Immobilier au Maroc : des contraintes en série

7 février 2023 - 22h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Hausse spectaculaire des prix des matériaux de construction, retard pris dans l’adoption du décret d’application de la loi de Finances 2023 en ce qui concerne les dispositifs d’aide directe aux nouveaux acquéreurs, érosion du pouvoir d’achat, la fiscalité et les taxes, hausses du taux directeur décidées par Bank Al-Maghrib… Au Maroc, le secteur de l’immobilier peine à redresser la pente. L’année 2023 commence sous de mauvais auspices.

À lire : Au Maroc, le marché de l’immobilier connaît un net ralentissement

Le retard pris dans l’adoption du décret d’application des dispositifs d’aide directe aux nouveaux acquéreurs annoncés dans la loi de Finances 2023 « est un gros problème auquel nous sommes confrontés actuellement », souligne le vice-président de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI), Anice Benjelloun dans une interview accordée au journal Le Matin. « Le ministère avait promis que ce décret verrait le jour avant la fin de l’année, puis cela a été reporté à fin janvier, et aujourd’hui nous ne voyons rien venir », se désole-t-il. Selon lui, ce retard fait que le petit nombre de clients potentiels qui souhaitaient acquérir un logement sont en attente de pouvoir se faire une idée plus précise de ce qui va être mis en place.

À lire : Immobilier au Maroc : baisse de l’offre et hausse de la demande

Fiscalité et taxes, l’autre difficulté à laquelle font face les professionnels du secteur. « Il faut savoir que rien que pour la fiscalité, en plus des taxes habituelles (TVA, IS…), le secteur ploie sous d’autres charges telles que les droits d’enregistrement et de conservation foncière qui sont très lourds et qui s’élèvent jusqu’à 12 % du prix de l’acquisition », explique le responsable.

À lire : Difficile de trouver une offre adéquate sur le marché de l’immobilier marocain

« À la différence de tous les autres secteurs, lorsque nous achetons du foncier, qui constitue notre matière première, nous devons payer des droits d’enregistrement et de conservation foncière », ajoute-t-il, faisant savoir par ailleurs que deux nouveaux droits et taxes ont été introduits cette année. Il s’agit des droits communaux pour l’obtention d’un permis d’habiter et d’une taxe sur les débris générés par les chantiers de construction.

Sujets associés : Immobilier - Bank Al-Maghrib (BAM) - Crise économique - TVA

Aller plus loin

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de...

Location au Maroc : une hausse générale des prix

Une montée générale des prix des loyers a été observée au Maroc, que ce soit pour les appartements ou les villas et ce dans la plupart des villes. Voyons ça en détail.

Les MRE bénéficient d’une exonération fiscale pour l’achat de logements sociaux

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier d’une exonération fiscale lorsqu’ils achètent un logement social, à condition de remplir les critères énoncés dans...

Difficile de trouver une offre adéquate sur le marché de l’immobilier marocain

Le marché de l’immobilier au Maroc fait face à un déséquilibre entre l’offre en logements et la demande émanant des acheteurs. Ces derniers ont du mal à trouver une offre adéquate.

Ces articles devraient vous intéresser :

Chute du dirham face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 3,86 % face à l’euro et de 2,67 % vis-à-vis du dollar américain, au quatrième trimestre de l’année 2022. C’est ce que précise Bank Al-Maghrib (BAM) dans un récent rapport sur la politique monétaire.

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Le dirham replonge face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 1,89 % face au dollar américain et s’est dépréciée de 1,73 % vis-à-vis de l’euro, au cours de la période allant du 10 au 16 novembre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Eau et électricité : une bonne nouvelle pour les ménages marocains

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch renonce à son projet visant à augmenter la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour l’eau et l’électricité. Ce projet avait soulevé de vives polémiques et inquiété les Marocains.

Les Marocains paieront plus cher l’électricité

Les autorités marocaines ont décidé de relever les taux de TVA appliqués aux tarifs de l’électricité sur la période 2024-2026.

Le dirham s’envole par rapport au Dollar

Le dirham marocain est resté quasi-stable vis-à-vis de l’euro et s’est apprécié de 1,11 % face au dollar américain durant la période du 28 décembre au 03 janvier, selon les données publiées par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham reste stable face à l’euro

La devise marocaine est restée presque stable face à l’euro et s’est appréciée de 0,84 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 20 au 26 avril. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham prend de la valeur face à l’euro

Le dirham marocains’est apprécié face à l’euro (0,58%) et déprécié face au dollar américain (0,75%) durant la période allant du 31 août au 06 septembre, selon les données publiées par Bank al-Maghrib.

Le dirham stable face à l’euro

La devise marocaine est restée presque stable face à l’euro et s’est appréciée de 0,14 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 13 au 19 avril. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

L’aide au logement connait un succès auprès des MRE

Depuis son ouverture le 2 janvier, le site d’assistance pour l’aide au logement connaît un succès croissant, notamment auprès des Marocains résidant à l’étranger.