Maroc : une banque condamnée pour avoir refusé un chèque en tifinagh

27 septembre 2020 - 17h20 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le tribunal de commerce de Casablanca a condamné une banque marocaine à encaisser un chèque libellé en tifinagh. Une décision historique.

Cette juridiction avait rendu cette décision contre Crédit du Maroc le 17 septembre dernier. L’institution a été condamnée à verser 3 000 DH au demandeur. Il s’agit d’un client à qui la banque avait refusé l’encaissement d’un chèque correspondant au même montant. La banque a été condamnée à une astreinte journalière de 300 DH. Elle devra également dédommager le requérant à hauteur de 1000 DH.

Ahmed Arrehmouch, avocat du requérant s’est réjoui de cette décision : "Le tribunal de commerce de Casablanca a rendu effectif le caractère officiel de la langue amazigh, tout en consacrant les valeurs de la justice linguistique". "La décision est récente. Il faudra attendre quelques jours avant qu’une copie ne soit prête", a confié à Médias24 l’avocat, également militant amazigh.

Début février 2020, le client, Hamdi Mahfoud, avait porté plainte contre la banque après que l’institution financière a refusé qu’il encaisse un chèque entièrement rédigé en Tifinagh. S’il est vrai que la loi marocaine n’impose pas de langue particulière pour la validité du chèque, l’article 239 dispose que "la dénomination de chèque, insérée dans le texte même du titre est exprimée dans la langue employée pour la rédaction de ce titre".

"Il s’agit d’une entité commerciale qui opère à l’échelle nationale, mais aussi internationale. Elle est amenée, voire obligée de respecter les spécificités de chaque pays où elle s’établit, y compris les spécificités linguistiques", fait remarquer M. Arrehmouch. L’article 5 de la Constitution reconnaît la langue Amazigh en tant que langue officielle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Amazigh - Casablanca

Aller plus loin

Nouvelle loi sur les prénoms au Maroc

Au Maroc, les surnoms “Moulay”, “Sidi” et “Lalla” seront bientôt interdits et le Tifinagh sera introduit dans la transcription des noms. Ce sont les nouveautés que va apporter...

Vous parlez arabe ou amazigh ? travaillez pour les services secrets espagnols

Les services de renseignements espagnols (National Intelligence Center) ont publié une offre d’emploi pour recruter des interprètes maîtrisant le russe, l’hébreu, le français,...

Amazighité : les islamistes programment la mort de l’IRCAM

Alors que le Conseil du Gouvernement s’active pour l’adoption des textes réglementaires devant renforcer l’officialisation de la langue amazighe, les députés islamistes, eux,...

Un prénom amazigh refusé à Casablanca

Les services de l’état civil de Casablanca ont refusé l’enregistrement du prénom d’une petite fille à qui les parents ont attribué "Silya", un prénom amazigh (berbère). Face à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Roi Mohammed VI instaure le Nouvel An Amazigh comme jour férié au Maroc

Le Nouvel An Amazigh sera désormais un jour férié officiel au Maroc, selon une décision qui vient d’être prise par le roi Mohammed VI.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maroc : appel à déclarer férié le jour du Nouvel an amazigh

Quelque 45 ONG marocaines et de la diaspora demandent au roi Mohammed VI de déclarer férié le « Yennayer » ou Nouvel an amazigh, célébré le 13 janvier de chaque année.

Maroc : moins de français dans les administrations

Les Marocains souffrent de la prédominance de la langue française dans les transactions informatiques des administrations marocaines. Tel est le constat fait par le groupe parlementaire du Rassemblement national des Indépendants (RNI), qui appelle la...

Nouvel an amazigh au Maroc : ce sera le 14 janvier

La date du nouvel an Amazigh au Maroc est désormais connue. Elle vient d’être définie par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, et ce sera le 14 janvier. Ce jour sera donc chômé et payé.

Maroc : de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch franchit de grands pas vers l’officialisation de l’amazigh, mais des efforts considérables restent à fournir pour que la langue retrouve sa place qui lui est échue.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

La chanteuse Fatima Tabaamrant menacée par un salafiste

Alors qu’elle fait l’objet d’attaques verbales de la part d’un prédicateur salafiste, l’icône de l’art amazigh, Fatima Tabaamrant, ancienne députée RNI, vient de recevoir le soutien du parti d’Aziz Akhannouch.

Des erreurs sur les panneaux d’autoroutes marocaines

Le député Kamal Ait Mik, membre du groupe parlementaire du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la Chambre des conseillers, a relevé des erreurs dans l’écriture des mots amazighs sur les panneaux de signalisation routière.