Recherche

Confinement : la misère des chiens errants

© Copyright : DR

31 mai 2020 - 12h00 - Société

Les chiens errants au Maroc sont doublement condamnés en cette période de confinement. En plus d’être privés de nourriture, ils subissent également la traque des autorités locales.

Les animaux errants sont les victimes collatérales du confinement. Ils ne peuvent plus compter sur les restes de nourriture que leur fournissaient les cafés et restaurants pour s’alimenter, ces derniers étant fermés à cause du confinement. Les chiens errants continuent d’être abattus et empoisonnés par les autorités de certaines villes du royaume, en violation flagrante de l’interdiction du ministère de l’Intérieur. C’est ce qui s’est produit à Sidi Rahal, Dar Bouâzza, Sidi Bouknadel, informe le journal l’Opinion.

Plusieurs personnes affirment que les chiens sont victimes d’abattage dans plusieurs villes du royaume. Habiba Tazi, co-fondatrice de l’Association de défense des animaux et de la nature (ADAN), a confié que cette situation a conduit à une chute du nombre de chiens errants dont 90 % ont souffert pendant la période de confinement. En plus d’affronter la faim, ils sont sous la menace permanente des autorités locales.

La peur de contracter le virus amène certaines personnes à les confier à l’ADAN ou à les abandonner dans la rue, a indiqué Habiba Tazi. Une déclaration confirmée par Lebbar Karima, médecin chef de la division d’hygiène et de salubrité publique de la ville de Rabat, qui informe que "les chiens errants présents dans la ville sont ramassés, puis conduits à l’ADAN".

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact