Immobilier au Maroc : des contraintes en série

7 février 2023 - 22h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Hausse spectaculaire des prix des matériaux de construction, retard pris dans l’adoption du décret d’application de la loi de Finances 2023 en ce qui concerne les dispositifs d’aide directe aux nouveaux acquéreurs, érosion du pouvoir d’achat, la fiscalité et les taxes, hausses du taux directeur décidées par Bank Al-Maghrib… Au Maroc, le secteur de l’immobilier peine à redresser la pente. L’année 2023 commence sous de mauvais auspices.

À lire : Au Maroc, le marché de l’immobilier connaît un net ralentissement

Le retard pris dans l’adoption du décret d’application des dispositifs d’aide directe aux nouveaux acquéreurs annoncés dans la loi de Finances 2023 « est un gros problème auquel nous sommes confrontés actuellement », souligne le vice-président de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI), Anice Benjelloun dans une interview accordée au journal Le Matin. « Le ministère avait promis que ce décret verrait le jour avant la fin de l’année, puis cela a été reporté à fin janvier, et aujourd’hui nous ne voyons rien venir », se désole-t-il. Selon lui, ce retard fait que le petit nombre de clients potentiels qui souhaitaient acquérir un logement sont en attente de pouvoir se faire une idée plus précise de ce qui va être mis en place.

À lire : Immobilier au Maroc : baisse de l’offre et hausse de la demande

Fiscalité et taxes, l’autre difficulté à laquelle font face les professionnels du secteur. « Il faut savoir que rien que pour la fiscalité, en plus des taxes habituelles (TVA, IS…), le secteur ploie sous d’autres charges telles que les droits d’enregistrement et de conservation foncière qui sont très lourds et qui s’élèvent jusqu’à 12 % du prix de l’acquisition », explique le responsable.

À lire : Difficile de trouver une offre adéquate sur le marché de l’immobilier marocain

« À la différence de tous les autres secteurs, lorsque nous achetons du foncier, qui constitue notre matière première, nous devons payer des droits d’enregistrement et de conservation foncière », ajoute-t-il, faisant savoir par ailleurs que deux nouveaux droits et taxes ont été introduits cette année. Il s’agit des droits communaux pour l’obtention d’un permis d’habiter et d’une taxe sur les débris générés par les chantiers de construction.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Bank Al-Maghrib (BAM) - Crise économique - TVA

Aller plus loin

Immobilier au Maroc : baisse de l’offre et hausse de la demande

Au Maroc, un déséquilibre s’observe entre l’offre et la demande sur le marché. Quant aux prix, ils ont connu une légère hausse. C’est ce qui ressort du bilan trimestriel du...

Location au Maroc : une hausse générale des prix

Une montée générale des prix des loyers a été observée au Maroc, que ce soit pour les appartements ou les villas et ce dans la plupart des villes. Voyons ça en détail.

Au Maroc, le marché de l’immobilier connaît un net ralentissement

Le marché de l’immobilier au Maroc marque des signes d’essoufflement cette année. C’est ce que révèlent les données publiées par la Direction des études et des prévisions...

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le dirham se renforce fortement face à l’euro

Le dirham marocain s’est apprécié de 1,11 % face à l’euro et de 0,65 % vis-à-vis du dollar américain, durant la période allant du 28 mars au 03 avril, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham marocain baisse par rapport à l’euro

Le dirham marocain est resté quasi stable face au dollar américain et s’est déprécié de 0,55 % vis-à-vis de l’euro, durant la période du 07 au 13 mars, selon Bank Al-Maghrib (BAM).

Maroc : Une année record pour l’industrie automobile

L’année 2023 a été exceptionnelle pour l’industrie automobile au Maroc, affichant une hausse des ventes de 30,5 % et atteignant 116,38 milliards de dirhams à fin octobre.

Maroc : l’afflux des MRE va booster le secteur immobilier cet été

L’arrivée au Maroc cet été des Marocains du monde dans le cadre de l’Opération Marhaba, va contribuer à booster le secteur de l’immobilier.

Le dirham baisse face à l’euro

La devise marocaine est dépréciée de 0,25 % face à l’euro et de 0,45 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 9 au 15 février 2023. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Au Maroc, les MRE investissent dans l’immobilier

70 % des investissements de la communauté marocaine résidant à l’étranger sont consacrés au secteur immobilier, selon Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de...

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.

Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

En 2023, le Maroc devra faire face à des défis économiques importants, selon le Haut commissariat au plan (HCP). Les experts de cette institution estiment que la croissance économique atteindra seulement 3,3% cette année, en deçà des prévisions du...

Le dirham se renforce fortement face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,44% face à l’euro et s’est dépréciée de 0,69% vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 02 au 08 mai. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le Maroc va construire deux millions de logements sociaux

Le Maroc devra construire encore près de deux millions de logements sociaux pour satisfaire la demande toujours forte, a indiqué Fatima Ezzahra El Mansouri, la ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la...