Au Maroc, l’été rime avec piqûres de scorpion

13 juillet 2023 - 23h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

La recrudescence des piqûres de scorpion dans certaines régions du Maroc, en cette période de canicule et de saison estivale, inquiète. Les spécialistes appellent les citoyens à prendre les précautions pour prévenir ces piqûres mortelles.

Dans certaines régions du Maroc, plusieurs enfants ont perdu la vie suite à des piqûres de scorpions et du fait de l’absence d’antidote dans les centres de santé et hôpitaux locaux. « Au Maroc, et surtout dans les zones du sud, les hôpitaux constatent une augmentation remarquable des cas de piqûres de scorpion, d’où l’importance de la sensibilisation à ce sujet », a expliqué à Hespress, Marwa Lazrak, médecin résidente à l’Hôpital militaire de Meknès.

Pour la spécialiste, toute piqûre de scorpion doit être traitée correctement au risque de devenir mortelle, surtout lorsqu’il s’agit d’une piqûre des scorpions Landreau Canthus Maurétanie Cusses et Bus Tusse au Cul Tanus, les plus répandus et dangereux au Maroc. La piqûre de scorpion présente des symptômes liés à la zone d’inoculation (rougeur, douleur, engourdissement local), liés à une réaction généralisée (fièvre, nausées, vomissements, diarrhée, accélération du rythme cardiaque, etc.) et à une défaillance des fonctions vitales (insuffisance respiratoire, perte de conscience, convulsions), détaille le médecin.

À lire : Piqûres de scorpion : déjà plusieurs morts cet été au Maroc

« Le traitement diffère d’un stade à un autre, en général les premiers secours sont nécessaires. Il faut donc garder le patient calme, le mettre en confiance et confirmer la piqûre. Il est également nécessaire de prendre en compte le temps écoulé depuis la piqûre, un délai de quatre heures permet d’éliminer toute possibilité d’envenimation. Il convient de désinfecter localement la zone de la piqûre avec un antiseptique non alcoolique. On peut également appliquer une compresse froide sur la piqûre pour soulager la douleur », a ajouté Marwa Lazrak.

Pour prévenir les piqûres de scorpions, le médecin recommande d’éviter de marcher pieds nus, surtout la nuit, et de vérifier les chaussures, les draps et les vêtements avant usage. Elle invite aussi à l’utilisation d’un insecticide approprié autour de la maison et à prendre soin des enfants de moins de 15 ans, les plus exposés à ces piqûres souvent mortelles. Au Maroc, plus de 30 000 cas de piqûres de scorpion sont enregistrés chaque année au Centre national antipoison et de pharmacovigilance (CAPM).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé

Aller plus loin

Au Maroc, l’été rime avec danger : Les morsures de serpents en hausse

La saison estivale marque une hausse des morsures de serpents, constituant un enjeu de santé publique majeur au Maroc. L’augmentation des incidents en cette période est liée à...

Maroc : deux morts après des piqures de scorpion

Des piqûres de scorpion sont à l’origine de la mort de deux enfants dans la province d’Ouezzane, en cette période estivale et de canicule. Aucun antidote n’était disponible dans...

Piqûres de scorpions : une quarantaine de mort par an

Au Maroc, l’été rime avec tourisme mais également piqûres de scorpions. Selon des chiffres avancés par le centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc, on recense environ...

Piqures de scorpion et morsures de serpent : le Maroc renforce son dispositif préventif

Pour prévenir contre les décès liés aux piqûres de scorpions et de morsures de serpents, le ministère de la Santé a pris une série de mesures, notamment la distribution de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Opticalia renforce sa présence au Maroc

Cofides va allouer 750  000 euros sous forme de prêt à Opticalia pour renforcer sa filiale au Maroc. Spécialisé dans l’achat, la vente et la distribution d’articles optiques et de lunettes de soleil, le groupe est présent dans le royaume depuis 2020.

Au Maroc, l’été rime avec piqûres de scorpion

La recrudescence des piqûres de scorpion dans certaines régions du Maroc, en cette période de canicule et de saison estivale, inquiète. Les spécialistes appellent les citoyens à prendre les précautions pour prévenir ces piqûres mortelles.

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.