Le Maroc face à un dilemme de production de la pastèque

25 mai 2023 - 19h50 - Maroc - Ecrit par : A.P

L’inquiétude gagne le secteur marocain de la pastèque, en cette période difficile marquée par une sécheresse sévère et un stress hydrique. Or, la production de pastèque nécessite une importante quantité d’eau.

La pastèque marocaine est en difficulté, « dans un contexte de stress hydrique profond et une année de sécheresse sans précédent depuis quatre décennies », auquel s’ajoutent les restrictions de production imposées par le gouvernement marocain dans certaines régions du pays, fait savoir Fresh Plaza. Actuellement, la seule production disponible sur le marché est celle de la région de Zagora qui vit une situation assez particulière.

« Zagora étant la région la plus limitée, on peut raisonnablement penser qu’il y a un manque de volume. Le gouvernement local a réduit la zone de culture à 1,5 hectare par producteur. Cependant, la situation du marché est tout à fait différente, avec des volumes abondants et une demande insuffisante. Cela est dû à la multiplication des producteurs en réponse à la restriction de la zone de culture par producteur », explique un producteur de la région.

À lire : Les pastèques deviennent un luxe au Maroc

Un autre producteur annonce pour sa part « d’importants volumes très bientôt, lorsque les autres régions auront terminé leurs récoltes », ajoutant que plusieurs producteurs ont dédié « de grandes surfaces à la production » de ce fruit et que « de nouveaux investisseurs entrent dans le secteur, encouragés par le succès de l’année dernière ».

Pour un troisième producteur de la région de Souss-Massa, « la fin de saison de la pastèque s’annonce difficile pour les producteurs et les exportateurs, avec des volumes excédentaires et des prix en baisse ». Et de préciser : « Nous restons optimistes et espérons une amélioration de la demande dès que les températures remonteront en Europe, surtout dans un contexte de baisse des volumes espagnols… ».

Sujets associés : Zagora - Agriculture

Aller plus loin

Des villes marocaines interdisent la culture de la pastèque et du melon

Le wali de la région de Guelmim-Oued Noun a décidé d’interdire la culture de la pastèque et du melon sur le territoire de la province de Guelmim. Ceci, en raison de...

Pourquoi la culture de la pastèque a-t-elle été limitée à Zagora ?

Pour faire face à la pénurie d’eau, le gouverneur de la province de Zagora a pris des mesures urgentes, touchant certaines cultures, dont la pastèque.

Le Maroc interdit la culture de la pastèque rouge à cause de la sécheresse

Face à la sécheresse qui sévit cette année au Maroc, le gouvernement a décidé d’interdire la culture de la pastèque rouge, un fruit qui contribuerait fortement au stress...

Sécheresse au Maroc : appel à arrêter la culture de l’avocat et de la pastèque

En cette période de sécheresse sévère et de risque de stress hydrique au Maroc, le mouvement Maroc environnement 2050 demande « l’arrêt immédiat » de la culture de certains...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le groupe marocain OCP renforce son soutien aux agriculteurs africains

Dans un contexte marqué par la flambée des prix des denrées alimentaires au niveau international, l’Office chérifien des phosphates (OCP) a décidé d’intensifier ses efforts pour soutenir les agriculteurs africains. 4 millions de tonnes (Mt) d’engrais...

Maroc : les prix des fruits et légumes atteignent des sommets

Au Maroc, les prix des fruits et légumes continuent d’augmenter et de peser sur le budget mensuel des Marocains en raison notamment des exportations.

Accord de pêche : le Maroc et l’UE font le point

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre l’Union européenne et le Maroc s’est réunie les 9 et 10 novembre à Rabat.

Maroc : record d’exportations d’avocat, mais à quel prix ?

Les agriculteurs marocains continuent de produire de l’avocat destiné à l’exportation, malgré le stress hydrique que connaît le royaume. Le volume des exportations de ce produit a déjà atteint 30 000 tonnes.

Production de dattes : le Maroc revoit ses ambitions à la hausse

Le Maroc entend mobiliser ses efforts et ses ressources pour doubler sa production de dattes, en atteignant 300 000 tonnes par an, contre 149 000 tonnes en 2021.

Engrais : l’Europe mise sur le Maroc

Face à la flambée des prix des matières premières liée à la crise à la guerre en Ukraine, l’Europe envisage d’augmenter ses importations d’engrais au Maroc. 40 % des importations européennes de phosphate provenaient du royaume.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

Le Maroc capable d’établir un record en matière d’exportations d’avocats

Le Maroc a enregistré une hausse record de ses exportations d’avocats en volume au cours de la saison et pourrait rééditer l’exploit au cours de la saison 2022/23 (juillet-juin).