L’accord de libre-échange avec les USA : un moteur pour le développement ?

4 mars 2004 - 22h29 - Economie - Ecrit par :

RABAT (AP) - L’accord de libre-échange conclu mardi à Washington est "un moteur d’accompagnement du développement du Maroc", a déclaré jeudi le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères, Tayeb Fassi-Fihri.

Conclu après 13 mois de négociations "intenses et parfois difficiles", cet accord, le premier du genre conclu entre les Etats-Unis et un pays africain, le deuxième avec un pays arabo-musulman après la Jordanie, s’inscrit "dans une stratégie nationale de développement dans le respect de nos bonnes et anciennes relations avec l’Union européenne", a affirmé le ministre.

"Nous sommes parvenus à un point d’équilibre" a-t-il ajouté en présentant à Rabat les grandes lignes de cet accord de démantèlement des tarifs douaniers. Le ministre, qui a dirigé l’équipe de négociateurs marocains, a insisté sur la "progressivité" du traité qui doit encore être ratifié par les Parlements marocain et américain avant d’entrer en vigueur en 2005.

Plusieurs périodes transitoires, s’échelonnant de 10 à 20 ans ont ainsi été négociées pour préserver les intérêts des producteurs nationaux, notamment dans le secteur vital de l’agriculture qui emploie près d’un Marocain sur deux.

Des quotas, liés au niveau de la production nationale, ont été fixés pour les importations en franchise douanière de céréales. "Il ne s’agit pas d’une ouverture totale du marché marocain", a précisé M. Fassi Fihri. Les produits agricoles marocains auront en revanche "un accès immédiat et sans limite" au marché américain.

Qualifié de "révolutionnaire" par le représentant américain au commerce, Robert Zoellick, cet accord comporte par ailleurs des clauses de sauvegarde "pour le respect de la diversité culturelle".

Rappelant "l’engagement pionnier du Maroc au sein de la francophonie", le ministre a voulu apaiser les inquiétudes du secteur culturel et audiovisuel. "Les subventions publiques seront maintenues" a-t-il déclaré.

Autre secteur sensible, celui des médicaments génériques. La durée de vie des brevets ne dépassera pas 20 ans, "conformément aux engagements pris par le Maroc dans le cadre de l’OMC" (Organisation mondiale du commerce). "En cas d’épidémie ou d’urgence nationale, le Maroc gardera la liberté totale de produire ou d’importer ce qu’il veut, comme il veut", a assuré M. Fassi-Fihri.

Avec un volume d’échanges de près d’un milliard de dollars, les Etats-Unis sont le sixième partenaire commercial du royaume. Depuis mars 2000, le Maroc est déjà lié à l’Union européenne par "un accord d’association" prévoyant un démantèlement douanier progressif d’ici 2010. L’UE, avec qui le Maroc réalise 70% de ses échanges commerciaux, a déjà accordé plus de 300 millions d’euros de crédit pour accompagner la mise à niveau de l’économie marocaine. Aucun financement n’est en revanche prévu par l’accord conclu avec les Etats-Unis.

La presse marocaine jeudi commentait largement ce traité. "Le loup est dans la bergerie", titrait "Aujourd’hui" qui tempérait : "Le management américain agressif et peu sentimental semble, à notre avis, le mieux indiqué pour réveiller notre économie de son hibernation". Le quotidien "L’Economiste" saluait quant à lui "une formidable opportunité" pour le Maroc. AP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : États-Unis - Accord de libre échange - Développement

Aller plus loin

Vers un accord de libre-échange entre le Maroc et l’Ukraine

L’Ukraine compte négocier un accord de libre-échange avec un certain nombre de pays d’Afrique du Nord, dont le Maroc, a indiqué le vice-ministre ukrainien du Développement...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aéronautique : le Maroc décolle et concurrence les géants européens

À l’heure où les constructeurs aéronautiques de l’Europe peinent à répondre à la demande, le Maroc travaille à devenir une plaque tournante de l’aérospatiale.

L’aéroport de Tanger fait peau neuve

Le projet de développement et d’expansion de l’aéroport Ibn Batouta, vise à contribuer au développement touristique et économique de la ville de Tanger. La commune apporte une contribution financière.

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

Maroc : Trop de centres commerciaux ?

Au Maroc, la multiplication des malls soulève des inquiétudes. Les fermetures de plusieurs franchises enregistrées ces derniers temps amènent à s’interroger sur la viabilité de ce modèle commercial.

Mohammed VI : ses succès et ses défis

Le roi Mohammed VI a fêté en août ses 60 ans et ses 24 ans de règne. Son fils Moulay Hassan, prince héritier, soufflait quelques mois plus tôt, le 8 mai, ses 20 bougies. À un an de ses 21 ans, âge requis pour être roi, les inquiétudes quant à la santé...