La presse marocaine subit les foudres du pouvoir

9 janvier 2007 - 23h33 - Maroc - Ecrit par : L.A

Désormais, dans le plus beau pays du monde, il est interdit de raconter des blagues ou de rire. Car rire ou raconter des blagues, c’est commettre des actes subversifs qui attentent aux valeurs sacrées du pays : islam, monarchie..." Ainsi un chroniqueur du Journal, Khalid Jamaï, résume-t-il une affaire de presse peu commune, examinée, lundi 8 janvier, par le tribunal de Casablanca.

Elle commence début décembre 2006 avec la publication par Nichane, un jeune hebdomadaire arabophone à succès, d’un dossier consacré aux blagues en vogue dans le royaume, qu’elles touchent à la religion, à la monarchie ou au sexe. Nichane en offre un florilège. "On avait sélectionné les moins crues", assure un responsable de la rédaction.

Mis en vente sans problème le 9 décembre, ce n’est qu’une semaine plus tard - donc une fois retiré des kiosques - que les ennuis commencent. Un site Internet islamique donne le ton, accusant les journalistes d’avoir "gravement offensé Dieu". Un syndicat étudiant, à Kenitra, prend le relais et organise une distribution de tracts appelant à la punition du "crime". Une partie de la presse lui emboîte le pas. Ensuite, une instance religieuse, au Koweït, publie un communiqué pour condamner Nichane en des termes "qui frisent la fatwa", fait-on valoir au siège de l’hebdomadaire.

Le 20 décembre, le chef du gouvernement, Driss Jettou, interdit le titre, tandis que des poursuites judiciaires sont lancées contre les journalistes pour "atteinte aux valeurs sacrées" et "publication et distribution d’écrits contraires à la morale et aux moeurs". Lundi, au cours de l’audience, le procureur a requis trois à cinq ans de prison contre le directeur de la publication et l’auteur de l’article, ainsi que l’interdiction d’exercer et une amende. Le jugement a été mis en délibéré jusqu’au 15 janvier.

Un autre magazine marocain, Le Journal, un hebdomadaire francophone, est menacé de disparition. Lundi soir, un huissier s’est présenté au domicile du directeur de la publication, Aboubakeur Jamaï, pour réclamer le paiement d’une amende de 3 millions de dirhams (270 000 euros) imposée par la justice à la suite d’un procès en diffamation.

Le Monde - Jean-Pierre Tuquoi

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Presse - Liberté d’expression - Khalid Jamaï - Aboubakr Jamai - Nichane - TelQuel

Ces articles devraient vous intéresser :

Tollé après la caricature du roi Mohammed VI par Charlie Hebdo

Le Conseil National de la Presse (CNP) a fermement condamné ce qu’il qualifie d’«  acte criminel odieux » du journal français Charlie Hebdo, l’accusant de s’attaquer directement au Roi Mohammed VI.

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

Le Maroc perd un grand journaliste : Reda Dalil n’est plus

Reda Dalil, directeur de publication du magazine TelQuel, éditorialiste, journaliste et romancier, s’est éteint à l’âge de 45 ans, des suites d’une longue maladie.