Maroc : en finir avec le tabou de la sexualité

13 novembre 2023 - 20h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le professeur d’université émérite en sociologie et expert consultant en « sexualité, genre et féminisme en islam », Abdessamad Dialmy, dénonce le tabou persistant de la sexualité au Maroc et la difficulté pour les jeunes de vivre pleinement leur sexualité à cause des lois liberticides.

« La liberté sexuelle devrait être un droit fondamental. J’en suis profondément convaincu et toute ma carrière universitaire, mes cours, mes recherches et mes écrits ont eu pour objectif de lutter contre les tabous qui répriment la sexualité des jeunes Marocains. Aujourd’hui encore, ils sont contraints de se marier et de fonder une famille pour vivre leur sexualité légalement. Sinon, ils risquent de tomber sous le coup de la loi. Les articles 489, 490 et 491 du Code pénal répriment respectivement l’homosexualité, la sexualité préconjugale et l’adultère. Je demande depuis 2007 l’abrogation de ces articles liberticides », s’offusque Abdessamad Dialmy dans une réflexion publiée dans Le Monde Afrique.

À lire : Appel à un débat sérieux sur l’avortement et la sexualité au Maroc

Le professeur d’université a soutenu sa thèse de doctorat d’État sur la sexualité de la jeunesse marocaine en 1980. Dans ce travail de recherche qui a fait l’objet d’une publication en arabe en 1985 aux Éditions maghrébines sous le titre « Femme et sexualité au Maroc », l’expert faisait état d’un « double interdit religieux et juridique » aux jeunes Marocains en matière de sexualité. « Au Maroc, comme ailleurs, l’âge moyen au premier mariage n’a cessé de reculer. Il est aujourd’hui de 26 ans pour les filles et de 32 ans pour les garçons. En attendant de se marier, et pour concilier désir et tabou, les jeunes pratiquent donc des rapports sans défloration », explique-t-il.

À lire : Maroc : la vérité sur l’interdiction aux femmes de séjourner seules dans un hôtel

Et de poursuivre : « Bien sûr, les jeunes Marocains des classes aisées ne connaissent pas ces limites. Ils ont brisé le tabou de la virginité et de la préservation de l’hymen. Des lesbiennes se déflorent mutuellement et refusent de conclure des mariages hétérosexuels. Des homosexuels se marient entre eux par simple lecture de la première sourate du Coran (Al-Fatiha) en présence de témoins homosexuels pour donner une légitimité islamique à leur union. Pour moi, le Maroc connaît une explosion sexuelle. Les pratiques préconjugales se généralisent depuis les années 1970 ».

À lire : « Personne ne peut légaliser l’homosexualité au Maroc »

Le sociologue note par ailleurs « le développement de la prostitution et d’une homosexualité plus assumée » ainsi qu’une « hausse des violences sexuelles et sexistes, des infections sexuellement transmissibles, des grossesses non désirées, des avortements clandestins, des enfants nés hors mariage ». Abdessamad Dialmy reste toutefois optimiste. Plutôt que de militer pour une « une révolution sexuelle radicale », il appelle à « une réforme juridique, c’est-à-dire la reconnaissance des libertés sexuelles et du droit à l’IVG, une réforme éducative qui instituera l’éducation sexuelle sans tabou à l’école et une réforme culturelle pour construire une masculinité non violente à l’égard des femmes ».

Sujets associés : Droits et Justice - Abdessamad Dialmy - Homosexualité Maroc - Sexualité - Code pénal marocain

Aller plus loin

Maroc : la vérité sur l’interdiction aux femmes de séjourner seules dans un hôtel

Une circulaire du ministère de l’Intérieur aurait interdit aux femmes de séjourner dans un hôtel de leur ville de résidence. Interpellé sur la question par le député de l’Union...

Maroc : plus de la moitié des femmes mariées, victimes de violences conjugales

Malgré les nombreuses mesures, le Maroc fait toujours face au défi des violences conjugales. Selon un rapport sur les droits de l’homme, le phénomène est inquiétant, d’autant...

« Personne ne peut légaliser l’homosexualité au Maroc »

Le ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi, a assuré que l’homosexualité ne peut être « légalisée » dans un «...

Appel à un débat sérieux sur l’avortement et la sexualité au Maroc

Au Maroc, les relations sexuelles hors mariage et l’avortement sont deux pratiques interdites par la loi et la religion. Des interdits qui sont pourtant contournés, d’une...

Ces articles devraient vous intéresser :

Des Marocains exploités dans des hôtels associés au Mondial Qatar 2022

Treize des 17 groupes hôteliers associés à la Coupe du monde Qatar 2022 emploient des migrants d’Afrique dont des Marocains et d’Asie, selon une étude.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Les adouls marocains vont préparer les jeunes mariés à la vie sexuelle

L’Ordre National des Adouls au Maroc, l’Association marocaine de planification familiale (AMPF) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) s’unissent pour préparer les jeunes marocains au mariage. Une convention dans ce cadre, a été...

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.