Sahara : Moncef Marzouki soutient le Maroc face à l’Algérie

6 février 2021 - 08h00 - Maroc - Ecrit par : J.K

Rejoignant la position du Maroc sur le Sahara, l’ancien président tunisien Moncef Marzouki attaque l’Algérie. Allant à l’encontre de l’avis de ses anciens alliés, il fait part de son opinion dans une interview.

Pour Moncef Marzouki, élu après Ben Ali par les islamistes du mouvement Ennahda, et premier chef d’État tunisien post-révolution, l’Algérie a joué un rôle négatif dans la révolution du Jasmin en 2010-2011, ayant mis un terme au régime de Ben Ali. Dans une interview accordée à la chaîne de télévision satellitaire Al Khaleej, Moncef Marzouki a indiqué que « les autorités algériennes ont combattu la révolution tunisienne et lui ont été hostiles pendant ses premières années. Ce qu’a enduré la révolution tunisienne de la part de l’Algérie n’est pas moindre que ce que lui ont fait subir les Émiratis, même si c’était d’une manière différente ».

Bien que nul n’ait voulu critiquer ouvertement le grand voisin algérien sur ce sujet, ce n’est pas la première fois que l’ancien président tunisien, connu pour ses relations avec le Maroc et ses amitiés qataries, attaque le pouvoir algérien. Dans cette récente interview, M. Marzouki accusait l’Algérie d’être obstacle à « l’édification maghrébine ». Cette déclaration a touché un point sensible du pouvoir algérien qui a réclamé et obtenu des explications.

Dans ce sens, le ministère tunisien des Affaires étrangères a immédiatement réagi en affirmant que, « les excellentes relations avec l’Algérie ne peuvent être perturbées par des positions officieuses, qui n’engagent en rien la Tunisie et ne représentent que leurs auteurs ». De plus, le cœur de l’ancien « allié » de Marzouki, le mouvement islamiste Ennahda, bat pour l’Algérie.

À travers un communiqué, Ennahda a exprimé son « rejet » des affirmations de Marzouki qu’il qualifie d’« offensantes » envers l’Algérie, « précipitées », « irresponsables » et « contre-productives ». Par ailleurs, Tunis a bien conscience que rien ne peut être entrepris sans l’avis de l’Algérie. 

Sujets associés : Algérie - Diplomatie - Tunisie - Moncef Marzouki - Sahara Occidental

Aller plus loin

Sahara : l’ancien Président tunisien Marzouki soutient le Maroc et charge le Polisario et l’Algérie

L’ancien président tunisien Moncef Marzouki a réagi au regain de tensions entre le Maroc et le Polisario. Il apporte son soutien au royaume et charge "les ennemis de l’unité...

Otages de Tindouf : Moncef Marzouki tire sur l’Algérie

Le régime algérien « prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un choix politique fallacieux », fustige l’ancien président tunisien, Moncef Marzouki. Il juge plutôt...

Le Maroc à nouveau dans le viseur de l’Algérie ?

Le général de corps d’armée, Saïd Chengriha, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a affirmé la détermination des Algériens à mettre en échec « tous les...

Un nouveau poste pour le chercheur marocain Moncef Slaoui

Quelques semaines après sa démission forcée du programme américain de vaccination « Operation Warp Speed Covid-10 », Moncef Slaoui a été nommé directeur scientifique de Centessa...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

L’Espagne tire un trait sur le Sahara occidental

Le ministère espagnol des Affaires étrangères, sous la houlette de José Manuel Albares, a retiré de son site internet une section consacrée au Maghreb et au Moyen-Orient. Auparavant, cette partie incluait l’engagement de l’Espagne pour...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Sahara : Israël réaffirme son soutien au Maroc

En visite de travail au Maroc, Gideon Saar, ministre israélien de la justice, a réaffirmé le soutien de son pays à la position du royaume concernant la question du Sahara.

Quatre dirigeants du Polisario tués par un drone marocain

Au moins quatre dirigeants du front du Polisario ont été tués par un drone des Forces armées royales (FAR) dans la zone tampon.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Sahara : l’Union européenne réitère sa position après les déclarations de Josep Borrell

L’Union européenne se désolidarise avec les déclarations faites par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur le dossier du Sahara. L’institution a réaffirmé jeudi, n’avoir pas changé d’avis sur la nécessité de régler la question du Sahara,...