« Justice pour Aymen »

21 décembre 2022 - 15h00 - France - Ecrit par : S.A

L’inhumation d’Aymen, l’adolescent de 14 ans percuté et tué par une voiture folle dans la soirée du 14 décembre, rue de Barcelone, cité de la Mosson, après le match Maroc-France, a eu lieu mardi au funérarium de Grammont après une marche silencieuse à laquelle ont participé plus de 3000 personnes.

Parents, proches, enfants et amis d’Aymen, habitants de La Paillade et du centre-ville ont été nombreux à participer à la marche blanche organisée mardi pour rendre un ultime hommage à l’adolescent avant son inhumation au funérarium de Grammont. Bande en main, ils réclament tous justice pour ce jeune garçon scolarisé à la Mosson, fauché par un chauffard à l’issue de la rencontre France Maroc, le 14 décembre, rapporte franceinfo. Démarré à 14h au départ du parvis du Zénith, la marche s’est achevée au cimetière de Grammont.

À lire : Le chauffard qui a tué Aymen à Montpellier identifié

« C’est impossible, je l’ai vu la journée… et le soir, il était plus là », se lamente un camarade d’Aymen. C’était mon pote, mon collègue. On a grandi ensemble… » Les voisins et proches sont eux aussi toujours sous le choc. « C’est très important, un petit de 13 ans qui décède sans que ce soit de sa faute, ça nous a tous touchés très profondément », confie ce voisin. « Ça fait chaud au cœur, on n’a jamais vu autant de la solidarité, c’est la première fois que l’on voit autant de solidarité autour de ce jeune qui est parti », confirme ce proche.

À lire : Mort d’Aymen : son frère Saïd se dit «  brisé à l’intérieur  »

Les faits se sont déroulés le 14 décembre après le match Maroc-France. Une voiture a percuté Aymen, un adolescent marocain de 14 ans sur une route longeant une ligne de tramway dans le quartier de la Paillade. Hospitalisé en réanimation avec un pronostic vital engagé, il a succombé à ses blessures. Le véhicule du chauffard avait été retrouvé « à quelques mètres de l’accident et placé sous séquestre ». Dans la foulée, les enquêteurs ont interpellé puis placé en garde à vue un individu. Ce dernier sera finalement relâché après que le chauffard a été identifié.

À lire : Montpellier : les appels au calme se multiplient après la mort du jeune Aymen

« Une personne placée en garde à vue depuis le 16 décembre 2022 a été remise en liberté à l’issue de celle-ci, sans qu’aucune charge ne soit retenue à son encontre en l’état », a précisé Fabrice Belargent, procureur de la République de Montpellier le 17 décembre. Et de poursuivre : « Plusieurs témoins des faits ont par ailleurs été entendus. Les investigations se poursuivent actuellement afin de localiser un individu suspecté d’être le conducteur du véhicule au moment de l’action. »

Sujets associés : France - Homicide - Décès - Mort d’Aymen à Montpellier

Aller plus loin

Fin de cavale pour le meurtrier présumé d’Aymen

En fuite depuis près de deux semaines, le conducteur de la voiture qui a percuté et tué Aymen, un adolescent de 14 ans le 14 décembre, rue de Barcelone, cité de la Mosson, après...

La justice française face à l’incompréhension de la famille d’Aymen

La famille d’Aymen, adolescent marocain de 14 ans percuté et tué par une voiture folle le 14 décembre, rue de Barcelone, cité de la Mosson, après le match Maroc-France, s’étonne...

La famille d’Aymen tué à Montpellier réclame justice

La famille d’Aymen, adolescent de 14 ans, percuté par une voiture folle et tué le 14 décembre, rue de Barcelone, cité de la Mosson, après le match Maroc-France, réclame justice.

Le chauffard qui a tué Aymen à Montpellier identifié

L’identité du chauffard, responsable de la mort d’un adolescent marocain lors des célébrations à Montpellier de la victoire de la France contre le Maroc, est désormais connue....

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : Abdelali Hamieddine, ancien parlementaire, condamné pour meurtre

La Cour d’appel de Fès a rendu son verdict dans l’affaire de l’ex-parlementaire Abdelali Hamieddine, qui vient d’être condamné à une peine de 3 ans de prison ferme.

Smara : « Ces attaques ne resteront pas impunies », prévient le Maroc

Omar Hilale, représentant permanent du Maroc aux Nations unies a réagi à l’attaque que le Polisario a affirmé avoir mené dans la nuit du samedi à dimanche dans la ville d’Es-Semara et qui a fait un mort et trois blessés dont deux sont dans un état grave.

Un Britannique poignarde l’amant Marocain de sa compagne qu’il surprend chez lui

Un citoyen britannique de 28 ans a été interpellé par la Guardia Civil, suite à une tentative de meurtre envers un Marocain à Santa Ponsa (Baléares).

Ayoub, 16 ans : l’impossible deuil après le séisme au Maroc

Ayoub, 16 ans, est l’un des survivants du puissant et dévastateur séisme qui a touché une partie du Maroc dans la nuit du 8 septembre. Il a perdu cinq membres de sa famille dans la catastrophe.

Suite au violent séisme, peut-on voyager au Maroc ?

Le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre a fait près de 3000 morts, plus de 5600 blessés et causé d’énormes dégâts matériels dans plusieurs régions, principalement rurales. Peut-on se rendre au Maroc après la catastrophe ?

Décès de Hamidou Laanigri, un pilier de l’armée marocaine

Hamidou Laanigri, général de corps de division, est décédé ce dimanche 10 septembre à Rabat, à l’âge de 84 ans.

Hassan II : Gilles Perrault, auteur de « Notre ami le roi » est décédé

L’écrivain et militant Gilles Perrault, connu notamment pour son ouvrage « Notre ami le roi », sur le roi Hassan II, est décédé à l’âge de 92 ans d’un arrêt cardiaque, selon des informations communiquées par sa famille.

Décès d’Abdelhak Khiame, ancien patron du BCIJ

Triste nouvelle ce mardi 23 août 2022. L’ancien patron du Bureau central d’investigation judiciaire (BCIJ), Abdelhak Khiyame, est décédé aujourd’hui des suites d’une longue maladie.

Décès de l’acteur et réalisateur marocain Mohamed Atifi

Le monde du cinéma marocain est en deuil. L’acteur et réalisateur Mohamed Atifi est décédé jeudi soir des suites d’une longue maladie.

Le deuil persistant de Booder pour son ami Wahid Bouzidi

Près de trois mois après le décès de son ami, l’humoriste franco-marocain Booder rend un nouvel hommage au Franco-algérien Wahid Bouzidi qui lui « manque énormément ».