Maroc : le secteur du commerce réclame son plan de relance

17 juillet 2020 - 19h30 - Maroc - Ecrit par : A.P

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le secteur du commerce est laissé pour compte dans la loi de finances rectificative en matière de plan de relance. La Fédération marocaine de la franchise (FMF) demande au gouvernement de corriger le tir pour permettre au secteur de poursuivre son activité.

«  Presque tous les secteurs durement touchés par le Covid-19 sont pris en compte dans la loi de finances rectificative, à l’exception du commerce et de la franchise  », se désole Mohammed El Fane, président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF) qui constate qu’aucun plan de relance n’est prévu pour son secteur, indique Aujourd’hui le Maroc.

Pour lui, le secteur a besoin de «  mesures d’accompagnement pour reprendre les activités  ». Dans ce sens, la FMF a fait au gouvernement une série de recommandations afin de préserver les emplois et réduire les effets de la crise du Covid-19 sur les activités.

D’abord, elle propose de réviser le mode de calcul des taxes locales et permettre aux chefs d’entreprise de «  payer par échelonnement et sans pénalités  », de même qu’un abattement de 50 % des taxes dues, entre 2020 et 2021, et une accélération de la mise en œuvre des réformes de l’administration suivant la loi de finances rectificative.

Ensuite, la question du loyer préoccupe la FMF qui propose de surseoir aux procédures d’évictions des commerçants pour non-paiement de loyer pour une durée d’un an. Une partie des loyers pourrait être supportée par l’État et le bailleur privé pendant cette période, précise la Fédération qui invite le gouvernement à mettre en place, en collaboration avec les assurances, une indemnité locative.

Enfin, la FMF propose un allégement des conditions d’octroi des garanties de financement et de crédit, pour faciliter leur accès par un grand nombre d’entreprises. «  Il serait intéressant que les sociétés avec impayés (et hors contentieux) puissent bénéficier du crédit Damane Relance  », soutient le président de la FMF.

Sujets associés : Loi de finances (PLF 2023 Maroc)

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

L’e-commerce, la solution pour lutter contre l’informel au Maroc

Le commerce électronique, très peu développé au Maroc, ne représente que 2 % dans le retail global. Faute de disponibilité de tous les articles en ligne, les Marocains préfèrent...

Maroc : le secteur de la franchise à l’agonie

Les professionnels du secteur de la franchise au Maroc, diminués financièrement en raison de la crise du Covid-19, crient à l’aide pour éviter la...

Nous vous recommandons

Loi de finances (PLF 2023 Maroc)

Maroc : les prix des cigarettes augmentent, voici le détail (liste complète)

À compter de ce samedi 1ᵉʳ janvier 2022, les prix des tabacs manufacturés au Maroc connaîtront une augmentation, selon l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII).

Aéroports marocains : 15 millions de passagers attendus en 2022

Environ 15 millions de voyageurs vont fouler le sol marocain en 2022, selon les prévisions communiquées par l’Office National Des Aéroports (ONDA). Ceci grâce à un début de relance du secteur aérien, impulsée par les...

Les mesures du gouvernement pourront-elles sauver le secteur de l’immobilier ?

Le conseil du gouvernement a pris certaines mesures consignées dans le projet de loi de finances rectificative afin de relancer le secteur de l’immobilier touché par le coronavirus. Seulement, ces mesures sont loin de produire l’effet...

Au Maroc, la hausse des droits d’importation va plomber l’investissement

Alors que l’économie durement touchée par le Covid-19 reprend timidement, le conseil du gouvernement a introduit une hausse des droits d’importation de 30 à 40% dans le projet de loi de finances rectificative. Une mesure qui pourrait en rajouter à la...

Maroc : des disparités dans la reprise économique des régions

Les répercussions économiques de la pandémie du Covid-19 ont été de différentes intensités selon les régions marocaines. Voici celles qui ont tiré leur épingle du jeu et celles qui ont sombré.