Maroc : l’impôt sur la solidarité obligatoire à partir d’un million DH de revenus

11 novembre 2021 - 07h40 - Economie - Ecrit par : A.T

L’impôt sur la solidarité sera élargi, à partir de 2022, à toute société ou personne physique dont le revenu annuel est égal ou supérieur à un million de dirhams.

C’est une modification apportée à la loi des Finances 2022 par les députés de la majorité. Ainsi, les personnes physiques sont désormais soumises à l’impôt sur le revenu selon le régime du résultat net réel, et dont le revenu imposable est égal ou supérieur à 1 million de Dh.

Cet amendement vise à poursuivre et à consolider les efforts de mobilisation de ressources pour renforcer la cohésion sociale durant les circonstances particulières actuelles, conformément aux Hautes Orientations Royales, aux dispositions de l’article 40 de la Constitution, aux dispositions de la loi-cadre, ainsi que aux recommandations du nouveau modèle de développement.

A lire : Maroc : les bonnes surprises de la « taxe de solidarité »

Dans le même sillage, la majorité a également proposé de ramener le taux de l’impôt sur les sociétés pour les entreprises industrielles de 28 % à 26 %. Raison invoquée : réduire la pression fiscale sur cette catégorie d’entreprises.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Impôts - Loi de finances (PLF 2024 Maroc) - Parlement marocain

Aller plus loin

PLF 2022 : la réforme fiscale déplaît aux industriels

Le projet de loi de Finances de l’année 2022 (PLF-22) prévoit que l’impôt sur les sociétés (IS) ne serait plus calculé selon des taux progressifs, mais plutôt sur la base des...

Maroc : les bonnes surprises de la « taxe de solidarité »

Les recettes de la cotisation sociale de solidarité, une taxe supplémentaire instituée dans la loi des finances, exercice 2021, se sont élevées à 3,3 milliards DH à fin avril 2021.

Maroc : le gouvernement examine le PLF 2022

Lors du Conseil de gouvernement qui a eu lieu ce samedi, les ministres ont suivi un exposé de la ministre de l’Économie et des finances sur les préparatifs du PLF 2022 et ont...

Maroc : une contribution sociale de solidarité pour soutenir les plus pauvres

Le gouvernement envisage de réinstaurer en 2023, l’impôt de solidarité sur les bénéfices, pour assurer un meilleur financement du chantier de généralisation de la protection...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le PLF 2023 adopté par le conseil de gouvernement

Au lendemain du conseil des ministres présidé par le roi Mohammed VI, le conseil de gouvernement s’est réuni à Rabat et a procédé à l’adoption du projet de loi de finances (PLF) au titre de l’année 2023 et les textes l’accompagnant.

Le Maroc ne touche pas à la subvention du gaz, du sucre et du pain

Malgré la conjoncture internationale, le gouvernement marocain va maintenir les subventions pour garantir la stabilité des prix du gaz butane, du blé et du sucre sur le marché national en 2023.

Maroc : le gouvernement prévoit une aide au logement

Le gouvernement prévoit dans le budget 2023 la mise en place d’une aide pour le soutien au logement au profit des acquéreurs éligibles.

Le Maroc veut faire payer les géants du Web

Le gouvernement marocain est préoccupé par la réglementation fiscale des géants du numérique. Dans ce sens, il propose de nouvelles obligations fiscales dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) de l’exercice 2024.

Autoroutes du Maroc : retards et dysfonctionnements inquiètent

Le retard observé dans la réalisation de certains projets d’autoroutes inquiète le parlement marocain qui a interpellé le premier responsable de la Société nationale des autoroutes pour avoir des explications sur cette situation.

Maroc : Une vague d’embauches publiques attendue en 2024

L’État marocain prévoit en 2024 la création de 30 034 postes dans les ministères et institutions publiques, révèle le Projet de loi de finances (PLF) 2024.

Appel à mettre fin à l’échange d’informations fiscales des MRE

L’Organisation démocratique du travail (OMT) a vivement critiqué la politique gouvernementale à l’égard des Marocains résidant à l’étranger, pointant du doigt une approche jugée superficielle et occasionnelle, particulièrement lors de l’accueil des MRE...

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Le MRE a-t-il le droit de vendre sa voiture au Maroc ?

Le Marocain résidant à l’étranger (MRE) a tout à fait le droit de vendre son véhicule lors de ses vacances au Maroc. Nous parlons, ici, de la période de l’admission temporaire de 6 mois, autorisée par les services de la Douane. Deux situations se...

Maroc : les autoroutes en projet

Le programme d’investissement de la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) devrait atteindre plus de 8 milliards de dirhams pour les trois prochaines années, révèle le rapport sur les entreprises et établissements publics (EEP), annexé au...