Le Maroc s’explique sur l’expulsion d’un avocat belge

30 juin 2021 - 10h20 - Maroc - Ecrit par : G.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Les autorités marocaines se sont prononcées mardi, sur l’interdiction d’accès au territoire l’avocat belge Christophe Marchand. Selon le communiqué de la Délégation interministérielle des droits de l’homme, c’est une décision souveraine, prise conformément aux dispositions de la loi relative à l’entrée et au séjour des étrangers au Royaume du Maroc, à l’émigration et l’immigration irrégulières.

Dans le souci de garantir une observation impartiale et indépendante du déroulé du procès du journaliste Omar Radi, le Maroc a accordé une autorisation à des observateurs étrangers de différentes nationalités, afin qu’ils puissent se rendre sur le territoire pour suivre le procès aux côtés de représentants d’instances diplomatiques et de l’institution nationale des droits de l’Homme.

Christophe Marchand, «  connu pour ses positions hostiles envers le Maroc  », notamment celles attentatoires à son intégrité territoriale, n’accepte pas qu’on lui ait refusé l’accès au territoire marocain. Selon la délégation ministérielle, son insistance à se rendre au Maroc «  n’est qu’une simple tentative pour exploiter sa présence dans le Royaume pour perturber le déroulement d’une affaire en justice  », ajoute la même source.

Le communiqué souligne la mauvaise intention cachée derrière le geste de l’avocat belge, qui malgré l’interdiction qui lui a été notifiée depuis le 24 février 2021, s’est obstiné à se rendre au Maroc, afin de mettre les autorités devant le fait accompli, et porter atteinte à l’image du pays, en jouant le rôle de la victime.

La Délégation interministérielle des droits de l’homme précise que «  les dispositions de la loi n° 02-03 relative à l’entrée et au séjour des étrangers au Royaume du Maroc, à l’émigration et l’immigration irrégulières, notamment l’article 4, indique que l’accès au territoire marocain peut être refusé à tout étranger faisant l’objet d’une interdiction du territoire, ce qui s’applique à ce cas précis  ».

Sujets associés : Procès - Omar Radi

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc/ Procès du journaliste Omar Radi : Arnaud Simons donne des précisions

Dans le cadre du procès du journaliste Omar Radi, Arnaud Simons dont le nom a été cité comme ayant été un « agent de pays étranger » avec lequel Omar aurait entretenu des relations...

Le procès du journaliste Omar Radi renvoyé au 15 juin

Le procès du journaliste Omar Radi est renvoyé au 15 juin prochain. Cette décision intervient après que ses avocats ont mis en avant les « irrégularités » qui plombent le volet «...

Une équipe de l’émission Salvados expulsée du Maroc

L’équipe de l’émission Salvados qui préparait un reportage sur les 28 victimes de l’inondation survenue en février dernier dans un atelier de textile illégal à Tanger, a été expulsée...

Maroc : des organisations de journalistes exigent la libération de Omar Radi et Slimane Raissouni

Réunis au sein du SNJ, du SNJ-CGT et de la CFDT-Journalistes, les journalistes marocains ont appelé en milieu de semaine à libération de deux confrères maintenus en détention...

Nous vous recommandons

Procès

Espagne : procès du Marocain qui a enterré un homme vivant

Le procès de Mohamed Achraf, 37 ans, et sa femme, Hedangeline Arrieta, 36 ans, s’est ouvert ce lundi au tribunal de Saragosse. Le couple est accusé de l’enlèvement et du meurtre de José Antonio Delgado, un informaticien de 54 ans résidant à Getxo (Pays...

Ça se complique pour le maire de Marrakech

Les choses se compliquent pour le maire de Marrakech, Larbi Belcaid et son adjoint Younes Benslimane, tous deux poursuivis pour dilapidation de deniers publics et signature de contrats de gré à gré dans le cadre de la COP 22. À l’audience du 26 mars...

Espagne : traque des "narco-voiliers" : 9 arrestations et plus de 30 tonnes de haschich saisies

La police espagnole a procédé à la saisie de plus de 30 tonnes de haschich à bord de quatre « narco-voiliers », mercredi dernier. Derrière cette saisie, la plus grosse en mer jamais réalisée dans le pays, se trouve une organisation...

Tanger : un an de prison ferme pour le professeur harceleur

Poursuivi pour « harcèlement et chantage sexuels », un professeur de l’École supérieure Roi Fahd de traduction de Tanger vient d’être condamné à une peine d’un an de prison ferme par le tribunal de première instance de...

L’OMDH demande la libération des manifestants de Fnideq interpellés

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) vient de demander l’ouverture d’une enquête judiciaire transparente sur la tragédie de Tanger et la mise en liberté provisoire des personnes interpellées après la manifestation de...

Omar Radi

Encore des ennuis judiciaires pour le journaliste Omar Radi

La police a interpellé puis placé en garde à vue le journaliste et militant des droits humains, Omar Radi, dimanche 5 juillet à Casablanca. Motif de son arrestation : "ivresse publique et violences".

Le Maroc répond sèchement à Human Rights Watch

Le gouvernement s’insurge contre les allégations de “Human Rights Watch” (HRW). Il s’agit d’un communiqué libellé : “Maroc : un journaliste critique poursuivi pour espionnage”, en date du 21 septembre 2020 dans lequel l’institution internationale jette du...

Maroc : deux journalistes en grève de la faim

Deux journalistes marocains, en détention préventive depuis huit et dix mois, dans l’attente de leur jugement, observent une grève de la faim. Ils espèrent ainsi obtenir leur libération provisoire, ont annoncé leurs avocats...

Omar Radi, finaliste du prix Liberté de la Région Normandie

Le journaliste marocain Omar Radi fait partie des trois finalistes de la troisième édition du prix Liberté de la Région Normandie. À cause de la pandémie du coronavirus, le jury composé de 30 jeunes âgés de 15 à 25 ans se sont réunis en visio-conférence, le...

Prison avec sursis pour le journaliste marocain Omar Radi

Interpellé fin décembre pour "outrage à magistrat", le journaliste marocain Omar Radi vient d’être condamné à la prison avec sursis par la Cour pénale d’Ain Sebaa à Casablanca.