Maroc-Algérie : Moncef Marzouki veut tenter une médiation

27 novembre 2021 - 10h20 - Monde - Ecrit par : A.T

« Le dialogue entre le Maroc et l’Algérie est ce dont l’Union du Maghreb arabe a besoin pour éviter toute division et fracture dans la région » a soutenu l’ancien président tunisien Moncef Marzouki.

L’ancien dirigeant martèle toujours que les tensions actuelles entre Alger et Rabat sont imputables à l’Algérie qui rejette toutes les initiatives visant à apaiser les relations entre les deux pays.

Dans une interview accordée à Arabi Post, Marzouki a indiqué que l’initiative d’autonomie présentée par le Maroc est la solution à ce conflit artificiel qui date depuis plus de quarante ans, considérant que le front Polisario soutenu par l’Algérie adhère à la mise en place d’un sixième État. Ce qui, explique-t-il, ne fera que contribuer à l’épuisement de toutes les parties dans la région, en conduisant la région au même sort que connaissent les pays du Moyen-Orient.

Lors de cet entretien, le Tunisien a révélé qu’il avait tenté une médiation entre les deux pays durant sa présidence. Mais, qu’il a été ignoré du côté algérien alors que, le Maroc était ouvert au dialogue. Cependant, a-t-il déploré, les choses ne se sont pas passées comme prévu et sont restées en suspens entre les deux pays.

A lire : Omar Hilale : « le geste du roi Mohammed VI envers l’Algérie est resté sans réponse »

Pour autant, il affirme ne pas désespérer, car a-t-il déclaré, « nous pensons rassembler le plus grand nombre de personnalités maghrébines pour tenter de mener toute action en vue de rapprocher les points de vue et jouer le rôle de médiateur ».

Pour résoudre le différend, l’ancien président tunisien a souligné qu’un changement doit être opéré et une solution recherchée, dans le cadre de l’Union du Maghreb, et de l’autonomie, ajoutant : « je dis toujours à mes frères sahraouis : avec l’autonomie, vous aurez 3 patries, la première est l’autonomie, puis une patrie large, qui est le Maroc, et une patrie encore plus large, qui est l’Union du Maghreb, mais pas nécessairement en passant par l’établissement d’un sixième État ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Tunisie - Moncef Marzouki - Sahara Occidental

Aller plus loin

L’Algérie déroutée par le soutien américain au Maroc

La reconnaissance de la marocanité du Sahara par les États-Unis et son appui militaire au royaume seraient à la base de l’animosité de l’Algérie envers le Maroc.

L’Algérie met en garde le Maroc contre une déstabilisation de sa sécurité intérieure

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a affirmé dans un entretien à Al Quds Al Arabi, que son pays est visé par Maroc à cause du soutien accordé aux...

Otages de Tindouf : Moncef Marzouki tire sur l’Algérie

Le régime algérien « prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un choix politique fallacieux », fustige l’ancien président tunisien, Moncef Marzouki. Il juge plutôt...

Sahara : Moncef Marzouki soutient le Maroc face à l’Algérie

Rejoignant la position du Maroc sur le Sahara, l’ancien président tunisien Moncef Marzouki attaque l’Algérie. Allant à l’encontre de l’avis de ses anciens alliés, il fait part...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Quatre dirigeants du Polisario tués par un drone marocain

Au moins quatre dirigeants du front du Polisario ont été tués par un drone des Forces armées royales (FAR) dans la zone tampon.