L’Ona tente de séduire les investisseurs espagnols

3 décembre 2004 - 16h29 - Espagne - Ecrit par :

Après sa rencontre avec le Medef (patronat français) en septembre dernier, afin de drainer des investissements étrangers, le management de l’ONA a mis le cap sur Madrid cette fois-ci. Accompagné de son staff, Bassim Jaï Hokimi, PDG du groupe, aura séduit le milieu des affaires espagnol, auquel il s’est adressé en anglais.

“Je veux surtout attiser votre curiosité pour le Maroc”, a-t-il lancé devant un parterre de chefs d’entreprise réunis dans l’un des nombreux locaux de l’Institut Empresa. Les applaudissements fusaient de partout. Pour convaincre les opérateurs espagnols d’investir chez nous, le management de l’ONA a mis en avant la modernisation de l’environnement de l’entreprise. “Le code du travail, les projets d’infrastructure, les ALE... tous les ingrédients de réussite des investissements sont actuellement disponibles au Maroc”, a indiqué Hokimi lors de sa présentation les 29 et 30 novembre dernier. Afin d’encourager les investissements, la holding entend créer en son sein même, un fonds d’appui dédié aux opérateurs étrangers. Ce fonds leur assurera une aide, notamment pour l’accès au financement à travers Attijariwafa bank. “Nous sommes actuellement en train d’étudier et de repérer les opérations qui peuvent en bénéficier. Nous privilégierons celles d’une certaine taille et focaliserons les efforts sur des secteurs déterminés”, explique Hokimi. Pour le groupe, il n’est pas question de se disperser. En effet, l’ONA s’intéresse davantage à des secteurs tels que l’énergie, les nouvelles technologies, l’outsourcing ou encore le tourisme et l’environnement.
Pour illustrer ses propos, Hokimi cite quelques exemples de “success stories” espagnoles sur le territoire marocain. Les plus connues restent certainement celles de Méditel qui appartient à l’opérateur hispanique Téléfonica et Altadis (Tabac). Dans le domaine financier et bancaire, c’est le partenariat entre Attijariwafa bank et Banco Santander (la plus grande en Espagne) qui a été mis en avant pour expliquer aux opérateurs la valeur ajoutée d’investir au Maroc.
Signalons que pour approcher les hommes d’affaires espagnols, la holding a fait appel à l’Institut Empresa. Il s’agit d’une école d’affaires mondialement connue et qui met annuellement sur le marché l’essentiel des hauts cadres et chefs d’entreprise en Espagne. Bien que classé troisième parmi les meilleures “business schools” dans le monde, l’Instituto de Empresa n’est pas connu des étudiants marocains. “Il n’y en a eu que deux, voire trois ces dernières années”, affirme Celia de Anca, directrice de Empresa. Celle-ci compte beaucoup sur la visite du staff de l’ONA et sur la convention signée entre les fondations des deux entités (ONA et Empresa) pour faire connaître cette école au Maroc.

Naoufal BELGHAZI - L’Economiste

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Investissement - ONA

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc facilite encore plus la création d’entreprise

Le gouvernement marocain a franchi un pas important vers la simplification des démarches administratives pour les entrepreneurs. Jeudi 30 mars, le Conseil de gouvernement a approuvé un projet de décret fixant les modalités et les procédures de création...

L’huile de table Afia rachetée par le Marocain Nourredine Zine

« Savola Morocco SA », fabricant de la marque d’huile de table Afia et filiale du groupe saoudien éponyme, fait désormais partie du portefeuille du marocain Zine Capital Invest SA. Par cette acquisition soumise à l’obtention de l’autorisation du...

Le Maroc, un des pays les plus attractifs pour les investisseurs

Dans le dernier rapport publié par l’Institut royal des études stratégiques (IRES), le Maroc est considéré comme l’un des pays les plus attractifs pour faire des affaires.

La voiture 100% marocaine verra le jour en 2023

Le Maroc prévoit de fabriquer localement des voitures de marque marocaine. Le projet va démarrer à court terme et nécessitera un investissement 100% marocain.

Le Maroc va investir de plus de 13,4 MMDH dans le chemin de fer

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a prévu un investissement de plus de 13,4 milliards de DH durant la période 2023-2025.

Le Français Faurecia va créer 1400 nouveaux emplois au Maroc

L’entreprise française Faurecia, spécialisée dans la fabrication d’équipements automobiles, va renforcer sa présence au Maroc, à travers la création d’une nouvelle usine à Salé. Dans ce sens, un protocole d’accord a été signé entre le groupe et l’État.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.

Maroc : la création d’entreprises en forte hausse

Dans un contexte d’inflation et de crise géopolitique, le Maroc a poursuivi sa politique de promotion des entreprises en renforçant ses programmes de soutien et chantiers d’envergure. À fin octobre, la création d’entreprises a connu une hausse, avec 77...

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.