Manque de main d’oeuvre pour la cueillette de la fraise en Espagne

5 janvier 2008 - 20h54 - Espagne - Ecrit par : L.A

Les producteurs de fraise dans la région de Huelva, dans le sud-ouest de l’Espagne, font face à un sérieux manque de main d’oeuvre, à la veille du lancement de la campagne de collecte qui démarre dans quelques jours.

Sur 4.000 ouvriers agricoles ukrainiens sollicités à ce pays pour la campagne 2008, l’association des producteurs et exportateurs de la fraise à Huelva n’a pu ramener que 150 au terme d’une visite dans ce pays de l’Europe de l’est.

Le même problème s’est posé l’année dernière, quand 7.000 ouvriers agricoles roumains embauchés n’ont pas honoré leurs contrats ce qui a poussé les producteurs à engager 5.500 journaliers marocains pour sauver la campagne.

Pour la campagne de cette année, la main d’oeuvre marocaine sera aussi la solution pour faire face à la défection des ouvriers des pays de l’Europe de l’Est, de moins en moins intéressés par cette offre de travail temporaire, d’autant que plusieurs ces pays ont déjà intégré l’Union Européenne comme la Roumanie et la Pologne.

Au moins 12.000 femmes marocaines ont été déjà embauchées comme travailleuses agricoles temporaires par les producteurs de fraise dans la région de Huelva pour la campagne 2008 et leur nombre pourrait aller jusqu’à 15.000.

L’opération de sélection a été menée cette année en coordination avec l’ANAPEC, en donnant la priorité aux femmes mariées et mères d’enfants pour s’assurer de leur retour au Maroc, une fois expiré leur contrat. Les personnes sélectionnées bénéficieront de contrats d’une durée de trois à six mois, au bout desquels elles pourront ramener au Maroc l’équivalent d’un revenu annuel.

Pour la première fois les travailleurs temporaires marocains pour la campagne de collecte de la fraise dépassent en nombre ceux en provenance des pays de l’Europe de l’Est, traditionnellement majoritaires dans les champs du sud de l’Espagne.

Quelque 11.000 journaliers doivent provenir cette année de la Roumanie, même si les agriculteurs de la fraise avaient sollicité 15.500 travailleurs de ce pays.

Plusieurs observateurs estiment que les pays africains comme le Sénégal ou le Mali pourraient constituer une bonne alternative face à ce manque de main d’oeuvre.

APA

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Agriculture - Emploi - Anapec

Ces articles devraient vous intéresser :

Camions attaqués en Europe : le Maroc hausse le ton

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a dénoncé lundi les récentes attaques d’agriculteurs européens contre des cargaisons de fruits et légumes marocains, faisant observer que l’Union européenne (UE) tire davantage profit de...

Maroc : la croissance s’accélère au 3ᵉ trimestre

Le Maroc s’attend à une légère accélération de son économie ce trimestre, avec une croissance prévue de 3,4 %, comparée à 3,2 % au trimestre précédent, selon les prévisions du Haut-commissariat au Plan (HCP).

Interdiction d’abattage des vaches laitières : le gouvernement s’explique

Face à une polémique qui enfle, le gouvernement a apporté des clarifications concernant la décision d’interdiction d’abattre les vaches laitières.

Maroc : appel pressant des exportateurs de légumes

Les associations de producteurs et exportateurs de fruits et légumes appellent le gouvernement d’Aziz Akhannounch à autoriser la reprise des exportations.

France : les prix des tomates cerises marocaines résistent à l’inflation

Malgré la flambée des prix des denrées alimentaires, due à l’inflation, les tomates, produites au Maroc gardent leurs prix inchangés. De quoi susciter l’interrogation de certains professionnels.

Maroc : la pastèque sacrifiée pour préserver l’eau ?

Des associations locales de la province d’Al Haouz ont sollicité Rachid Benchikhi, le gouverneur de la province, pour qu’il interdise la culture de pastèques et de melons.

Agriculture : appel au renforcement de la coopération entre le Maroc et Israël

Le ministre israélien de l’Agriculture appelle le Maroc et l’État hébreu à s’investir davantage dans le développement du secteur agricole à travers la signature d’accords de partenariat.

Le Maroc contraint de réorienter sa production agricole

Face à la sécheresse et au stress hydrique d’une part, et à l’inflation d’autre part, le gouvernement marocain est contraint de revoir sa politique agricole et alimentaire pour garantir l’eau et le pain.

Une lettre particulière d’Amine et de Yasmine à Emmanuel Macron

Dans une correspondance, Amine et Yasmine, deux enfants de huit ans expriment des inquiétudes quant à l’avenir de Casino Saint-Étienne où travaillent leurs parents et demandent au président de la République française Emmanuel Macron de sauver le groupe.

Le Maroc va faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Maroc envisage de faire un important don d’engrais à Saint-Vincent-et-les-Grenadines l’année prochaine. Une feuille de route pour la coopération entre les deux pays dans les trois ou cinq années à venir est en cours d’élaboration.