Recherche

Maghreb / UE : Chacun pour soi

© Copyright : DR

6 janvier 2007 - 01h12 - Monde

Dans son rapport remis à la Commission de l’Union européenne après une tournée de cinq jours sur les pays de l’UMA (Union du Maghreb Arabe), le ministre allemand des Affaires étrangères – dont le pays préside actuellement l’UE-, Steinmeir, a constaté que chacun des Etats visités, tire de sa propre évolution des espoirs d’accaparer toute l’attention particulière et sollicitation de l’Europe.

Il précisa qu’ils ignorent par là même un principe de la future politique de voisinage de l’UE. Principe que Steinmeir résume en soulignant que l’UE va développer des « relations à parts égales avec tous les pays du Maghreb ».

Dans ce contexte, il indique qu’en Algérie, le président Bouteflika lui disait que jusqu’à présent, on n’a pas suffisamment reconnu à sa juste valeur, ce que son gouvernement a accompli. En Tunisie, la réclamation consiste à dire, que l’Occident et l’UE ne doivent pas toujours mettre le doigt sur le manque de participation politique dans le pays, mais plutôt reconnaître davantage que c’est ici que, depuis l’indépendance voilà 50 ans, a été fondée la seule société séculaire dans le Monde arabe.

Au Maroc, on lui disait que c’est la fierté tirée de l’ouverture politique, promue par SM le Roi Mohammed VI depuis sa montée sur le trône, il y a sept ans, qui est à la base du vœu d’un partenariat particulièrement étroit avec Bruxelles. Il a entendu du premier ministre marocain, Driss Jettou dire : « le Maroc serait décidé en faveur du modèle social européen ».

Le ministre allemand a, par ailleurs, remarqué que ce que les Etats maghrébins ont en commun, c’est le souci que l’UE, après l’adhésion de la douzaine de nouveaux membres de l’Europe de l’Est, ne se tourne encore et d’une façon plus permanente vers eux davantage.

La Gazette du Maroc

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact