Maroc : la belle excuse d’une adolescente pour retrouver son petit ami

1er août 2020 - 20h30 - Maroc - Ecrit par : I.L

Disparue le vendredi 3 juillet dernier de Fkih Ben Saleh, alors qu’elle devrait passer une épreuve du baccalauréat, une adolescente de 17 ans n’a plus donné signe de vie. Retrouvée, samedi 25 juillet dernier, elle a inventé une belle excuse pour tenter de se tirer d’affaire.

Recherchée par ses parents depuis une vingtaine de jours, cette jeune adolescente est finalement de retour chez ses parents. Elle avait fait l’objet d’un avis de recherche rapporte Aujourd’hui le Maroc. Grâce aux recherches entamées par les éléments de la police judiciaire, elle a été retrouvée, jeudi 23 juillet au niveau d’un rond-point de Fkih Ben Saleh.

Ses premières explications n’ont pas convaincu les éléments de la police. Selon le même quotidien, l’adolescente a indiqué avoir été kidnappée par une bande criminelle et violée.

Non convaincus par ses propos, les enquêteurs l’ont soumise à nouveau à un interrogatoire musclé avant qu’elle n’avoue avoir monté cette histoire de toute pièce pour rester en compagnie de son petit ami.

Ce jeune homme de 19 ans a été interpellé et maintenu en détention préventive, en attendant de comparaître devant les juges d’instruction.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Education - Fkih Ben Saleh - Disparition

Ces articles devraient vous intéresser :

Maîtrise de l’anglais : le Maroc à la traîne

Alors que les Marocains délaissent de plus en plus le français pour l’anglais, le Maroc est encore à la traîne quant à la maitrise de langue de Shakespeare.

Maroc : des centres pour former les futurs mariés

Aawatif Hayar, la ministre de la Solidarité, de l’intégration sociale et de la famille, a annoncé vendredi le lancement, sur l’ensemble du territoire du royaume, de 120 centres « Jisr » dédiés à la formation des futurs mariés sur la gestion de la...

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Très difficile d’envoyer de l’argent aux étudiants marocains en Russie

Le gouvernement a apporté des clarifications concernant la loi de change en vigueur, notamment le mode opératoire des transferts d’argent pour les étudiants marocains à l’étranger. Les mères de familles marocaines peuvent toujours soutenir leurs...

Université Paris-Dauphine : propos racistes envers une étudiante voilée

Une étudiante voilée a été victime de propos racistes de la part d’une intervenante du jury lors d’une soutenance de fin d’année à l’Université Paris-Dauphine.

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Femmes ingénieures : le Maroc en avance sur la France

Au Maroc, la plupart des jeunes filles optent pour des études scientifiques. Contrairement à la France, elles sont nombreuses à intégrer les écoles d’ingénieurs.