Le Maroc assoiffé par la pastèque de Zagora

12 mai 2024 - 23h30 - Maroc - Ecrit par : P. A

La poursuite de la culture de la pastèque rouge à Zagora augmente le risque de stress hydrique de la région, dans ce contexte de sécheresse sévère qui frappe le royaume.

La culture de la pastèque, qui nécessite d’importantes quantités d’eau, menace la disponibilité permanente des ressources hydriques de la région de Zagora. En poursuivant cette activité agricole et l’exportation de ce fruit, non seulement les agriculteurs épuisent les eaux souterraines, mais exportent également l’eau de la région, explique à Hespress Abdelkader Aït Salah, un acteur environnemental de la région, ajoutant que cette situation « entraîne un pillage des ressources en eau locales, augmentant ainsi la pression sur la pénurie d’eau dans la région ».

« Dans le contexte de l’aggravation du changement climatique et de la récurrence des vagues de sécheresse, la culture de la pastèque rouge serait le coup de grâce pour les ressources en eau à Zagora », a déclaré l’expert, soutenant que l’exploitation excessive des eaux souterraines « rendrait la région plus vulnérable aux effets dévastateurs de la sécheresse à l’avenir, ce qui pourrait conduire à des crises hydriques graves menaçant la vie des habitants et leurs activités économiques ».

À lire : Le Maroc face à un dilemme de production de la pastèque

Dans la même veine, Halima Assli a affirmé que « la poursuite de la culture de la pastèque rouge entraînerait une mort lente des ressources en eau restantes dans la région », insistant sur l’impérieuse nécessité de régler cette question « sans délai ». « Des mesures radicales et urgentes doivent être prises pour arrêter cette hémorragie hydrique avant qu’il ne soit trop tard, car l’avenir de cette région, de ses oasis et de la sécurité de ses ressources en eau est en jeu », a-t-elle indiqué.

Conscientes du danger que représente la culture de la pastèque rouge pour la nappe phréatique, les autorités de la région avaient décidé de réduire la superficie dédiée à cette culture à un hectare par agriculteur. Cette mesure est toujours en vigueur et tout contrevenant s’expose à des sanctions, a prévenu un responsable de la Direction régionale du ministère de l’Agriculture à Drâa-Tafilalet, annonçant « des incitations pour encourager les agriculteurs à passer à des cultures moins consommatrices d’eau, et à adopter des méthodes d’irrigation modernes et de techniques agricoles avancées ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Eau - Agriculture - Zagora - Sécheresse au Maroc

Aller plus loin

Le Maroc face à un dilemme de production de la pastèque

L’inquiétude gagne le secteur marocain de la pastèque, en cette période difficile marquée par une sécheresse sévère et un stress hydrique. Or, la production de pastèque...

Pourquoi la culture de la pastèque a-t-elle été limitée à Zagora ?

Pour faire face à la pénurie d’eau, le gouverneur de la province de Zagora a pris des mesures urgentes, touchant certaines cultures, dont la pastèque.

Des villes marocaines interdisent la culture de la pastèque et du melon

Le wali de la région de Guelmim-Oued Noun a décidé d’interdire la culture de la pastèque et du melon sur le territoire de la province de Guelmim. Ceci, en raison de...

Maroc : des champs de pastèques et de melons détruits

Les autorités de la commune de Zagora ont procédé à la destruction des champs de pastèques et de melons dont la superficie dépasse celle fixée par le gouverneur de la province...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les agriculteurs rattrapés par l’impôt

Au Maroc, les petits agriculteurs exploitants agricoles exonérés d’impôts réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 5 millions de dirhams, doivent désormais remplir une déclaration de revenus, a récemment rappelé la Direction générale des impôts (DGI).

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Maroc 2030 : le chantier des infrastructures s’accélère

Le Maroc se prépare activement pour la Coupe du monde 2030 qu’il coorganise avec l’Espagne et le Portugal. Les autorités ont annoncé, au titre de l’année 2024, une augmentation de 42 % du volume des projets d’infrastructures pour un montant total de 64...

Maroc : Une baisse record des exportations d’oranges

Les exportations marocaines d’oranges ont considérablement chuté au cours des huit premiers mois de 2023, s’établissant à 30 000 tonnes contre 109 000 tonnes en 2022.

Le Maroc capable d’établir un record en matière d’exportations d’avocats

Le Maroc a enregistré une hausse record de ses exportations d’avocats en volume au cours de la saison et pourrait rééditer l’exploit au cours de la saison 2022/23 (juillet-juin).

Maroc : le hammam, un plaisir de plus en plus cher

Face à la sécheresse, les autorités marocaines ont décidé de frapper fort. Depuis le mois dernier, les stations de lavage et les bains, traditionnels et modernes, sont contraints de fermer trois jours par semaine. Une décision qui fait grincer des...

Alerte sur l’impact de la fermeture des hammams et lavages auto

Au Maroc, la mesure de fermeture des hammams et stations de lavages auto trois jours par semaine, prise par le ministère de l’Intérieur, afin de rationaliser la consommation d’eau pourrait engendrer un problème majeur. C’est du moins ce que redoute un...

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Les agriculteurs bretons dénoncent « l’invasion » de la tomate marocaine

Une action d’étiquetage a été lancée le vendredi 2 juin 2023 par les producteurs de tomates d’Ille-et-Vilaine et la FDSEA 35, pour dénoncer les tomates importées du Maroc.

Le Maroc envisage des coupures d’eau

Face au grave déficit hydrique provoqué par six années de sécheresse, le Maroc met en œuvre des mesures strictes, dont une rationalisation draconienne de l’utilisation de l’eau.