Lahcen Daoudi accuse les universités de "vendre des diplômes"

29 avril 2012 - 16h14 - Culture - Ecrit par : J.L

Les diplômes universitaires sont facilement octroyés contre de l’argent. Plusieurs universités vont jusqu’à vendre des diplômes de "Master". C’est ce qu’a fait savoir le ministre de l’Enseignement Supérieur Lahcen Daoudi, lequel dénonce une pratique formellement interdite par la loi.

Mais ce n’est pas tout. D’après Lahcen Daoudi, d’autres universités ajoutent un "e" à Master par exemple, trompant ainsi les étudiants, sans parler de multiples affaires de falsification de notes.

Le ministre, invité à une journée d’études sur le bilan des 100 jours du gouvernement Benkirane à Rabat, a brossé un tableau des plus pessimistes de l’enseignement universitaire au Maroc.

De nombreux problèmes ont ainsi été abordés par Daoudi, dont le cas des vrais-faux diplômes de pharmacie obtenus en Russie par des bacheliers en lettres modernes, ou encore celui d’un professeur en faculté de médecine ayant transporté un malade dans sa voiture de l’hôpital universitaire vers une clinique privée.

L’université marocaine manque d’encadrement et souffre d’une absence totale de cadre juridique a estimé Daoudi, qui rappelle que le pays compte approximativement 10.000 professeurs pour 480.000 étudiants.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Etudiants - Education - Lahcen Daoudi - Gouvernement marocain - Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres

Ces articles devraient vous intéresser :

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

Maroc : très bonne nouvelle pour les salariés

En application de l’accord signé le 30 avril 2022 entre le gouvernement et les syndicats, le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) va augmenter de 5 % dès le 1ᵉʳ septembre dans les secteurs de l’industrie, du commerce, de l’agriculture et...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Marocains, déclarez vos avoirs à l’étranger : les règles changent en 2024 !

Le gouvernement marocain a instauré dans le budget 2024 une contribution libératoire relative à la régularisation spontanée sur les avoirs et liquidités détenus à l’étranger de manière définitive. Que retenir ?

Maroc : la réforme de l’impôt sur le revenu sera effective en 2023

Annoncé en juillet dernier, la réforme de l’impôt sur le revenu (IR) entre dans sa phase active dès 2023. Selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, plus rien ne pourra retarder son application.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Enseignement supérieur : le Maroc attend la compétence MRE

Le ministère de l’Enseignement supérieur, en collaboration avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME) et le Centre national de la recherche scientifique et technique (CNRST), a organisé samedi à Rabat, l’Assise de la 13ᵉ Région...