PLF 2022 : la réforme fiscale déplaît aux industriels

28 octobre 2021 - 11h20 - Economie - Ecrit par : A.P

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le projet de loi de Finances de l’année 2022 (PLF-22) prévoit que l’impôt sur les sociétés (IS) ne serait plus calculé selon des taux progressifs, mais plutôt sur la base des taux proportionnels unifiés. La mesure envisagée fait déjà des mécontents dans le rang des industriels.

Le barème actuellement en vigueur permet le paiement de l’impôt sur les sociétés selon trois catégories : 10 % du bénéfice inférieur ou égal à 300 000 dirhams, 20 % du bénéfice allant de 300 001 à 1 million de dirhams, et 31 % du bénéfice de plus d’un million de dirhams. Au lieu de ce taux progressif, le projet de loi de finance 2022 (PLF-22) propose un taux proportionnel uniforme, conformément à l’article 4 de la loi-cadre sur la réforme fiscale, fait savoir SNRT News.

À lire : Maroc : le gouvernement examine le PLF 2022

« Pour donner l’exemple, je prends une société qui a gagné 1 500 000 dirhams de bénéfice. Nous allons appliquer 10 % aux premiers 300 000 dirhams de bénéfices et donc payer 30 000 dirhams. Ensuite, nous allons payer 20 % pour 700 000 dirhams, soit 140 000 dirhams et le taux de 31 % sera payé pour l’excédent qui est, dans ce cas, équivalant à 500 000 dirhams, soit 155 000 dirhams. Le barème ici est donc progressif », explique Mohammed Rahj, fiscaliste et ancien président de l’Université de Settat. En revanche, et selon les nouvelles dispositions du PLF 2022, « si nous prenons le même bénéfice de 1 500 000 dirhams comme exemple, il sera multiplié par 31 %. Ce qui signifie qu’avec la proportionnalité, les sociétés vont payer plus d’impôts en termes de charges », ajoute-t-il.

À lire : Loi de finances 2022 : voici les recommandations du patronat

La réforme crée un surcoût d’impôt pour les sociétés, fait observer l’expert, précisant que la société qui gagne 1 500 000 dirhams de bénéfice et paie actuellement 325 000 dirhams pour l’IS, devrait désormais payer 465 000 dirhams. Une nouvelle qui est mal accueillie par les industriels. « La suppression de la progressivité impacte surtout les petites entreprises qui voyaient dans la progressivité une forme d’encouragement pour rentrer dans le formel », déplore Hakim Marrakchi, président-directeur général de Maghreb Industrie.

« Cette disposition est un peu à contre-courant des mesures qui ont été annoncées auparavant en termes d’IS », rappelle-t-il, soulignant qu’avec ces mesures, « le PLF ne répond pas réellement aux attentes notamment par rapport aux objectifs du Nouveau modèle de développement et de la loi-cadre portant réforme de la fiscalité ». C’est pourquoi les industriels vont lancer un plaidoyer en vue d’un amendement du texte. Pour Rahj, le PLF 22 prévoit aussi des avantages. « Pour les sociétés industrielles, le taux diminuera de 28 % à 27 % et le la cotisation minimale passera de 0,50 % à 0,45 % pour les entreprises bénéficiaires », précise-t-il.

Sujets associés : Impôts - Industrie - Loi de finances (PLF 2023 Maroc)

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Maroc : l’impôt sur la solidarité obligatoire à partir d’un million DH de revenus

L’impôt sur la solidarité sera élargi, à partir de 2022, à toute société ou personne physique dont le revenu annuel est égal ou supérieur à un million de...

L’industrie marocaine a récupéré une bonne partie des emplois perdus à cause du Covid

Le Maroc se remet progressivement de la pandémie liée au Covid-19, alors que le secteur de l’Industrie, à lui seul, a récupéré 40 % des postes d’emplois perdus pendant la crise...

Le Maroc va investir de plus de 7,7 MMDH dans le chemin de fer

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a prévu un investissement de plus de 7,7 milliards de DH durant la période 2022-2024.

Le gouvernement Akhannouch se défend sur la hausse des prix des denrées

La cherté des denrées alimentaires constatée sur le marché au Maroc est due à la hausse des prix dans le monde, observée depuis le mois d’avril, selon le ministre délégué au...

Nous vous recommandons

Impôts

Belgique : du changement dans la taxation des biens appartenant aux MRE au Maroc

La Belgique a révisé la taxe sur les biens immobiliers que les Belges ou les Belgo-Marocains possèdent à l’étranger. Voici ce qui change.

Futur gouvernement au Maroc : les attentes des professionnels de l’immobilier

Les acteurs de l’immobilier et du BTP attendent le prochain gouvernement sur de nombreux chantiers, notamment la relance du programme des logements sociaux et la mise en œuvre d’une série de réformes devant faciliter la reprise rapide et durable de...

On reparle encore d’un impôt sur la fortune au Maroc

L’impôt sur la fortune pourrait être instauré dans le projet de loi de finances 2023 (PLF2023) actuellement en cours de finalisation par le gouvernement. Il devrait contribuer à renflouer les caisses de l’État en ces temps de...

Maroc : n’oubliez pas de payer vos impôts

Les guichets des perceptions de la Trésorerie Générale du Royaume (TGR) sont exceptionnellement ouverts les 28 et 29 juin jusqu’à 18h et le mercredi 30 juin jusqu’à 20h. La TGR annonce qu’elle a pris cette disposition pour permettre aux contribuables de...

Un coup dur pour l’OCP aux États-Unis

L’Office Chérifien des phosphates (OCP) a perdu sa bataille face à son concurrent local, Mosaic qui avait initié, sous l’administration Trump, une procédure relative à l’imposition de droits de douane sur les importations d’engrais venant du Maroc. C’est...

Industrie

Cannabis : le Maroc devrait suivre l’exemple israélien

Depuis le début des années 2000, Israël a autorisé l’utilisation médicale du cannabis et même son exportation, en 2019. À voir tous les potentiels dont il dispose, le Maroc gagnerait à suivre son exemple.

Une unité industrielle a pris feu à Tanger Free Zone

Un incendie s’est déclaré, samedi 30 mai, dans une unité industrielle spécialisée dans la fabrication des composantes électriques d’automobile situé dans la zone franche de Tanger (TFZ). Les éléments de la protection civile ont réussi à maîtriser les...

Au Maroc, la préférence nationale est mise à l’épreuve

Alors que les autorités marocaines ont stimulé la fabrication locale de produits sanitaires pour répondre aux besoins de la population, les mêmes produits sont importés et inondent le marché local au grand dam des opérateurs économiques...

Maroc/Relance économique : le gouvernement accompagne l’agroalimentaire

Les opérateurs de la filière de transformation des fruits et légumes vont bénéficier de la nouvelle stratégie de substitution aux importations du ministère de l’Industrie. Le gouvernement marocain vient d’adopter un projet de décret à cet...

Un Canadien s’empare d’une mine d’argent au Maroc

La compagnie canadienne Trigon Metals a obtenu les autorisations nécessaires de la Bourse de croissance TSX pour l’acquisition de Technomine SARL, une compagnie d’exploration minière, détentrice des licences des mines Silver Hill et Tama Doult, situées...

Loi de finances (PLF 2023 Maroc)

Maroc : le gouvernement met le paquet sur l’emploi et les entreprises

Le ministre de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, a indiqué vendredi, que l’État va doubler en 2021 les postes budgétaires annuels, afin de faciliter la création d’emplois pour les...

Maroc : déficit budgétaire de 5,9 % du PIB en 2022

Le PLF 2022 table sur un déficit budgétaire de près de 72,6 milliards de dirhams (MMDH), soit 5,9 % du produit intérieur brut (PIB).

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Entre 2012 et 2022, le salaire moyen dans la fonction publique marocaine a connu une hausse de 15,1 %, selon le ministère de l’Économie et des finances.

Projet Xlinks : le Maroc octroie un domaine de 150 000 ha

Le Maroc a prévu un domaine de 150 000 hectares dans la région de Guelmim-Oued Noun pour la réalisation du projet Xlinks, conçu dans le cadre de la réalisation de l’interconnexion électrique entre le Maroc et le...

Les avocats marocains passent à la caisse

Les avocats marocains doivent désormais s’acquitter d’une avance sur l’impôt sur le revenu ou sur les sociétés au titre de l’exercice en cours auprès du secrétaire–greffier à la caisse du tribunal pour le compte receveur de l’administration fiscale. C’est ce que...