Maroc : des hommes d’affaires dépouillés, des escrocs arrêtés

26 août 2019 - 12h20 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Cinq escrocs ont été arrêtés et placés en détention à la prison d’El Aouad à Kénitra. Ces hors-la-loi dévalisaient leurs victimes après une promesse de vente d’une importante somme en euros à moitié prix.

Il s’agit d’une bande criminelle qui, selon le quotidien Assabah, utilise le même modus operandi pour piéger de nombreux hommes d’affaires dont des entrepreneurs, des ingénieurs, des promoteurs immobiliers, dans plusieurs villes du Maroc, à savoir Tanger, Kénitra, Meknès, Casablanca, Ouezzane et Salé.

En effet, pour réussir leur plan, les escrocs informent leurs victimes bien ciblées qu’ils disposent de sommes importantes en euros, découvertes sur des plages de Moulay Bousselham, après leur rejet par la mer. Ensuite, ils proposent de leur échanger les euros découverts à moitié prix par rapport au taux de change officiel, relate le quotidien.

Sous le prétexte qu’il est fallait éviter les regards indiscrets, ils donnaient rendez-vous à leurs victimes dans l’une des forêts de la région du Gharb. A ces fameux rendez-vous, ces hommes d’affaires à la quête du gain facile sont systématiquement kidnappés par les voyous qui les emmènent loin des regards. Là, ils sont molestés et dépouillés de tout leur argent.

La même source rapporte qu’un ingénieur d’Etat qui a été attiré de Casablanca vers Sidi Yahya du Gharb s’est fait dérober 250.000 dirhams. À un promoteur immobilier de Tanger, il a été extorqué la somme de 500.000 dirhams, tandis qu’un entrepreneur de Meknès s’est vu enlever 350.000 dirhams. Le gérant d’une agence de voyages à Salé y a laissé 120.000 dirhams, alors qu’un autre homme d’affaires originaire de Ouezzane a perdu 100.000 dirhams, pour ne citer que ceux-là.

Finalement, alors qu’elle enquêtait, le vendredi 23 août dernier, sur un réseau de malfrats qui attaquent à coups de pierre les voitures qui circulent de nuit dans la région du Gharb, la gendarmerie a découvert la cachette de cette bande à Sidi Allal Tazi.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Kenitra - Criminalité - Arrestation

Aller plus loin

De l’appât du gain au passage à tabac à Sidi Slimane

Les éléments de la brigade de la gendarmerie royale de Sidi Yahya El Gharb dans la province de Sidi Slimane ont démantelé un réseau criminel qui a pour cible principale des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : appel à l’arrêt immédiat des opérations d’abattage de chiens

Un collectif des associations marocaines de protection animale dénonce « des opérations brutales et inhumaines, de capture et d’abattage des animaux à travers tout le pays, incluant ceux déjà stérilisés, vaccinés et identifiés ».

La criminalité au Maroc est sous contrôle selon le ministre de l’Intérieur

Pas d’inquiétude à avoir en ce qui concerne la criminalité au Maroc. La situation sécuritaire dans le pays est « normale et sous contrôle », grâce aux efforts déployés par les autorités, affirme le ministre de l’Intérieur.

Criminalité au Maroc : les chiffres

Les chiffres officiels de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) montrent les baisses importantes dans toutes les catégories de crimes en 2023.

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.