Transport maritime : le Maroc a besoin d’une flotte nationale

7 mai 2021 - 13h00 - Economie - Ecrit par : J.K

Ces dernières années, la connectivité portuaire du Maroc a été une vraie réussite, passant de la 81ᵉ place à la 22ᵉ, au bout de 14 ans. Seulement, la souveraineté économique est menacée par le manque de flotte nationale.

L’absence de flotte nationale en navires est la préoccupation majeure de l’Association marocaine des exportateurs (Asmex) qui fait part de la prépondérance des flux vraquiers représentant une grande partie de la demande du transport, informe L’Économiste, soulignant que « sur ce segment, l’Offre du pavillon national est absente au profit d’opérateurs étrangers ». Toutefois, avec sa position géographique stratégique, le Maroc a connu entre 2006 et 2019, une hausse considérable passant au 22ᵉ rang au lieu de 81ᵉ auparavant en termes de connectivité portuaire et surtout grâce à l’investissement dans l’infrastructure portuaire.

Par ailleurs, le secteur constitue un « point névralgique de l’économie nationale, souligne le quotidien, précisant que 95 % des échanges commerciaux passent par le transport portuaire. Mais, avoir d’importantes infrastructures portuaires sans flotte nationale, représente un véritable problème pour le pays. Ainsi, avec tous les accords de libre-échange signés par le Maroc dans le cadre de l’ouverture de son économie à l’étranger, le pays doit avoir une logistique de qualité afin que l’offre exportable du Maroc soit compétitive. Ceci « contribuera à renforcer le rayonnement du label Made in Morocco à l’échelle internationale, notamment sur le plan continental où la contribution de l’Afrique aux flux commerciaux maritimes est marginale », a souligné le quotidien.

Dans ce sens, le gouvernement doit marquer son engagement pour faire du Maroc le carrefour économique régional afin de favoriser son ouverture à d’autres partenaires commerciaux de longue date. Et ceci passe par l’investissement dans la flotte nationale. De plus, il faudra rendre stable la balance des échanges commerciaux et réduire les déficits liés aux divers accords de libre-échange. Sans oublier que pour les accords à venir dont la Zlecaf, il faudra mettre en place une approche compétitive et systématique qui préconise une flotte nationale.

Sujets associés : Transports - Portuaire

Aller plus loin

Tanger en passe de devenir « port franc numérique » de la Méditerranée

L’Institut Marocain d’Intelligence Stratégique (IMIS) a rendu public mardi 4 mai 2021 un Policy Paper. C’est une étude qui explique l’essor de Tanger par un ensemble de facteurs...

Tanger Med réalise d’excellents résultats à fin 2020

Au quatrième trimestre 2020, l’activité du pôle portuaire Tanger Med s’est soldée par la hausse des principaux indicateurs de l’activité portuaire. Pour l’année 2020 en général,...

Port Dakhla Atlantique, une infrastructure qui fait rêver

Lancée par le roi Mohammed VI à Laâyoune à l’occasion du 40e anniversaire de la Marche Verte, la construction de Dakhla Atlantique, un port en eau profonde extérieur à la baie,...

Le trafic portuaire au Maroc malmené par la crise sanitaire

Le trafic portuaire global du Maroc se porte bien malgré la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19. À en croire le ministère de l’Équipement, du Transport, de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Affluence record de MRE dans les ports espagnols

Plus de 634 606 Marocains d’Europe et 153 934 véhicules ont déjà traversé les cinq ports espagnols retenus pour l’Opération Marhaba 2022, ce qui représente une augmentation de 34,2 % pour les MRE et de 47 % pour les véhicules par rapport à la dernière...

Maroc : une subvention pour renouveler les camions

Dans le cadre de la relance du programme de renouvellement du parc du transport routier, le gouvernement a annoncé le déblocage d’un budget de 500 millions de dirhams pour la période 2022-2023.

Les plus grands ports du monde se retrouvent à Tanger Med

Les dirigeants des plus grands ports du monde sont depuis mercredi à Tanger Med pour une réunion de travail de deux jours en vue de consolider les relations entre les plus grands hubs portuaires.

Tanger Med, un port hub pour l’Afrique d’ici 2030

Le Maroc poursuit sa stratégie portuaire à l’horizon 2030 avec Tanger Med comme référence. Le royaume a engagé une politique de développement de ports modernes et compétitifs.

Crise en Mer Rouge : Le Maroc en position de force grâce à Tanger Med ?

Avec le port de Tanger Med, le Maroc devrait tirer profit de la crise sécuritaire en mer Rouge, qui a réduit de près de moitié le trafic du canal de Suez, portant de graves préjudices aux ports européens.

Le Maroc et Israël consolident leur coopération dans le secteur des transports et de la Logistique

Une délégation marocaine composée d’acteurs clés du secteur des transports et de la logistique a effectué une visite de travail de trois jours à Tel-Aviv, et ce pour consolider la coopération entre le Maroc et Israël dans le secteur de la logistique.

Les MRE mécontents de la cherté des locations de voiture

L’inflation au Maroc touche même les locations de voiture. Cet été, les tarifs se sont envolés, provoquant la colère des citoyens et MRE. Plusieurs raisons expliquent cette situation selon les professionnels.

Le Maroc construira 1000 km d’autoroutes d’ici 2030

Le Maroc veut saisir l’occasion de l’organisation de la coupe du monde 2030 pour moderniser le secteur des transports dans son ensemble, notamment les autoroutes.

Tanger Med se dote d’un ambitieux plan d’expansion

Tanger Med ambitionne de changer de dimension. Le hub logistique mondial prévoit d’investir près de 7 milliards de dirhams notamment pour l’extension de la capacité de son terminal passagers et camions et la modernisation de sa zone d’importations.

Le Maroc va acquérir de nouveaux trains

Le Maroc s’apprête à lancer un appel d’offres international pour l’acquisition de trains et le développement d’un réseau ferroviaire local, attirant l’intérêt de géants du secteur tels, notamment français et espagnols. C’est ce qu’a révélé Mohamed...