Difficile de trouver une offre adéquate sur le marché de l’immobilier marocain

28 novembre 2022 - 08h20 - Economie - Ecrit par : S.A

Le marché de l’immobilier au Maroc fait face à un déséquilibre entre l’offre en logements et la demande émanant des acheteurs. Ces derniers ont du mal à trouver une offre adéquate.

« Depuis la hausse qu’a connue l’offre en T2-2022, la tendance s’inverse en T3-2022 avec une baisse de 4,7 %. En parallèle, et sur la même période, la demande suit une tendance différente de celle de l’offre et enregistre une hausse de 2,1 %. Le dernier indicateur à surveiller est le potentiel de croissance dans les villes principales. Ce troisième trimestre, le potentiel de croissance est toujours existant, c’est-à-dire que la proportion de la demande par rapport à celle de l’offre est avantageuse pour de nouvelles opportunités de croissance. Par exemple, sur la ville de Marrakech, la demande est presque 3,8 fois plus importante que l’offre », explique Kevin Gormand, CEO et co-fondateur du Groupe Mubawab.

À lire : Immobilier au Maroc : baisse de l’offre et hausse de la demande

Le déséquilibre entre l’offre et la demande s’explique notamment par la morosité que vit le secteur immobilier depuis quelques mois, fait savoir La Vie éco. Il a été également constaté que les acheteurs peinent à trouver une offre adéquate, les promoteurs immobiliers n’arrivant pas à satisfaire leur demande. Celle-ci répond à plusieurs critères : la localisation, la superficie, la nature du logement, sa composition, ses équipements, etc. À titre d’exemple : les promoteurs se rabattent sur des localisations éloignées du centre en raison de la rareté du foncier et le renchérissement des prix résultant de la saturation en ville. Une option qui ne convient pas à une large frange de la clientèle qui tient compte de la proximité du centre-ville, des lieux d’attraction et de son lieu du travail.

À lire : Immobilier : des exonérations en faveur des futurs propriétaires ?

Plusieurs experts ont formulé des recommandations dont la prise en considération pourrait résoudre ce problème. Ils recommandent de revoir la conception des projets pour qu’ils soient adaptés aux besoins des acquéreurs, de fournir des données précises sur le secteur notamment la valeur des biens, leur nature et leur évolution. Aussi, recommandent-ils d’augmenter la taxe sur les terrains non bâtis, ce qui permettra d’avoir une assiette foncière plus large et de booster l’offre immobilière.

Sujets associés : Immobilier

Aller plus loin

Immobilier : les prix en baisse de 0,3 % à Marrakech

Au 2ᵉ trimestre de l’année, l’indice des prix des actifs immobiliers à Marrakech (résidentiels, terrains, usage professionnel) a reculé 0,3 % tandis que les transactions ont...

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas...

Au Maroc, le marché de l’immobilier connaît un net ralentissement

Le marché de l’immobilier au Maroc marque des signes d’essoufflement cette année. C’est ce que révèlent les données publiées par la Direction des études et des prévisions...

Immobilier : voici les tendances des prix à Casablanca

Au deuxième trimestre de cette année, l’indice global des prix des actifs immobiliers au Maroc a augmenté de 0,2 %. A Casablanca, les prix ont suivi la même tendance, affichant...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’immobilier marocain en berne, les acheteurs attendent l’aide du gouvernement

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu une tendance à la baisse ces derniers mois, en raison de la sévérité des conditions d’octroi de crédit. Selon le dernier tableau de bord des crédits et dépôts bancaires de Bank Al-Maghrib, cette tendance se...

Le château de Gretz-Armainvilliers, ancienne propriété du roi Hassan II

Le roi Hassan II n’avait pas seulement un goût prononcé pour les voitures de luxe. Il était aussi un amoureux de belles demeures et avait acquis une auprès de la famille Rothschild.

Au Maroc, le marché de l’immobilier connaît un net ralentissement

Le marché de l’immobilier au Maroc marque des signes d’essoufflement cette année. C’est ce que révèlent les données publiées par la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).

Immobilier au Maroc : où en est l’aide directe aux primo-accédants ?

Alors que c’était annoncé pour décembre, puis pour janvier 2023, le décret fixant le montant et les modalités d’attribution de l’aide financière directe aux primo-accédants au logement accuse du retard. Cette aide était initialement annoncée dans la...

Maroc : où en est l’aide au logement ?

Des discussions sont en cours entre les parties prenantes pour finaliser le décret relatif à l’aide directe au logement en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement dans les prochains jours.

Aide directe au logement : les promoteurs immobiliers exigent des clarifications

Pour dynamiser le secteur immobilier, le gouvernement envisage d’octroyer une aide au logement, au profit des acquéreurs éligibles. Cette mesure contenue dans le PLF 2023, suscite des inquiétudes dans les rangs des promoteurs immobiliers.

Terres soulaliyates : mise en garde du ministère de l’Intérieur

La légalisation des signatures portant sur des transferts de propriété de terres soulaliyates est « illégale » et peut donner lieu à des poursuites judiciaires, a rappelé le ministère de l’Intérieur aux présidents des collectivités territoriales.

Maroc : le secteur immobilier marque des points malgré la crise

En 2023, malgré les chocs endogènes, la conjoncture internationale et la stagnation de l’activité, le secteur de l’immobilier au Maroc a montré sa résilience. Et, les perspectives pour l’année prochaine s’annoncent meilleures.

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

Au Maroc, la filière de la location saisonnière se requinque

La location immobilière saisonnière au Maroc suscite un fort engouement à mesure qu’approchent les vacances. De quoi revigorer le secteur après deux années de disette dues à la crise sanitaire de Covid-19.