Location au Maroc : une hausse générale des prix

18 juin 2023 - 21h00 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Une montée générale des prix des loyers a été observée au Maroc, que ce soit pour les appartements ou les villas et ce dans la plupart des villes. Voyons ça en détail.

Selon les chiffres dévoilés par Mubawab, les loyers pour les appartements, qu’ils soient meublés ou non, ont connu une hausse significative de 3 % par rapport au dernier trimestre, soit 7 % sur une année. Les appartements non meublés sont loués en moyenne à 7 700 DH par mois et les meublés à 8 800 DH par mois.

A lire : L’incertitude plane sur le marché immobilier marocain

Concernant les villas, les chiffres font ressortir également une augmentation. Une villa non meublée se loue en moyenne à 23 800 DH par mois, en hausse de 5 % par rapport au trimestre précédent et 3 % sur un an. Quant aux villas meublées, la location mensuelle est en moyenne de 24 500 DH, avec une croissance de 2 % trimestrielle et 4 % annuelle.

L’étude révèle également que la superficie moyenne des appartements recherchés reste constante au premier trimestre 2023 comparativement au quatrième trimestre 2022, soit environ 99 m². Les appartements non meublés ont une superficie moyenne de 106 m², tandis que celle des meublés est de 90 m². Le marché de la location pour ces deux types d’appartements affiche une tendance à la hausse, avec une progression de 3 % par rapport au dernier trimestre et de 7 % sur une base annuelle.

A lire : Immobilier au Maroc : chute de la demande et hausse des prix

Sur le plan géographique, Marrakech a enregistré la plus grande hausse trimestrielle des prix de location, avec 10 % pour les appartements vides et 3 % pour les meublés. À l’inverse, Agadir a vu la plus forte baisse. Malgré une diminution, Rabat reste la ville avec les loyers les plus élevés pour les deux types d’appartements. Les villes d’Aïn Harrouda, Had Soualem et Khouribga proposent quant à elles des loyers plus abordables.

Le premier trimestre de 2023 révèle également une légère hausse de la demande sur le marché locatif immobilier au Maroc (1 % par rapport au quatrième trimestre 2022). On note une « stabilité relative du marché » et un « potentiel de croissance » pour le marché locatif immobilier marocain.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Inflation

Aller plus loin

Immobilier au Maroc : chute de la demande et hausse des prix

Le secteur de l’immobilier au Maroc a été secoué par plusieurs crises au cours de l’année 2022. Le marché des appartements neufs et anciens a connu un ralentissement de l’offre...

Locaux commerciaux : SOS des commerçants marocains face aux loyers étouffants

Durement touchés par les crises du Covid-19 en 2020 et ukrainienne en 2023, les commerçants n’arrivent plus à supporter leurs charges locatives. Ils ont fait part de leurs...

Les MRE ont boudé les locations de voiture cette année

Les professionnels du secteur de la location de voitures au Maroc se plaignent de la faible demande notée au cours de cette saison estivale par rapport aux années précédentes.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les MRE, une solution à la crise de l’immobilier marocain ?

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent de manière considérable à la relance du secteur de l’immobilier au Maroc, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19, la guerre en Ukraine et la flambée mondiale des prix des matières...

Les MRE très attendus cet été pour booster l’immobilier

Les initiatives gouvernementales et le retour massif des Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent à la relance du marché de l’immobilier marocain.

Bouteille de gaz au Maroc : le prix flambe à partir d’avril

Le compte à rebours est lancé. À partir du 1ᵉʳ avril 2024, les Marocains devront mettre la main à la poche pour se procurer une bouteille de gaz butane. Exit la subvention de l’État, le prix passera de 40 à 50 dirhams, actant la première étape d’une...

Maroc : à quand la hausse du prix des bouteilles de gaz ?

Alors que l’idée d’une augmentation progressive du prix des bouteilles de gaz butane au Maroc agite les esprits, le gouvernement se veut rassurant, mais reste assez vague.

Maroc : l’inflation s’envole, surtout les produits alimentaires

Le Maroc est actuellement confronté à une situation économique difficile, marquée par une inflation galopante. Selon la dernière note de conjoncture du Haut Commissariat au Plan (HCP), l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 8,9 % au...

Face à l’inflation, le Maroc interdit certaines exportations

Le Maroc a annoncé une série de mesures pour lutter contre l’inflation et stabiliser les prix des aliments, notamment des fruits et des légumes, avant le début du mois de ramadan. Ces mesures comprennent la restriction de l’exportation de ces produits,...

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

Immobilier au Maroc : les MRE pour relancer un marché en berne

Les promoteurs immobiliers comptent sur la saison estivale et les Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour sortir leur marché de sa stagnation. Ceux-ci figurent d’ailleurs parmi les bénéficiaires du nouveau programme de l’aide au logement.

Maroc : le secteur immobilier marque des points malgré la crise

En 2023, malgré les chocs endogènes, la conjoncture internationale et la stagnation de l’activité, le secteur de l’immobilier au Maroc a montré sa résilience. Et, les perspectives pour l’année prochaine s’annoncent meilleures.

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.