« Le Maroc, un enfer pour la communauté LGTBI »

15 octobre 2023 - 22h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Au Maroc, les homosexuels ou transsexuels sont rejetés par la société. Nour, 21 ans, raconte comment elle était quotidiennement battue à l’école, dans la rue… À 18 ans, elle s’est résolue à quitter le royaume pour demander l’asile à Melilla. Aujourd’hui, elle réside et travaille à Pampelune (Navarre).

Au-delà du caractère pénal de l’homosexualité au Maroc, car considéré comme un délit, les trans et homosexuels ne sont pas acceptés par leur famille, leur entourage et dans la société marocaine en général. Depuis leur enfance, ils sont marginalisés et victimes de discriminations et violences en raison de leur orientation sexuelle. C’est le cas de Nour, 21 ans, qui réside aujourd’hui à Navarre après avoir obtenu l’asile. « Nous existons. Nous sommes ainsi. Mais ils ne nous acceptent pas », a confié à Diario de Navarra, Nour qui travaille au bureau de la Commission espagnole d’assistance aux réfugiés (CEAR) à Pampelune.

« J’ai reçu des coups et des insultes tous les jours, à l’école, dans la rue… Et au Maroc, personne ne vous protège. La police m’arrêterait même si je les appelais… Mes parents ne m’ont pas acceptée, mais je pense qu’ils essayaient de me protéger. Ils m’ont demandé de ne pas sortir dans la rue maquillée pour ne pas subir d’agressions », détaille-t-il. Puis, « les insultes et les attaques sont devenues très courantes. J’avais normalisé la douleur ».

À lire : L’émouvant témoignage d’un Marocain homosexuel qui a vécu « l’enfer » depuis l’âge de 10 ans

Nour raconte avoir découvert sa différence à l’âge de 14 ans. « A 15 ans, j’ai porté une jupe de ma sœur et me suis maquillé pour me rendre à l’école. Mes parents m’ont attaché à une chaise, m’ont coupé les cheveux et mon frère m’a injecté de la testostérone. Quand j’avais 16 ans, ils m’ont inscrit en salle de sport parce qu’ils voulaient que je me masculinise de toutes les manières possibles… A 16 ans, j’avais la barbe et la moustache d’un homme de 40 ans », décrit le jeune homme. Et de poursuivre : « Le Maroc est un enfer pour la communauté LGTBI ».

Désormais, Nour prend goût à la vie. « Le travail d’Amaia, la psychologue du CEAR, a été essentiel. Depuis mon arrivée, elle est mon compagnon dans mon processus de guérison. Nous sommes sortis ensemble pour découvrir l’ambiance à Pampelune. Grâce à elle, j’ai acquis la confiance dont j’avais besoin », assure le jeune homme qui a commencé à étudier le piano et la guitare, à jouer au tennis, et est passionnée de cuisine et de lecture. Selon le dernier rapport annuel du parquet marocain, les condamnations pour haine contre la communauté LGTBI ont augmenté de 25 % en 2022 par rapport à l’année précédente.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Homosexualité Maroc

Aller plus loin

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les...

Un transgenre lynché à Tanger

Réagissant à une vidéo d’une rare violence diffusée sur les réseaux sociaux, montrant un échange de coups et blessures sur la voie publique, les éléments du service préfectoral...

L’émouvant témoignage d’un Marocain homosexuel qui a vécu « l’enfer » depuis l’âge de 10 ans

Nabil (nom d’emprunt) est un Marocain de 42 ans qui dit avoir été violé par un oncle à l’âge de 10 ans, renié par sa famille, persécuté et emprisonné plus tard au Maroc pour son...

Sidi Larbi Cherkaoui : « Je suis homosexuel, Marocain et Belge »

Sidi Larbi Cherkaoui, chorégraphe anversois d’origine marocaine, s’est vu décerner cette semaine le prix Ultima, en reconnaissance de ses mérites culturels. Dans un entretien à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

« Comment sortir du monde ? », le premier roman poignant de Marouane Bakhti

« Comment sortir du monde ? » C’est le titre du tout premier roman du Franco-marocain Marouane Bakhti, paru aux Nouvelles Éditions du réveil en mars 2023. Il y raconte la vie, telle qu’elle vient, dans une famille biculturelle. Un récit éblouissant.

« Deux hommes ou deux femmes ne peuvent pas décider de passer leur vie ensemble au Maroc »

Dans son film Le bleu du caftan, la cinéaste marocaine Maryam Touzani aborde plusieurs sujets notamment l’homosexualité au Maroc, où les homosexuels vivent souvent cachés, dans la peur d’être découverts, et parfois dans la honte.

Des conseils pour les LGBT désireux de se rendre au Maroc

Habituée des voyages, une lesbienne prodigue des conseils sécurité aux membres de la communauté LGBT désireux de voyager au Maroc et dans d’autres pays comme la Russie.

Maroc : une série télévisée accusée de faire l’apologie de l’homosexualité

La série « 2 wjoh » (deux visages) aborde-t-elle l’homosexualité ? C’est en tout cas ce que semblent dénoncer de nombreux internautes sur les réseaux sociaux après la diffusion d’un extrait du teaser de la série qui sera diffusée tous les jours à 19h45...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.