Le tsunami asiatique déclenche une tempête médiatique au Maroc

15 janvier 2005 - 14h16 - Maroc - Ecrit par :

Sous le titre "Tourisme sexuel et tsunami", le quotidien "Attajdid", organe du parti islamiste "modéré" de la justice et du développement (PJD), principale force parlementaire d’opposition, a publié le 6 janvier un éditorial qui a déclenché la polémique.

Evoquant le tsunami, "Attajdid" écrit : "nous devons tous -gouvernement et peuple-nous arrêter longuement sur un événement en rapport avec le tourisme sexuel, l’homosexualité, le trafic d’enfants, et le silence officiel à ce sujet."

"Le Maroc est en train de devenir la prochaine destination pour ce tourisme de débauche", poursuit le quotidien islamiste, qui estime que le meilleur système d’alerte contre ce type de catastrophe est "le respect des enseignements de la religion".

Cette analyse théologique, relayée dans certaines mosquées, a suscité une vive réaction de plusieurs journaux ("Al Bayane", "Ittihad al Ichtiraki", "Libération", "Al Adath al Maghribya"), qui ont dénoncé son caractère "obscurantiste" et "dangereux".

"Le PJD relance la machine à excommunier", titrait ainsi vendredi "Aujourd’hui le Maroc", s’inquiétant du "risque de confrontation" que de telles analyses font peser sur le débat politique national.

"Prétendre que cette catastrophe est une réponse divine au tourisme sexuel est une atteinte non seulement aux populations victimes mais aussi à tout être humain", s’est pour sa part émue l’Organisation marocaine de lutte contre la haine et le racisme, créée au lendemain des attentats islamistes de Casablanca (45 morts, le 16 mai 2003).

Dernier épisode, la mise en cause par "Attajdid" du "manque d’objectivité" d’un reportage diffusé mardi par la télévision 2M sur cette polémique.

Le journaliste-réalisateur du reportage de 2M, Tawfik Debbab, a justifié vendredi son engagement éditorial pour dénoncer "l’intolérance" du journal "Attajdid".

"Ils ont instrumentalisé la question du tsunami", a-t-il déclaré à l’Associated Press. "Pour moi, c’est une incitation à la violence, à la haine. C’est un message pour aller bombarder les hôtels de touristes ou les lieux considérés de débauche à Agadir, Tanger ou Marrakech, comme cela Dieu nous épargnera."

"Ce genre de discours nourrit un climat malsain comme celui qui prévalait à la veille du 16 mai", poursuit le journaliste, qui affirme avoir fait l’objet d’insultes téléphoniques anonymes.

Se présentant comme "victime" d’une campagne des "éradicateurs" anti-islamistes, "Attajdid" écrit : "On peut s’interroger sur les raisons de cette ’Intifada’. S’agit-il de défendre le tourisme sexuel dans notre pays ?"

Nicolas Marmié - Canadian Press - Ap

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Médias - Tsunami - Parti de la Justice et du Développement (PJD)

Ces articles devraient vous intéresser :

Rappel à l’ordre du cabinet royal : quelle sera la réaction du PJD ?

Jusqu’à présent, le Parti Justice et développement (PJD), dirigé par Abdelilah Benkirane, s’est gardé de tout commentaire après la mise en garde du cabinet royal, mais il pourrait réagir dans les tout prochains jours.

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Maroc : les démolitions sur les plages sont elles légales ?

Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur a été interpellé par Abdellah Bouanou, président du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), sur le respect de la loi dans le processus de démolition de plusieurs résidences...

Le PJD en colère contre le nouveau Code de la famille

Le parti de la justice et du développement (PJD) dirigé par Abdelilah Benkirane, affiche son opposition à la réforme du Code de la famille. Du moins, pour certaines propositions.

Une chaîne marocaine accusée d’offense au roi Mohammed VI

La chaîne de télévision d’information en continu marocaine, Medi 1 TV est sous le feu des critiques des Marocains qui l’accusent d’avoir offensé le roi Mohammed VI.

Le PJD exprime son regret après la mise en garde du Cabinet royal

Le Parti Justice et Développement (PJD) est sorti de son silence après avoir été recadré par le Cabinet royal au sujet des relations du Maroc avec Israël. Dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelilah Benkirane, le parti a exprimé son...

Abdelkader Amara claque la porte du PJD, voici pourquoi

Abdelkader Amara n’est plus membre du parti de la justice et du développement (PJD). Lundi, l’ancien ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau a annoncé sa démission du parti islamiste après une réflexion sur ce que...

Akhannouch attaque, Benkirane contre-attaque

Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD et ancien chef du gouvernement a réagi aux propos du président du RNI, Aziz Akhannouch, actuel chef du gouvernement qui a accusé son parti d’avoir fait de « l’obstruction au développement » pendant dix...

Réforme du Code de la famille au Maroc : Abdelilah Benkirane menace

Le secrétaire général du PJD, Abdelilah Benkirane, relance le débat sur la réforme de la Moudawana et du Code pénal, en promettant des actions fortes si le ministre de la Justice y introduit des amendements qui portent atteinte à la cellule familiale.

Abdelilah Benkirane met en garde contre le capitalisme occidental

Le secrétaire général du Parti Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, a dénoncé le capitalisme occidental qui, à terme, nuira au peuple et à l’économie marocaine.