Maroc : les parents d’élèves redoutent une année blanche

30 mars 2020 - 05h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

L’évolution de la crise sanitaire qui secoue le Maroc fait soulever des craintes sur une probable année blanche chez parents et élèves. Mais le gouvernement a encore dans sa manche deux cartes à jouer pour sauver l’année, selon une source au département de Saaïd Amzazi.

Le scénario d’une année blanche est impossible, selon le ministère de l’éducation qui indique que dans un premier temps, «  70% du programme scolaire a déjà été dispensé avant la suspension des cours et un dispositif d’enseignement à distance a été mis en place  ». Donc, il n’y a aucune chance que les 30% du programme qui restent à finaliser ne se fassent pas, malgré la crise sanitaire actuelle. Même si le ministère possède quelques marges de manœuvre, il rassure sur le fait que «  toute décision prise par le ministère prendra en considération l’intérêt des élèves et veillera à ne pas impacter leurs résultats  », rapporte LesEcos.ma.

Dans un second temps, le ministère explique que la capacité de production des ressources numériques vient d’être augmentée, de même que la création de nouveaux studios dans deux centres dédiés à cette fin à Rabat. Les douze académies régionales de l’éducation et de la formation (AREF) ont été également mobilisées pour renforcer le dispositif, selon le ministère de tutelle qui a indiqué que «  la machine est en marche en dépit des couacs du démarrage et du défi de l’accélération du rythme de production des ressources numériques pédagogiques  ».

En attendant la fin de la crise, le département de tutelle essaie d’anticiper en préparant le maximum de cours. «  Le programme scolaire sera dispensé à distance jusqu’à la reprise des cours, même pendant les deux semaines des vacances  », rassure le ministère, qui souligne qu’en milieu rural, «  des enseignants préparent et impriment des cours et des exercices pour les distribuer aux élèves jusque chez eux ».

L’enseignement privé bénéficie également du dispositif mis en place par le ministère de l’Éducation nationale, mais sans l’adhésion des élèves et des parents, il ne pourrait pas prospérer. «  Il s’avère difficile de s’adapter à la nouvelle situation et de gérer le suivi des cours à distance  », selon Fatima, mère de deux enfants scolarisés en 6ᵉ année du primaire et 1ère année de baccalauréat. « Si mon fils aîné est bien conscient de l’importance de suivre ses études à distance et de bien préparer son examen régional, ma fille, en revanche, n’arrive pas encore à s’adapter bien que son école privée ait mis en place une plateforme numérique d’enseignement. », ajoute-t-elle.

Si Aymen, 16 ans, suit avec assiduité les cours les cours par WhatsApp dispensés par certains de ses professeurs, ce n’est pas le cas de tous ses camarades de classe dont «  certains n’ont pas encore adhéré au nouveau mode d’enseignement  », a-t-il précisé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Ministère de l’Education nationale - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : pas de "réussite de tous les élèves" cette année

Le ministre de l’Éducation nationale, Saaid Amzazi a démenti mardi, de manière catégorique, le contenu d’une fausse vidéo véhiculée sur les réseaux sociaux, annonçant "la...

Maroc : accès gratuit de l’internet aux sites et plateformes de l’enseignement à distance

L’accès internet est désormais gratuit aux sites et plateformes de l’enseignement et de la formation à distance mis en place par le ministère de l’Éducation nationale, de la...

Maroc : l’enseignement à distance "telmidTICE" lancé

L’opération de l’enseignement à distance a été lancée, lundi, par le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la fumée de la chicha empoisonne l’école

Touria Afif, membre du groupe parlementaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), a interpellé le ministre de l’Intérieur et celui de l’Éducation nationale sur la prolifération des cafés à chicha à proximité des écoles au Maroc et plus...

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.