Maroc : appel à la révision du procès de musiciens soupçonnés de "satanisme"

12 mars 2003 - 11h13 - Maroc - Ecrit par :

Des organisation non-gouvernementales (ONG) marocaines ont réclamé mardi à Casablanca la révision du procès de 14 jeunes amateurs de hard rock, soupçonnés de "satanisme" et condamnés à des peines de prison pour "actes pouvant ébranler la foi des musulmans".Les prévenus, 13 Marocains et un Egyptien, avaient été condamnés le 6 mars à des peines allant d’un mois à un an de prison pour "trouble à l’ordre public" et détention d’objets divers, collants et T-shirts représentant Satan ou la mort et jugés "contraires à la foi musulmane".

Le collectif d’ONG "Démocratie et modernité" a dénoncé un "procès de la liberté d’expression et de la liberté de création au Maroc", à l’occasion d’une conférence de presse au siège du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) à Casablanca (100 km au sud de Rabat).Les représentants de ce collectif - qui regroupe plusieurs ONG dont l’Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante) et des organisations de musiciens et de cinéastes - ont été reçus lundi par le ministre de la Justice Mohamed Bouzoubaâ.Le ministre leur aurait promis que les conditions de détention des 14 détenus seront améliorées dans l’attente d’une révision éventuelle de leur procès. M. Bouzoubaâ, ajoutent-ils, se serait déclaré "attaché à une justice sereine et équitable".Une vive polémique s’était développée au sujet de cette affaire, des journaux marocains et des ONG ayant dénoncé un procès "monté de toute pièces" par les autorités judiciaires contre un groupe de musiciens pris pour des "adeptes de Satan".Des journaux ont accusé les autorités d’avoir organisé le procès de ces jeunes musiciens dans le seul but de plaire aux mouvements islamistes marocains supposés hostiles aux modes "importées" de l’Occident.Le collectif a exprimé le souhait de voir les 14 détenus remis en liberté et fait part à M. Bouzoubaâ de "l’indignation et la psychose engendrées par cette affaire au sein de l’opinion publique, tous âges et toutes tendances confondues".

AFP

Sujets associés : Musique - Procès - Liberté d’expression - Jeunesse

Ces articles devraient vous intéresser :

Qui sont les représentants du Maroc aux AFRIMA 2022 ?

En tout, quatre artistes marocains sont nominés dans plusieurs catégories aux Africa Music Awards (AFRIMA) qui se tiendront du 8 au 11 décembre 2022.

Samira Said dévoile le titre de son nouveau single

La chanteuse et compositrice marocaine Samira Saïd s’apprête à sortir un nouvel opus intitulé “Moushtalak”. D’ores et déjà, ses fans ont eu droit à un avant-goût.

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Saâd Lamjarred et Ghita El Alaki se marient le 17 novembre au Maroc

Après Paris, le chanteur marocain Saâd Lamjarred et Ghita El Alaki, vont organiser leur mariage au Maroc le 17 novembre prochain. Une cérémonie à laquelle seront conviés sa famille, des fans et amis marocains.

"YouTube", l’autre source de revenus des artistes marocains

De nombreux artistes marocains se tournent vers la plateforme YouTube qui est devenu un moyen pour eux de gagner de l’argent et d’éviter la marginalisation.

L’artiste Jaouad Alloul évoque son homosexualité et ses extravagances

Dans une interview, Jaouad Alloul, artiste pluridisciplinaire et entrepreneur créatif autodidacte d’origine marocaine, s’est livré comme jamais sur son nouvel album, sa crise conjugale et son rêve.

Divorce de Tamer Hosny et Bassma Boussil

Basma Boussel, la célèbre styliste et chanteuse marocaine, a annoncé son divorce avec le chanteur égyptien Tamer Hosny. L’annonce a été faite sur le compte Instagram de Boussel, avec un message qui a ému ses fans.

Violences au L’Boulevard : voici les explications du comité d’organisation

Au lendemain des actes de violence et de vandalisme survenus lors du festival L’Boulevard, le comité d’organisation a réagi, expliquant les causes de ce débordement. De nouvelles mesures sécuritaires ont été dévoilées.

Rap en darija : La spécificité linguistique du rap marocain

Dans un entretien à TV5 Monde, Anissa Rami, journaliste spécialiste du rap revient sur les origines du rap marocain et son évolution dans le temps.