Condamné pour avoir émigré au Maroc en abandonnant sa famille à Monaco

5 avril 2022 - 23h00 - Ecrit par : A.S

Ruiné par la crise sanitaire liée au Covid-19, un chef d’entreprise a émigré au Maroc sans verser de pension alimentaire à sa petite famille à Monaco. La justice monégasque l’a condamné pour abandon de famille.

Absent à la barre, le Monégasque de 52 ans a écopé d’une peine de trois mois de prison avec sursis et d’une amende de 1 500 euros pour préjudice moral, rapporte Nice-matin. Le tribunal a également prononcé l’irrecevabilité du paiement des arriérés. La crise sanitaire liée au Covid-19 est à l’origine du déclenchement de cette affaire.

À lire : Maroc : un homme condamné pour avoir quitté le domicile conjugal «  sans justification  »

« Le Covid a bon dos ! Le prévenu aurait perdu 75 % de sa clientèle avec la pandémie. Or, il fournit les documents qui l’arrangent et il dissimule volontairement ses ressources réelles. Quel prétexte fantaisiste et fallacieux afin de se désintéresser de ses deux enfants ! Quatre ordonnances ont fixé sa part contributive totale à 700 euros mensuels. À part des versements erratiques, Monsieur ne s’est jamais acquitté de ses dettes de 2020 à 2021. Pourtant son tribut à l’obligation familiale reste modeste. Mais il préfère privilégier ses conditions de vie après avoir émigré au Maroc. Les arriérés cumulent une somme de 5 572 euros. Ajoutez 10 000 euros pour le préjudice subi par cette bataille ! », résume-t-on.

À lire : Maroc : une femme condamnée pour avoir chassé son mari du domicile conjugal

Pour le parquet, la volonté du prévenu de ne pas payer était bel et bien volontaire : « Cet ingénieur a-t-il un loyer de 750 euros à Marrakech comme il le prétend ? Ou plus vraisemblablement en devise locale, comme le relève le premier substitut Valérie Sagné. Il est alors riche au Maroc, surtout avec une somme de 1 811 euros, relevée sur son compte. Sa volonté de ne pas payer est affichée ». De plus, aucun élément ne vient à l’appui de la mauvaise situation financière de son entreprise causée par la crise sanitaire.

À lire : Maroc : un tribunal oblige un homme à retourner auprès de sa femme

« On critique mon client parce qu’il n’a pas les moyens de faire le déplacement. C’est un consultant informatique. Il a besoin de travailler. Il ne roule pas sur l’or. Outre des arriérés réglés depuis février 2020, ce père met à disposition de ses enfants des cartes bancaires pour leurs dépenses, environ 3 000 euros. La victime ne peut pas demander des arriérés. Si Madame n’a pas de moyens financiers suffisants, pourquoi réside-t-elle encore à Monaco ? Sa demande est vindicative. Ramenez ses exigences à de plus justes proportions », explique Hervé Campana, l’avocat du prévenu, avant que le tribunal ne rende son jugement.

Tags : Immigration - Droits et Justice - France

Aller plus loin

Maroc : un homme condamné pour avoir quitté le domicile conjugal «  sans justification  »

Le tribunal de première instance de la ville d’Oued Zem a condamné un homme qui a « quitté le domicile familial sans motif impérieux » suite à une plainte déposée par sa...

Maroc : une femme condamnée pour avoir chassé son mari du domicile conjugal

Le tribunal de première instance d’Imintanout a condamné une femme pour violences conjugales sur son époux. Elle avait expulsé son compagnon du domicile...

Marrakech : 15 ans de prison pour avoir torturé un enfant de 5 ans

La Cour d’appel de la ville de Marrakech a condamné un couple à 15 ans de prison ferme pour crime de coups et blessures ayant entraîné la mort d’un enfant, confirmant ainsi le...

Maroc : un tribunal oblige un homme à retourner auprès de sa femme

Après un recours engagé par son épouse, le tribunal de Marrakech a sommé un homme de regagner le domicile conjugal. Une première au Maroc.

Nous vous recommandons

Le Polisario aurait tué 12 soldats marocains au Sahara

Le Front Polisario a affirmé avoir tué 12 soldats marocains lors de différentes attaques au Sahara.

Maroc : bagarre à l’aéroport entre Israéliens

Au Maroc, une violente altercation a eu lieu à l’aéroport entre des Israéliens qui s’apprêtaient à prendre un vol Israir pour rallier Israël. L’avion a pu décoller après l’intervention du personnel de...

Le Maroc, pays important du trafic de Brussels  Airport

Les Marocains ont été nombreux à voyager via Brussels Airport au cours du mois d’octobre, faisant du royaume l’un des pays importants du trafic de cet aéroport.

Hirak du Rif : la Cour de cassation rend sa décision définitive

A moins d’une solution politique, Nasser Zefzafi purgera les 20 ans de prison ferme prononcés par la chambre criminelle le 28 juin 2018 et confirmés par la Cour d’appel de Casablanca en avril 2019. Vendredi dernier, la Cour de cassation de Rabat a...

Achraf Hakimi parle de Mazraoui, Ziyech, et du Mondial Qatar 2022

Achraf Hakimi s’exprime pour la première fois sur la mécontente entre Vahid Halilhodzic et certains joueurs marocains. Dans une interview accordée à la chaîne qatarie Al Kass, le Parisien a évoqué la réconciliation Halilhodzic-Mazraoui, les chances du Maroc à...

L’Algérie continue de livrer du gaz au Maroc

L’Algérie qui a fermé définitivement le robinet du gaz au Maroc en ne renouvelant pas le gazoduc Maghreb-Europe (GME) dont le contrat est venu à expiration le 31 octobre dernier a livré à travers sa compagnie pétrolière, Sonatrach, du gaz de pétrole liquéfié...

Le viol d’une Marocaine suscite l’émoi en Espagne

Une jeune Marocaine de 19 ans a été séquestrée, torturée et violée fin juillet par deux jeunes compatriotes à Formentera (Îles Baléares). La nouvelle suscite l’émoi en Espagne.

Un Iphone en or pour Achraf Hakimi

Comme tous les joueurs du PSG, Achraf Hakimi a reçu son smartphone en or avec inscription de son numéro et du logo de la Fédération royale marocaine de football (FRMF).

Frontières marocaines fermées : la prolongation est injustifiée selon un expert

La décision des autorités de prolonger la fermeture des frontières jusqu’au 31 janvier prochain dérange de plus en plus. A deux semaines de cette échéance, des experts soutiennent que la prolongation de cette mesure serait...

Les Français vont-ils se ruer sur la tomate marocaine ?

Les Français pourraient préférer la tomate marocaine aux tomates produites en France, au cas où le prix de celles-ci augmenterait fortement. Une éventualité qui tend à se confirmer en raison de la hausse du coût du gaz utilisé dans la culture...