Recherche

Les autorités marocaines veulent sévir contre les « brigades de la vertu et contre le vice »

23 juin 2016 - 15h40 - Société

© Copyright : DR

L’affaire de la jeune Chaimae à qui l’on avait rasé la tête et les sourcils car accusée d’espionnage, est encore dans toutes les mémoires. C’est sans doute pour cette raison que le ministère de l’Intérieur a décidé de sévir.

En réponse à une question posée à la Chambre des Conseillers, le ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur Charki Draiss a annoncé que des instructions avaient été données pour sévir contre ceux qui veulent se substituer à la loi. « Nous n’allons pas tolérer ces agissements (…) les instructions ont été données pour sévir contre les particuliers qui veulent remplacer les institutions dans l’application de la loi », a déclaré le ministre dont les propos sont rapportés par TelQuel.

Le message de Draiss est on ne peut plus clair : « Toute personne ou groupe de personnes cherchant à se faire justice eux-mêmes seront poursuivis », rappelant que la « responsabilité est partagée (…) tout le monde doit collaborer pour instaurer la sécurité ».

Ces derniers mois, plusieurs affaires ont fait la une de la presse nationale. Des homosexuels ont été tabassés et d’autres lynchés par des citoyens. A Beni Mellal par exemple, un couple d’homosexuels a été agressé à l’arme blanche par des jeunes après que ces derniers ont fracassé la porte de leur appartement.

Plus récemment à Meknès, un tribunal populaire a condamné une employée mineure d’une cafétéria de l’université accusée d’espionnage. Ses cheveux et ses sourcils avaient été rasés lors d’un simulacre de procès. Certains des auteurs de cette agression ont été condamnés quelques jours plus tard par la justice.

Bladi.net

Bladi.net - 2018 - Archives - A Propos - Contact