par ailleurs salué les efforts déployés par le corps professionnel, les éditeurs, les journalistes et diverses catégories de travailleurs de la presse, « pour continuer à accomplir leur noble mission, malgré les circonstances difficiles résultant des conditions de l’état d’urgence sanitaire ».

Cette décision du ministère de l’Intérieur lors du prolongement des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus au cours du mois de Ramadan, avait suscité une vive réaction de la part des opérateurs médiatiques, notamment ceux de la presse en ligne.

Plusieurs syndicats de journalistes avaient jugé cette décision « incompatible avec les conventions internationales et avec la constitution de 2011 qui consacre la liberté de la presse et le droit d’accès à l’information ».

Mots clés: Ramadan 2020 , Liberté d’expression , Ministère de l’Intérieur Maroc , Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact