Le logement, un mirage pour les jeunes Marocains

18 novembre 2023 - 18h30 - Maroc - Ecrit par : P. A

L’accès au logement des jeunes est un problème récurrent au Maroc, en Espagne et dans la plupart des pays méditerranéens. C’est ce que révèle une étude publiée par le Centre de politique économique Esade et la Fondation Friedrich Naumann.

Les jeunes « du sud de l’Europe et, en règle générale, de l’arc méditerranéen », nés entre 1980 et 2005, éprouvent des difficultés à accéder au logement, révèle l’étude qui analyse la situation au Maroc, en Espagne, en Italie, au Portugal, au Liban, en Tunisie et en Jordanie. Sans emploi et ayant des ressources limitées, ces jeunes âgés de 18 à 34 ans ont souvent besoin du soutien de leurs proches pour acheter un logement. En Espagne, 26,5 % des jeunes de moins de 35 ans vivent encore chez leurs parents, un taux supérieur aux 23 % au Portugal, mais inférieur aux 29,5 % en Italie ou aux près de 50 % en Tunisie, note l’étude.

« En Espagne, seuls 30 % des jeunes se considèrent capables de faire face aux urgences économiques, tandis que 40 % ont des difficultés à épargner à court terme », indique l’étude, précisant que peu de jeunes de 25,3 ans en moyenne parviennent à acquérir un logement. Et la tendance ne risque pas de s’inverser dans les deux prochaines années. La plupart des jeunes sondés ne se voient pas devenir propriétaires d’une maison d’ici cette échéance. « En Espagne, 39 % estiment que la possibilité de devenir indépendant dans les deux prochaines années est faible ou très faible, tandis que 31 % estime que la probabilité est élevée ou très élevée », souligne le document.

À lire : Aides au logement au Maroc : conditions et modalités d’octroi

À long terme, les perspectives semblent plus encourageantes. « En étendant l’horizon à cinq ans, plus de la moitié des jeunes (un peu plus de 50 %) estiment qu’il est probable qu’ils seront émancipés », souligne l’étude. Le think-tank Esade et la Fondation Friedrich Naumann, auteurs de l’étude, ont fait des propositions de réponse à ce problème. En premier lieu, ils invitent les autorités à davantage investir dans le logement. « Les gouvernements devraient allouer des budgets plus importants au développement de logements. En augmentant directement l’offre de logements sociaux, en particulier pour les ménages à revenus faibles et moyens, la disponibilité peut être améliorée et la pression sur l’offre réduite », estiment-ils.

Les auteurs appellent aussi à offrir des incitations fiscales au secteur privé pour réaliser des logements abordables. « Le renforcement des partenariats public-privé peut aboutir à des projets de logement plus vastes qui desservent un public plus large. L’établissement de cadres clairs pour ces partenariats, garantissant la transparence et les avantages mutuels, peut entraîner une augmentation significative de l’offre de logements », insistent-ils, exhortant les classes politiques et les sociétés dans leur ensemble à se donner la main pour relever ces défis, car « les jeunes représentent l’avenir d’un pays ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Etude - Jeunesse

Aller plus loin

Aides au logement au Maroc : conditions et modalités d’octroi

La ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Fatim Ezzahra El Mansouri, a présenté vendredi, lors d’une conférence de...

Pays-Bas : A 40 ans, des jeunes Marocains vivent encore chez leurs parents

Trouver un logement social est presque une mission impossible pour les jeunes à Amsterdam, notamment d’origine marocaine. Faute de mieux, certains continuent, malgré eux, de...

Les Marocains ont acheté moins de logements en Espagne en 2022

Les Marocains font partie des étrangers qui ont moins investi dans l’immobilier en Espagne au cours de l’année écoulée.

Pays-Bas : les Marocains héritent du risque de pauvreté de leurs parents (Étude)

Aux Pays-Bas, les Marocains de deuxième génération ayant un ou deux parents étrangers, héritent plus souvent du risque de pauvreté de ces derniers, selon une étude du Bureau...

Ces articles devraient vous intéresser :

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.

Aide au logement : Un vrai succès chez les MRE

Fatima Zahra Mansouri, ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, confirme l’intérêt des Marocains résidant à l’étranger (MRE) pour le nouveau programme d’aide directe au logement.

Immobilier au Maroc : des contraintes en série

Au Maroc, les professionnels de l’immobilier affichent peu d’optimisme quant à une reprise de leur secteur. Tant les problèmes s’accumulent pour un secteur qui ne s’est pas encore suffisamment remis de la crise sanitaire de Covid-19.

Maroc : l’aide au logement booste le marché de l’immobilier

Au Maroc, le nouveau programme d’aide à l’acquisition de logements est susceptible d’apporter une bouffée d’oxygène au marché immobilier.

Les MRE, une solution à la crise de l’immobilier marocain ?

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent de manière considérable à la relance du secteur de l’immobilier au Maroc, durement touché par la crise sanitaire du Covid-19, la guerre en Ukraine et la flambée mondiale des prix des matières...

Aide au logement : succès auprès des MRE

Le programme d’aide directe au logement « Daam Sakane », lancé le 2 janvier 2024, est un succès, notamment auprès des MRE, assure Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, lors du point de presse hebdomadaire à l’issue du conseil de gouvernement.

Le roi Mohammed VI lance l’aide au logement

Les choses se précisent pour la mise en œuvre du nouveau programme d’aide au logement visant à renouveler l’approche d’accès à la propriété, en suppléant au pouvoir d’achat des ménages, via une aide financière directe aux acquéreurs.

Airbnb échappe au fisc marocain

Airbnb, la plateforme communautaire permettant de mettre en relation des voyageurs avec des entreprises hôtelières (hôtels, gîtes, chambres d’hôtes), des investisseurs en immobiliers locatifs para-hôteliers, échappe au fisc marocain.

L’activité immobilière au Maroc ralentit fortement

La crise semble s’installer. Les ventes de ciment, principal indicateur de l’activité immobilière continue de baisser au Maroc. À fin août dernier, ces ventes ont diminué de 7,2 % en rythme annuel, selon la Direction des études et des prévisions...

Maroc : changement majeur chez Airbnb

La plateforme américaine Airbnb interdit désormais toutes les caméras de surveillance à l’intérieur des logements mis en location. Cette nouvelle règle entrera en vigueur en avril dans tous les pays, y compris le Maroc.