Maroc : une manifestation cutanée chez des écoliers sème la panique

27 février 2020 - 15h00 - Maroc - Ecrit par : K.B

Une éruption cutanée idiopathique s’est manifestée chez des élèves d’un établissement scolaire à Meknès, provoquant un état de panique générale au sein de la délégation régionale qui s’est empressée d’envoyer une commission spéciale.

La soudaine apparition de poussées d’urticaire chez les écoliers, a contraint les responsables éducatifs et sanitaires au sein des délégations régionales à constituer une cellule d’urgence pilotée par un médecin de l’unité de pharmacovigilance.

Les examens médicaux effectués sur place ont révélé une affection de la peau non contagieuse, induite par le manque d’hygiène. Les élèves infectés ont bénéficié d’un traitement topique, avec un suivi médical régulier.

Une campagne de sensibilisation sur l’importance de l’hygiène dans la prévention des maladies a été programmée par la délégation régionale de l’enseignement, conjointement avec les autorités locales et la délégation régionale du ministère de la Santé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Meknès - Santé - Ministère de la Santé

Aller plus loin

France : souffrant d’une maladie rare, une Marocaine pourrait se retrouver à la rue

Hospitalisée au CHU de Rouen pour une maladie rare, Imane, 7 ans, et sa famille pourraient se retrouver à la rue en raison de l’absence du financement de la sécurité sociale...

Variole du singe : le Maroc adopte un plan national de surveillance et de riposte

Le Maroc se dit prêt à faire face à la variole du singe qui se propage dans de nombreux pays d’Europe et de l’Amérique du Nord. Un plan national de surveillance et de riposte a...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Les biscuits “Gerblé” avec de la drogue ne sont pas commercialisés au Maroc

L’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) affirme que les lots de biscuits de la marque française “Gerblé”, contaminés par la drogue “burundanga”, ne sont pas entrés ni vendus sur le marché marocain.

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Diabète : les précautions pour passer un mois de Ramadan en toute sérénité

Le mois de Ramadan est un mois sacré pour les musulmans. Néanmoins, quelques précautions sont à suivre scrupuleusement par certaines personnes à risque souffrant de maladies chroniques, telles que le diabète.