Recherche

Maroc : les cafés et restaurants appellent à l’aide

© Copyright : DR

25 mai 2020 - 15h30 - Economie

À quelques jours du déconfinement progressif au Maroc, les gérants de cafés et restaurants appellent le gouvernement à sauver leur secteur d’activité durement touché par la crise sanitaire liée au coronavirus.

« Lorsque nous avons fermé nos commerces, 40 à 50 % des professionnels du secteur se sont retrouvé sans rien, car ils dépendaient entièrement des revenus journaliers », confie à H24 info, Noureddine Harrak, président de l’Association nationale des propriétaires de cafés et restaurants (ANPCR). À l’en croire, 10 000 professionnels du secteur vivent dans la précarité, et bon nombre d’entre eux sont endettés. À cela s’ajoute la situation des employés non déclarés à la CNSS, causée par la législation qui régit le secteur.

« L’État a alourdi les charges sur le secteur, qui sont en plus imposées en amont et non sur les bénéfices. […] Plusieurs fois, nous nous sommes plaints auprès du ministère du Travail, car si on venait à déclarer tous nos salariés et qu’on payait toutes les charges qui nous sont imposées, cela représenterait jusqu’à 180 % de nos revenus, ce qui est illogique. Il est donc impossible pour nous d’honorer toutes ces charges », explique Noureddine Harrak.

Afin de relancer le secteur, « l’État doit prendre ses responsabilités en main, en soutenant ces petites et moyennes entreprises qui emploient plus d’un million de personnes », lance-t-il. Sans quoi, 30 jusqu’à 40 % des commerces ne pourront pas rouvrir. « Le secteur est dans un état végétatif. Il faudra donc un plan de sauvetage qui devra même s’étaler au-delà de la reprise, car pour redresser le secteur, il nous faudra au moins une année », conclut le président de l’ANPCR.

Mots clés: Restauration , Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact