Limoge : Fatima, maman, et SDF

24 août 2019 - 09h10 - France - Ecrit par : Bladi.net

Alors qu’elle vient de donner naissance à son bébé, Fatima doit déjà faire face à de grosses difficultés. En effet, confrontée à des services sociaux impuissants et à un dispositif d’hébergement d’urgence saturé même en plein été, la jeune Marocaine doit son salut au collectif "Chabatz d’entrar".

Fatima et les associations qui l’accompagnent ont pu savourer une petite victoire jeudi dernier. Une première victoire certes, mais éphémère quand on considère la pénibilité des conditions dans lesquelles elle se retrouve avec son nouveau-né. En effet, Fatima n’a pas eu droit à toute cette réjouissance qui entoure la maternité.

Son calvaire a commencé à l’Hôpital de la Mère et de l’enfant (HME) où elle a donné naissance au petit Llyes, 5 jours auparavant. Ici, on lui a clairement signifié : "Il n’y a aucune solution d’hébergement pour vous", rapporte le média français, Le populaire.

Dès lors, a commencé l’enfer pour cette jeune maman de 34 ans, étudiante d’origine marocaine et titulaire d’un master, confrontée aux aléas d’un parcours qu’elle croyait pourtant avoir bien préparé et qui l’a finalement plongée dans une solitude extrême.

Désormais seule dans les rues de Limoges qu’elle connaît peu d’ailleurs, Fatima et son bébé n’avaient d’autre alternative que de dormir dans la rue ou plus précisément dans le quartier de la gare des Bénédictins. Cependant, dans cette avenue de la Libération où transitent d’autres familles sans solution, Fatima a mesuré l’ampleur du risque. "La nuit, il y a toutes sortes de gens dans le quartier de la gare, certains ont bu, d’autres sont étranges, alors avec un tout petit bébé, ce n’est pas sûr …".

Le Collectif "Chabatz d’entrar" évalue à 200 le nombre de places qu’il faudrait créer en Haute-Vienne pour faire face aux arrivées de personnes en situation irrégulière. Pour Angel, responsable syndical CGT et bénévole au Collectif, toutes ces personnes qui se retrouvent dans la précarité ne choisissent pas de telles conditions de vie, loin de leurs racines, juste pour le plaisir de venir en France ...".

L’autre choc psychologique vécu par Fatima aura été cette proposition hallucinante qu’on lui aurait faite : se séparer de son bébé qui serait placé dans un foyer et se débrouiller seule. "Je me suis sentie comme une mère maltraitante, j’ai beaucoup pleuré …", confie la jeune maman.

Fatima et son bébé peuvent se réjouir toutefois d’avoir enfin accès au dispositif d’hébergement d’urgence, ceci, après le combat du Collectif "Chabatz d’entrar" qui a toujours été à ses côtés. Llyes et sa mère ont été accueillis à hôtel, le 22 août 2019, au soir, pour une durée de trois mois, renouvelable une fois.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Immigration - Femme marocaine - Limoges

Ces articles devraient vous intéresser :

L’actrice Malika El Omari en maison de retraite ?

Malika El Omari n’a pas été placée dans une maison de retraite, a affirmé une source proche de l’actrice marocaine, démentant les rumeurs qui ont circulé récemment sur les réseaux sociaux à son sujet.

Maroc : la vérité sur l’interdiction aux femmes de séjourner seules dans un hôtel

Une circulaire du ministère de l’Intérieur aurait interdit aux femmes de séjourner dans un hôtel de leur ville de résidence. Interpellé sur la question par le député de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) Moulay Mehdi El Fathemy, le...

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.