PLF 2022 : la réforme fiscale déplaît aux industriels

28 octobre 2021 - 11h20 - Economie - Ecrit par : A.P

Le projet de loi de Finances de l’année 2022 (PLF-22) prévoit que l’impôt sur les sociétés (IS) ne serait plus calculé selon des taux progressifs, mais plutôt sur la base des taux proportionnels unifiés. La mesure envisagée fait déjà des mécontents dans le rang des industriels.

Le barème actuellement en vigueur permet le paiement de l’impôt sur les sociétés selon trois catégories : 10 % du bénéfice inférieur ou égal à 300 000 dirhams, 20 % du bénéfice allant de 300 001 à 1 million de dirhams, et 31 % du bénéfice de plus d’un million de dirhams. Au lieu de ce taux progressif, le projet de loi de finance 2022 (PLF-22) propose un taux proportionnel uniforme, conformément à l’article 4 de la loi-cadre sur la réforme fiscale, fait savoir SNRT News.

À lire : Maroc : le gouvernement examine le PLF 2022

« Pour donner l’exemple, je prends une société qui a gagné 1 500 000 dirhams de bénéfice. Nous allons appliquer 10 % aux premiers 300 000 dirhams de bénéfices et donc payer 30 000 dirhams. Ensuite, nous allons payer 20 % pour 700 000 dirhams, soit 140 000 dirhams et le taux de 31 % sera payé pour l’excédent qui est, dans ce cas, équivalant à 500 000 dirhams, soit 155 000 dirhams. Le barème ici est donc progressif », explique Mohammed Rahj, fiscaliste et ancien président de l’Université de Settat. En revanche, et selon les nouvelles dispositions du PLF 2022, « si nous prenons le même bénéfice de 1 500 000 dirhams comme exemple, il sera multiplié par 31 %. Ce qui signifie qu’avec la proportionnalité, les sociétés vont payer plus d’impôts en termes de charges », ajoute-t-il.

À lire : Loi de finances 2022 : voici les recommandations du patronat

La réforme crée un surcoût d’impôt pour les sociétés, fait observer l’expert, précisant que la société qui gagne 1 500 000 dirhams de bénéfice et paie actuellement 325 000 dirhams pour l’IS, devrait désormais payer 465 000 dirhams. Une nouvelle qui est mal accueillie par les industriels. « La suppression de la progressivité impacte surtout les petites entreprises qui voyaient dans la progressivité une forme d’encouragement pour rentrer dans le formel », déplore Hakim Marrakchi, président-directeur général de Maghreb Industrie.

« Cette disposition est un peu à contre-courant des mesures qui ont été annoncées auparavant en termes d’IS », rappelle-t-il, soulignant qu’avec ces mesures, « le PLF ne répond pas réellement aux attentes notamment par rapport aux objectifs du Nouveau modèle de développement et de la loi-cadre portant réforme de la fiscalité ». C’est pourquoi les industriels vont lancer un plaidoyer en vue d’un amendement du texte. Pour Rahj, le PLF 22 prévoit aussi des avantages. « Pour les sociétés industrielles, le taux diminuera de 28 % à 27 % et le la cotisation minimale passera de 0,50 % à 0,45 % pour les entreprises bénéficiaires », précise-t-il.

Sujets associés : Impôts - Industrie - Loi de finances (PLF 2024 Maroc)

Aller plus loin

Le Maroc met en œuvre une réforme fiscale en 2022

À compter de 2022, le Maroc va entamer une refonte de son système fiscal, qui lui permettra de mobiliser les ressources pour financer les politiques publiques et renforcer...

Au Maroc, les industriels affichent leur optimisme

Au Maroc, les industriels misent sur une hausse des ventes pour les trois prochains mois. C’est ce que révèle une enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib (BAM) au titre du...

Le gouvernement Akhannouch se défend sur la hausse des prix des denrées

La cherté des denrées alimentaires constatée sur le marché au Maroc est due à la hausse des prix dans le monde, observée depuis le mois d’avril, selon le ministre délégué au...

Maroc : le Projet de Loi de Finances 2022 voté

Samedi soir en séance plénière, la Chambre des Représentants a adopté presque à l’unanimité l’intégralité du Projet de Loi de finances (PLF) au titre de l’exercice 2022.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

Budget record pour l’armée marocaine

Le Maroc va allouer près de 12,1 milliards de dollars au ministère de la Défense en 2024. Ce montant servira entre autres à l’acquisition d’armes et d’équipements militaires.

Maroc : 3,7 milliards de dirhams de subventions au secteur agricole

Le gouvernement maintient son soutien au secteur agricole. Cette année, 3,7 milliards de dirhams de subventions seront affectés au secteur, pour un investissement global de 7,4 milliards de dirhams.

Maroc : le chantier de maintenance des aéronefs militaires s’accélère

Le Maroc s’active pour la mise en place d’un écosystème d’industries dédiées à la maintenance d’avions militaires. Un projet qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’accélération industrielle.

L’huile de table Afia rachetée par le Marocain Nourredine Zine

« Savola Morocco SA », fabricant de la marque d’huile de table Afia et filiale du groupe saoudien éponyme, fait désormais partie du portefeuille du marocain Zine Capital Invest SA. Par cette acquisition soumise à l’obtention de l’autorisation du...

Maroc : les influenceurs vont payer les impôts

La direction générale des impôts (DGI) a adressé des notifications aux influenceurs et créateurs de contenu digital qui ne sont pas à jour vis-à-vis du fisc pour les enjoindre de régulariser leur situation.

La fabrication de drones militaires devient réalité au Maroc

Le Maroc a démarré les activités industrielles de défense, notamment la fabrication de drones équipés de matériel d’observation, de surveillance et d’armement.

Maroc : malgré la conjoncture, les recettes fiscales en hausse

Malgré un contexte international difficile, les recettes fiscales ont enregistré une nette augmentation en 2021, atteignant près de 153,46 milliards de dirhams (MMDH), soit une hausse de 6 % par rapport à 2020, selon le ministère de l’Économie et des...

Le Maroc investit massivement dans sa défense et son industrie militaire

Le budget du ministère marocain de la Défense nationale devrait atteindre 124,7 milliards de dirhams l’année prochaine, selon le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un budget en hausse d’environ 5 milliards de dirhams par rapport à 2023.

Véhicules électriques : deux usines géantes de batteries au Maroc

Le Maroc va bientôt disposer de deux usines de fabrication de batteries de véhicules. Les projets sont évalués à 6 milliards d’euros et à 4 milliards d’euros, a annoncé cette semaine Ryad Mezzour, le ministre marocain de l’Industrie et du commerce.